accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Edmond Nocard (1850-1903)
english version   
 

Médecin vétérinaire et biologiste français né à Provins (Seine-et-Marne, France), le 29/01/1850. Ses parents sont marchands de bois.
1867-1868 Après avoir obtenu son baccalauréat, il exerce, pendant un an, le métier de clerc de notaire.
1868-1871 Entre à l'Ecole vétérinaire d'Alfort.
1870-1871 La guerre avec la Prusse déclarée, il s'engage dans le régiment du 5e Lancier.
1871-1873 De retour à Alfort, reprend ses études pour être reçu, en août 1873, médecin vétérinaire, major de promotion.
11/1873-1878 Nommé, après concours, chef de service clinique à l'Ecole vétérinaire d'Alfort. Se lie avec le Dr Dumesnil, médecin de l'Ecole d'Alfort, et Josias, un de ses collègues enseignants. Chez Dumesnil, il rencontre des dirigeants du Parti Républicain et s'ouvre à leurs idées. Dans la famille Josias, il fait la connaissance d'une jeune fille qu'il épouse. Moins d'un an après son mariage, Mme Nocard meurt, laissant une petit fille de santé fragile.
1876-1884 Après la mise à l'index du Recueil d'Alfort, dirigé par H. Bouley, inspecteur général des Ecoles vétérinaires, il est chargé de créer une nouvelle revue : Les Archives vétérinaires. Il va y publier un grand nombre de travaux scientifiques sur la médecine, la chirurgie, l'hygiène, la jurisprudence vétérinaire.
1877-1880 Elu secrétaire des séances de la Société de médecine publique et d'hygiène professionnelle dont il est l'un des fondateurs. Il en devient le secrétaire général adjoint, en 1879.
1878 Rapporteur, avec H. Bouley, de la 9e section du congrès international d'hygiène de Paris, il présente un rapport sur : Les moyens pratiques de constater et d'assurer la bonne qualité des viandes de boucherie.
1878-1883 Nommé secrétaire des séances de la Société centrale vétérinaire dont il est membre depuis 1876.
1878-1887 Devient, après concours, professeur de clinique et de chirurgie à l'Ecole vétérinaire d'Alfort.
1879 Met au point l'opération chirurgicale dite du clou de rue (affection grave du pied du cheval).
1880 Entre au laboratoire de L. Pasteur, à l'Ecole normale supérieure (Paris). Délégué du ministère de l'Agriculture et du Commerce, il représente la France au congrès international d'hygiène, à Turin.
1881-1882 Après avoir assisté aux expériences de vaccinations anticharbonneuses de L. Pasteur, à Pouilly-le-Fort, il vaccine, avec E. Roux, des milliers d'animaux contre le charbon.
1883 Part pour l'Egypte en mission scientifique, avec E. Roux, I. Straus et L. Thuillier, afin d'y étudier une épidémie de choléra. Mais la mission ne parvient pas à isoler le germe responsable de la maladie. Etudie parallèlement la peste bovine qui sévit, en Egypte, à l'état enzootique.
1883-1886 De retour à Alfort, installe une véritable annexe du laboratoire de L. Pasteur dans la cour des Forges. Fait paraître une série de travaux sur des techniques nouvelles : méthode de récolte du sérum sanguin, composition d'un nouveau bouillon pour la culture du bacille tuberculeux, développement, pour la première fois, du bacille aviaire. Met au point la névrotomie plantaire haute pour le cheval. Introduit l'anesthésie au chloral par voie intraveineuse chez les gros animaux et étend l'emploi de cette substance à la lutte contre les crises tétaniques.
1884 Devient secrétaire de rédaction, puis rédacteur en chef du Recueil de médecine vétérinaire, après sa fusion avec les Archives vétérinaires.
1885 Vice-président du congrès national des vétérinaires sanitaires, Paris.
1886 Est élu président de la Société centrale de médecine vétérinaire, et membre de la section de médecine vétérinaire de l'Académie de médecine (Paris). Chargé d'une mission pour l'étude de l'avortement épizootique, dans la Nièvre, il réalise des expériences qui permettent la mise au point de mesures préventives.
1887-1891 Devient directeur de l'Ecole vétérinaire d'Alfort, en même temps qu'il accède à la chaire de maladies contagieuses.
1887-1890 Fait paraître, avec le vétérinaire Mollereau, une monographie sur la mammite enzootique des vaches laitières, dont il a isolé le streptocoque pathogène (Streptococcus agalactiae), précisé l'étiologie et la pathogénie, et formulé les règles de la prophylaxie. Entreprend une étude analogue sur une mammite gangréneuse enzootique des brebis laitières. Avec Roux, il fait connaître les propriétés spéciales des milieux glycérinés pour la culture du bacille de la tuberculose, réalise des recherches sur le charbon symptomatique et sur la vaccination des herbivores contre la rage. Reconstitue l'étiologie de la psittacose, sans toutefois parvenir à en isoler le germe responsable.
1888 Nommé membre du premier comité de rédaction des Annales de l'Institut Pasteur aux côtés de Ch. Chamberland, E. Duclaux, J.-J. Grancher, E. Roux, I. Straus. Isole, à la Guadeloupe, l'agent du farcin du boeuf qu'il nomme streptothrix farcinica.
1889 Lors du 1er congrès sur la tuberculose, il obtient que la maladie soit déclarée contagieuse et que soient instaurées certaines mesures prophylactiques.
01/1891 Trop pris par ses activités de recherche, il démissionne de ses fonctions de directeur de l'Ecole d'Alfort.
1892-1896 Par une série de communications, de conférences, de brochures et de démonstrations sur le terrain, il tente de convaincre que l'utilisation de la tuberculine de R. Koch pourrait jeter les bases d'une prophylaxie sanitaire de la maladie tuberculeuse chez les bovins. A la suite de la découverte de la malléine par les russes Helman et Kalning, s'attaque, avec le concours de vétérinaires militaires, à la prophylaxie de la morve équine et parvient en quelques années à éradiquer la maladie en France.
1895 Nommé, avec L. Vaillard, membre de l'assemblée de l'Institut Pasteur. Publie : La Tuberculose bovine : ses dangers, ses rapports avec la tuberculose humaine.
1897 Devient membre titulaire honoraire de la Société de biologie.
1898 Découvre, avec E. Roux, A. Borrel, A. Salimbeni et Ed. Dujardin-Beaumetz, les causes de la péripneumonie bovine, un virus filtrant.
02/08/1903 Décès à Saint-Maurice (Val-de-Marne). E. Roux et E. Metchnikoff représentent l'Institut Pasteur lors de ses obsèques.

Publications en collaboration avec : A. Borrel, H. Bouley, Ed. Dujardin-Beaumetz, A. Josias, E. Leclainche, Mégnin, Mollereau, E. Roux, A. Salimbeni, Trasbot.

Références biblio. :
- Nocard (Edmond), Exposé des titres et travaux scientifiques de Ed. Nocard , Paris, A. Parent, A. Davy imp., 1886, 26 p.
- Chauvau, E. Leclainche, E. Roux, Edmond Nocard 1850-1903, Paris, Masson et Cie éd., 1906, 85 p.

Service des Archives de l'Institut Pasteur