accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Anne-Marie Staub (1914-2012)
english version    fonds d'archives
 

Biochimiste française, née à Pont-Audemer (Eure), le 13/11/1914. Son père, A. Staub est chercheur à l'Institut Pasteur.
Apprend à lire et à écrire avec sa mère.
Etudes primaires et secondaires à l'Ecole Normale catholique, rue de Sèvres, à Paris.
1926 Prenant des cours de piano depuis l'âge de quatre ans, hésite un temps à poursuivre des études musicales au conservatoire.
1930 Passe son baccalauréat, puis prépare Math-Elem.
S'inscrit en Sorbonne, où elle passe les certificats de mathématiques générales, chimie et physique générales, physiologie et biochimie.
1932 Envisage de partir comme religieuse soigner les lépreux.
1935-1936 Suit le cours de microbiologie de l'Institut Pasteur.
1936-1939 Entre à l'Institut Pasteur pour préparer un doctorat dans le laboratoire de D. Bovet, alors jeune pharmacologiste du service de chimie thérapeutique, dirigé par E. Fourneau ; démonstration des propriétés antihistaminiques de certaines molécules synthétiques parmi lesquelles les éthers phénoliques.
03/07/1939 Soutient sa thèse de doctorat ès sciences en pharmacologie sur : Recherches sur quelques bases synthétiques antagonistes de l'histamine .
09/1939 Quitte le laboratoire de chimie thérapeutique, à la suite de la mobilisation de D. Bovet dans sa Suisse natale et de la décision de E. Fourneau de confier la suite des recherches sur les antihistaminiques à la firme Rhône-Poulenc.
1940 Entre dans le Service des vaccins vétérinaires pour assister son père, A. Staub, dans la préparation et l'étude du vaccin anticharbonneux.
1941-1946 Toujours à l'Institut Pasteur, rejoint P. Grabar qui l'initie à l'immunochimie ; étudie les antigènes de B. Anthracis (charbon) principalement ceux présents dans le liquide d'oedème provoqué chez le cobaye par l'injection de cette bactérie (bactéridie charbonneuse) ; identification d'une glycoprotéine contenue dans l'oedème d'un mouton vacciné contre le charbon, capable de conférer l'immunité contre la maladie.
1941-1946 Donne bénévolement des cours de français, d'allemand et de secourisme au sein d'une équipe sociale.
08/1944 Disparition de son frère, Roger, résistant tué par l'occupant lors de la Libération.
1946 Grâce à l'appui d'un conseiller scientifique de l'Ambassade de France, se rend à Londres, dans le laboratoire de C. Rimington, spécialiste des glycoprotéines, pour s'initier à leur purification et leur analyse.
01/1947-11/1948 Obtient une bourse du Medical Research Council pour travailler au Lister Institute dans le laboratoire de P. Fildes et Gladstone qui oeuvrent à mettre au point un vaccin contre le charbon ; poursuit ses études sur le charbon, initiées dans le laboratoire de P. Grabar.
1949-1960 Assistante (1949), puis chef de laboratoire (1953) au Service des vaccins de l'Institut Pasteur, dirigé par A. Bonnefoi. Son travail porte essentiellement sur les polyosides des antigènes O spécifiques de diverses salmonelles,leurs compositions chimiques et leurs variations au cours des mutations ; avec L. Le Minor, étudie la conversion lysogénique des salmonelles au moyen de prophages ; contribue à la classification sérologique des Salmonellae .
1952 Passe deux mois dans le laboratoire d'Otto Beer à Sao Paolo (Brésil). Se rend au congrès de microbiologie, à Rome, où elle rencontre Otto Lüderitz, qui souhaite établir une collaboration scientifique avec elle.
1954 Victime d'une méningite virale, arrête toute activité pendant un an.
1955-1975 En collaboration avec O. Lüderitz et O. Wespthal, chercheurs au Max Planck Institute, mène des recherches sur les déterminants antigéniques des salmonelles et la caractérisation des épitopes reconnus par les anticorps (qui s'avèrent être de courts oligosides sur les chaînes polysaccharidiques, attribuées par les bactériologistes aux facteurs sériques 4, 5, 9, 12 et autres)
1960-1977 A l'Institut Pasteur, dirige le nouveau laboratoire dit des antigènes bactériens (qui deviendra service en 1967) ; démontre qu'à une infime modification de structure chimique correspond un changement complet de spécificité (par exemple, un acétyl fixé sur le sucre spécifique du facteur 4 suffit à le faire disparaître et donne naissance au facteur 5) ; description de nouveaux sucres.
1960-1974 Co-dirige, avec M. Raynaud, le cours d'immunologie de l'Institut Pasteur.
1960-2003 Fait des retraites régulières au Centre de spiritualité La Part Dieu de Poissy.
1969 Lauréate du prix Paul-Ehrlich-Darmstaedter.
1971-1979 Membre du comité de rédaction du Bulletin de l'Institut Pasteur .
1973 Distinguée chevalier de la Légion d'honneur.
1977-1989 Avec le consentement de J. Monod, arrête sa vie scientifique pour se consacrer à son idéal évangélique. Quitte Paris pour s'installer dans sa maison d'Orgeval. Intègre le mouvement chrétien de retraités Vie Montante, fait la lecture aux personnes aveugles, visite les personnes agées et les malades de l'hôpital de Poissy.
1990 Se retire dans la maison de retraite Les Augustines, à Saint-Germain-en-Laye, où elle participe activement à l'animation spirituelle et culturelle de la maison.
1993 Elue membre honoraire de l'International Endotoxin and Innate Immunity Society .
2012 Décès à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines).

Publications en collaboration avec : J. Alouf, G. Bagdian, C. Bona, M. Bourdet, D. Bovet, J.-M. Cavaillon, R. Cetrangolo, L. Chambon, R. Combes, C. Coynault, M. Dagorn, C. Davarpanah, D. Davies, E. Duflot, F. Egami, T. Eiguer, M. Etievant, N. Forest, I. Fromme, C. Fouquet, M. Fukuda, N. Fuller, R. Girard, W. Goebel, I. Goldstein, P. Grabar, G. Hämmerling, H. Jouin, Y. Joyeux, B. Kopacka, K. Kotelko, Ed. Lederer, B. Leluc, L. Le Minor,J. Levaditi, O. Lüderitz, H. Mayer, H. Nghiem, H. Nikaido, C. Nivet, J. Polonsky, G. Pon, R. Prudhomme, M. Raynaud, C. Remington, M. Rouyer, A. Simon, M. Siquiera, K. Stellner, S. Stirm, B. Stocker, R. Tinelli, B. Virat, O. Westphal, J. Wiart.

Références biobliographique :
- Staub (Anne-Marie), autobiographie scientifique, 6 p. dact. polycop., 1993.
- Staub (Anne-Marie), A la recherche du temps retrouvé pendant 90 années d'une longue vie, 131 p.

Service des Archives de l'Institut Pasteur