accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Georges Stefanopoulo (1893-1949)
fonds d'archives    
 

Médecin et biologiste français d'origine grecque né le 16/10/1893, à Patras (Grèce).
1916 Devient docteur en médecine de la faculté d'Athènes.
1916-1919 Médecin interne, puis chef de laboratoire à l'Hôpital hellénique d'Alexandrie.
1919-1929 Il vient à Paris et entre comme travailleur libre à l'Institut Pasteur dans le service d' A. Pettit. Il y est initié à la microbiologie générale et participe aux travaux de A. Pettit sur les spirochètes, le sérum antipoliomyélitique, les affections d'origine inconnue, les trypanosomiases. Fait un stage de quelques mois dans le service de E. Fourneau. Sous la direction de J. Tréfouël il y mène des recherches sur le paludisme expérimental des oiseaux, la chimiothérapie des spirochétoses, l'action des arsenicaux pentavalents sur le singe. Conduit des recherches de chimie biologique sur la nature des toxines, les protéines du sérum sanguin, les propriétés des immun-sérums.
1924 Soutient devant la faculté de médecine de Paris une thèse de doctorat consacrée à la préparation du sérum antipoliomyélitique mise au point par A. Pettit.
1927 Devient assistant à l'Institut Pasteur.
1927-1928 Nommé membre de la mission Pettit pour l'étude de la fièvre jaune (mission du ministère des Colonies), il travaille à Paris sur l'étiologie de la maladie.
1928-1936 Obtient la licence ès sciences naturelles. Commence, avec A. Pettit, une longue suite de travaux sur le virus de la fièvre jaune. Il établit avec précision les caractères, les propriétés et la conservation du virus, étudie la réceptivité des singes en observant les infections expérimentales inapparentes chez certains singes réceptifs, mesure le pouvoir préventif et curatif du sérum antiamarilique, ainsi que l'application de la sérothérapie au traitement de l'infection. Grâce aux liens conservés avec la Grèce, il mène une étude approfondie des causes des réveils épidémiques de la dengue dans ce pays, ce qui lui permet de confronter le virus de la dengue et celui de la fièvre jaune.
1929 Devient assistant rétribué par l'Institut Pasteur et membre titulaire de la Société de pathologie exotique (SPE).
1931 Nommé chef du laboratoire de la fièvre jaune à l'Institut Pasteur.
1931-1932 Désigné chef de mission pour l'étude de la fièvre jaune en Afrique Occidentale Française par le ministère des Colonies, il est chargé d'établir la carte de diffusion du typhus amaril. Par la recherche du test de séro-protection contre la fièvre jaune, il parvient à déceler la large diffusion de l'infection et le rôle important que jouent les enfants dans l'épidémiologie de la maladie.
1932 L'Académie d'Athènes lui attribue le prix des sciences.
1933 Il met en place, à l'Institut Pasteur, un service de préparation et d'application d'un vaccin contre la fièvre jaune. Après une longue pratique de la séro-vaccination, il se résout à utiliser le virus de culture seul, sans immun-sérum, dans la vaccination contre la fièvre jaune. L'expérience va lui montrer qu'il est possible d'inoculer le vaccin sans recours à la séro-protection.
1934 L'Académie des Sciences (Paris) lui attribue le Prix Barbier.
1935 Il reçoit la médaille d'honneur des épidémies "en témoignage du dévouement exceptionnel dont il a fait preuve en Haute-Volta en 1932 au cours d'une épidémie de fièvre jaune".
1935-1936 Désigné chef d'une nouvelle mission pour l'étude de la fièvre jaune, cette fois en Afrique Equatoriale Française. Découvre des cas de fièvre rouge congolaise, ainsi que la présence d'anticorps contre la fièvre de la vallée du Rift dans le sang prélevé aux populations. Mène une enquête sur l'existence de la spirochétose ictérohémorragique en AEF.
1939 Il est fait chevalier de la Légion d'honneur.
17/04/1941 Se marie avec Mlle Monique de Penfentenyo de Kervéréguin.
1946 Nommé chef du service de la fièvre jaune à l'Institut Pasteur.
1948 Il est élu membre de la Société de Biologie.
19/09/1949 Décès à Pointe-Noire (Congo) dans le crash de l'avion qui devait l'amener vers une nouvelle mission.

Publications en collaboration avec : D. Aguessy, G. Benoit, E. Buding, G. Callinicos, J. Chevé, A. Codounis, J. Colas-Belcour, J. Daniaud, T. H. Davey, S. Duvolon, J. Etévé, Y. de l'Estrange, G. M. Findlay, E. Fourneau, V. Frasey, Y. Goez, S. Hosoya, C. Kolochine, B. Kolochine-Erber, D. Laurent, F. O. Mac Callum, A. F. Mahaffy, K. Melville, P. Mollaret, S. Miyata, A. Navarro-Martin, Y. Nogano, M. Payet, A. Pettit, A. Recio, E. Roubaud, J. Tréfouël, Th. Tréfouël, Sazerac, R. Wassermann.

Références bibliographiques :
- Kolochine-Erber (Berthe), "G. J. Stefanopoulo (1893-1949), Annales de l'Institut Pasteur, décembre 1949, p. 77.
- Cisé (A.), "G.-J. Stefanopoulo (1893-1949)", Bulletin de la Société de Pathologie Exotique, t. 42, septembre-octobre 1949, pp 429-430.
- Stefanopoulo (Georges), "Notice des titres et travaux de l'Institut Pasteur (1919-1942)", 1942 (archives Pasteur TRE.DS.118).

Service des Archives de l'Institut Pasteur