accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Maurice Langeron (1874-1950)
fonds d'archives
 

Médecin et mycologiste français né le 03/01/1874, à Dijon. Il est le fils d'Olivier Langeron, avocat à la Cour d'Appel de Dijon. Dès son enfance, il marque un goût particulier pour les sciences naturelles et la botanique.
Etudes de naturaliste au Muséum national d'histoire naturelle et de médecine à la faculté de médecine de Paris.
1901 Participe à une mission pour l'étude des travertins éocènes de Sézanne, dans le département de la Marne.
1902 Soutient sa thèse de doctorat en médecine sur le Genre Aleurite forst (Emphorbiacées) Systématique. Anatomie. Pharmacologie .
1903 Nommé préparateur d'histoire naturelle au Laboratoire de parasitologie de la Faculté de médecine de Paris, dirigé par R. Blanchard, en remplacement de M. Neveu-Lemaire.
1906 Collabore avec E. Brumpt, à la mise au point des travaux pratiques des élèves de 3e année de la faculté de médecine de Paris.
1911 Participe à une mission parasitologique en Tunisie, à la demande de l'Institut Pasteur de Tunis, où Ch. Nicolle met à sa disposition ses laboratoires. Mission renouvelée en 1919 et 1920.
1912 Lauréat du prix Monbinne de l'Académie nationale de médecine. Autre prix obtenu dans cette même académie : Jansen, 1940. Lauréat du prix Saintour de l'Institut de France. Autres prix obtenus dans ce même institut : Savigny, 1927 ; Bréant, 1931 ; Montagne, 1945.
1913 Nommé, à titre temporaire, chef des travaux pratiques de parasitologie. Fait paraître chez l'éditeur Masson un Précis de Microscopie , où sont rassemblées, à l'usage des travailleurs de laboratoire, toutes les techniques microscopiques et parasitologiques qu'il a lui même contrôlées et, éventuellement révisées. L'ouvrage connaît de suite un immense succès et sera réédité sept fois jusqu'en 1949. Elu membre de la Société de pathologie exotique (SPE).
1914-1918 Contracte un engagement volontaire au Laboratoire antityphoïdique du Val-de-Grâce, à Paris. Désigné, en 1917, chef de sous-district de la mission antipaludique du Sous-secrétaire d'Etat du Service de Santé militaire.
1919 Reprend son service au Laboratoire de parasitologie de la faculté de médecine de Paris, où il est promu chef de laboratoire. Ses principaux travaux portent sur les techniques microbiologiques et parasitologiques, et sur la mycologie générale et médicale. Dans ce domaine, il classe et coordonne les caractères des organes reproducteurs et propagateurs ; il reprend la sytématique des champignons pathogènes pour l'homme, et se fondant sur des données morphologiques et biologiques, il ramène de 746 à 42 les espèces décrites ; il étudie la filamentation des champigons levuriformes, les reliant ainsi aux formes mycéliennes ; il apporte une contribution importante à l'identification des teignes.
1922 Participe, au côté de G. Blanc, à la mission parasitologique de l'Institut Pasteur Hellénique, en Crète. Fait paraître, chez l'éditeur Masson, en collaboration avec Rondeau du Noyer, un précis de Coprologie microscopique .
1923 Fonde, avec E. Brumpt et M. Neveu-Lemaire, Les Annales de Parasitologie humaine et comparée .
1924 Reçoit la croix de chevalier de la Légion d'honneur.
1925 Participe à une mission antipaludique en Corse.
1927 Accompagne E. Brumpt en Amérique de Sud (Uruguay, Argentine, Paraguay, Brésil). Participe à une mission de la Société des Nations en Espagne, à l'Institut antipaludique de Navalmoral de la Mata.
1929-1936 Dirige un cours complémentaire de mycologie médicale à l'Institut de parasitologie.
1931 Effectue un voyage d'étude en Yougoslavie.
1930 Devient directeur de la section de mycologie au Laboratoire de parasitologie de la faculté de médecine de Paris.
1932 Nommé directeur adjoint à l'Ecole pratique des Hautes-études (Laboratoire de parasitologie).
1933 Devient membre titulaire de la Société de biologie.
1935 Chargé des fonctions d'agrégé.
1936 Participe à une mission parasitologique organisée par l'Institut Pasteur du Maroc. Elu vice-président de la Société de pathologie exotique.
1936 Mis à la retraite de ses fonctions au sein de la faculté de médecine. Déchargé de ses fonctions administratives, il peut se consacrer entièrement à ses recherches et à ses élèves.
1936-1937 Elu vice-président de la Société de pathologie exotique. E. Roubaud en est le président.
1937-1942 Nommé maître de recherches au CNRS.
1941 Fait paraître, chez l'éditeur Masson, un Précis de Mycologie .
1942 Nommé directeur de recherches au CNRS.
1950 Se voit offrir la vice-présidence de la section de microbiologie générale du Ve Congrès international de microbiologie de Rio de Janeiro.
27/06/1950 Meurt dans sa maison de Bourg-la-Reine. R. Deschiens lui consacre une notice nécrologique dans les Annales de l'Institut Pasteur .

Travaux en collaboration avec : V. Alleaux, Baschung, L. Berger, G. Blanc, R. Blanchard, M. Beeza, E. Brumpt, Burnier, L. Cauchemez, P. Chevalier, Herta, H. Galliard, P. Guerra, E. Jeanselme, Leblois, J. Luteraan, J. Méry, S. Milochevitch, Ch. Nicolle, V. Nitzulescu, Rondeau du Noyer, Ota, R. V. Talice, H. Sullerot.

Références bio. :
- Brumpt (Emile), Maurice Langeron (1874-1950, La Presse Médicale , nÝ 21, 31/03/1951, pp. 437.

Service des Archives de l'Institut Pasteur