accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
René Panthier (1915-1970)
fonds d'archives
 

Médecin et biologiste français né Montloué (Aisne), le 18/01/1915.
1919 Son père meurt des suites de la guerre.
Etudes secondaires au lycée de Laon.
1934 Devient externe des Hôpitaux de Paris.
1938 Entre comme interne à l'hôpital de l'Institut Pasteur, où il travaille sur l'utilisation des sulfamides dans le traitement des méningites, sous la direction de R. Martin. Fréquente aussi les laboratoires de P. Giroud et A. Salimbeni.
1939 Soutient sa thèse de doctorat en médecine, réalisée sous la direction de P. Giroud, sur Notions actuelles sur les anticorps des fièvres exanthématiques .
08/1940 Mobilisé comme médecin auxiliaire.
1941 Nommé assistant dans le service de P. Giroud avec lequel il étudie l'adaptation de l'agent du typhus au lapin inoculé par voie respiratoire, base de la mise au point d'un vaccin.
1942 Envoyé à l'Institut Pasteur d'Alger afin d'y organiser la production de vaccin antityphique. Cependant ses relations difficiles avec Ed. Sergent écourtent sa mission.
1942-1943 A l'instigation de R. Dujarric de la Rivière et avec J. Chevé, met sur pied une unité de production de vaccin antityphique au château de Laroche-Beaulieu (Dordogne), annexe de l'Institut Pasteur.
1944 Nommé chef de Laboratoire à l'Institut Pasteur. Entre dans la Résistance comme agent du réseau Jean Millet-Buckmaster, avec pour principale mission le repérage de terrains d'atterrissages et de parachutages.
10-12/1944 Peu après la Libération, se voit confier la mise en place d'un service médical chargé de l'accueil des prisonniers, déportés et réfugiés dans la région de Lille.
1945-1946 Engagé volontaire dans le corps expéditionnaire d'Extrême-Orient, il participe à la réduction des poches de l'Atlantique où il est blessé lors de l'attaque de la Pointe-de-Grave.
1945-1946 Après sa convalescence, est rappelé en service actif dans le corps expéditionnaire d'Extrême-Orient. Après un stage de formation antipaludique, gagne l'Institut Pasteur de Saigon, où il est chargé à la fois d'organiser le Laboratoire militaire Indochine-Sud et de diriger le laboratoire de bactériologie-sérologie.
1947-1949 De retour à l'Institut Pasteur (Paris), suit les cours d'hématologie et de sérologie avant d'entrer au laboratoire de la grippe. Il tente, à la demande de R. Dujarric de la Rivière, d'appliquer au virus grippal la méthode qui avait été utilisée par P. Durand et P. Giroud pour préparer le vaccin contre le typhus. Lors de l'épidémie de grippe de 1948-1949, il isole avec G. Cateigne et C. Hannoun les premières souches du virus et en étudie les propriétés.
03/1948 Epouse Paule Descola qui achève sa thèse de doctorat en médecine dans le laboratoire de J. Vieuchange, à l'Institut Pasteur.
07/1949-1951 Se voit confier la mission d'aller redresser l'Institut Pasteur Hellénique, désorganisé par la guerre mondiale, puis la guerre civile. Il y rétablit la situation administrative et financière et réforme les statuts du personnel. A son départ le conseil d'administration de cet institut le nomme directeur honoraire.
1952-1957 Regagne l'Institut Pasteur de Paris, pour entrer dans le laboratoire de la fièvre jaune. Il y met en place l'organisation du service de production du vaccin selon la méthode de Theiller. A la suite du départ de J. Levaditi pour les Etats-Unis, en 1953, il prend la direction du service. Tout en mettant en place les unités de production et de contrôle du vaccin antiamaril, le centre de vaccination qui leur est annexé et un réseau de centres de vaccinations régionaux, il s'attache à améliorer les conditions de production du vaccin, à accroître son innocuité et son efficacité et à préciser ses conditions d'utilisation. Cela l'amène à améliorer les méthodes de titrage du virus, à rechercher les meilleures méthodes de titrage des anticorps neutralisants, à améliorer les méthodes de lyophilisation.
1957 Nommé chef de service de l'Institut Pasteur.
1959 Sa participation à des enquêtes épidémiologiques sur la fièvre jaune en Guyane et en Ethiopie, et sur des épidémies constatées au Congo belge, l'amène à penser que l'on ne peut séparer le virus de la fièvre jaune des virus voisins et que l'on doit créer en France un centre d'étude sur cet ensemble formant le groupe des arbovirus. Il constitue dans ce but une équipe de chercheurs et de techniciens et envoie son élève Cl. Hannoun se former aux Etats-Unis.
1960 Elu président du syndicat du personnel scientifique de l'Institut Pasteur.
1962-1963 Prend la direction de l'Institut Pasteur de Kindia (Guinée), placé dans une situation difficile par les transformations politiques qui se sont produites en Afrique francophone. En accord avec les autorités du pays, il parvient à maintenir l'activité et à assurer les envois de singes nécessaires à la fabrication du vaccin antipoliomyélitique.
1963-1970 Le nouveau laboratoire des arbovirus de l'Institut Pasteur, créé sous l'impulsion de R. Panthier, est placé sous la direction de Cl. Hannoun. Il devient rapidement laboratoire régional de référence pour l'OMS. Il prend l'initiative d'une étude pilote qui permet de démontrer l'existence d'arbovirus (virus West Nile, virus Tahyna), en Camargue et dans d'autres régions de France.
03/1964 R. Panthier est élu vice-président de la commission d'étude chargée de la réforme de l'Institut Pasteur. Il rédige la partie du projet de réforme concernant le Centre d'application.
1965 Devient membre du Conseil scientifique de l'Institut Pasteur.
1966 Nommé sous-directeur chargé de la recherche médicale et appliquée par P. Mercier, directeur de l'Institut Pasteur.
04/1967-04/1968 Nommé directeur du Centre d'application de l'Institut Pasteur.
10/07/1970 Décès à Paris, à l'Hôpital de l'Institut Pasteur.

Publications en collaboration avec : R. Berdonneau, A. Bonnefoi, J. P. Carteaud, G. Causse, L. Chaumont, B. Corniou, J. Decourt, J.-P. Eouzan, P. Georgieff, P. Giroud, Mlle Hamond, C. Hannoun, Hérault, R. A. Husson, A. Lafaille, J. Levaditi, L. de Looze, Ch. Lucasse, R. Martin, J. Mouchet, Nouaille, Ch. Papaioannou, Ch. Série.

Références bibliographiques :
- René Panthier (1915-1970), Annales de l'Institut Pasteur , vol. 121, 09/1971, nÝ 3, pp 265-270.
- Hannoun (Claude), Levaditi (Jean), Wollman (Elie) : René Panthier 1915-1970, allocution prononcée le 6 mai lors de la séance de la section de virologie de la Société française de microbiologie, 12 p. polypcop., 1971 (Archives Institut Pasteur, Bio.P1).
- Panthier (René), Titres et Travaux Scientifiques de René Panthier, Paris, 6 p. polycop., 1968 (Archives Institut Pasteur, Bio.P1).

Service des Archives de l'Institut Pasteur