accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Antoine Lacassagne (1884-1971)
english version    fonds d'archives
 

Médecin et biologiste français né à Villerest (Loire, France), le 29/08/1884. Son père, Alexandre, est professeur de médecine.
1902 Passe son baccalauréat à Lyon.
1903-1904 Effectue son certificat préparatoire aux études de médecine PCN (Physique Chimie Sciences naturelles).
1904-1908 Etudes de médecine à la faculté de Lyon. Réussit le concours de l'internat, en 1908.
1909 Entre dans le laboratoire de la faculté de médecine de Lyon où il commence à travailler avec Cl. Regaud qui lui confie comme sujet de thèse, l'étude de l'action des rayons X sur l'ovaire de lapine.
1913 Soutient sa thèse de doctorat en médecine : Etude histologique et physiologique des produits effets sur l'ovaire par les rayons X . Décide de suivre Cl. Regaud à Paris pour devenir son assistant à l'Institut du Radium.
1913-1914 Entre à l'Institut Pasteur comme boursier et s'inscrit au cours de microbiologie.
1914-1918 Mobilisé comme médecin auxilliaire sur le front français, il rejoint en 1916 l'Armée d'Orient.
1919 Reprend son activité au Laboratoire Pasteur de l'Institut du Radium. Avec Cl. Regaud, participe à la mise au point des techniques de traitement des cancers par les rayons X et fournit un travail de définition anatomo-pathologique des effets des radiations ionisantes sur les tissus normaux et cancéreux.
1923-1937 Nommé sous-directeur du Laboratoire Pasteur de l'Institut du Radium.
1924 En étudiant l'effet d'injections de polonium à des lapins et des souris, il participe, avec J. Lattès, à la mise au point de la technique d'autohistoradiographie, qui permet de localiser, à l'échelon microscopique, les substances radioactives.
1927 Devient secrétaire général de la revue Index Analyticus Cancerologiae , publiée par la Ligue française contre le cancer et dirigée par A. Borrel, de Nobèle, Hartmann, Cl. Regaud, G. Roussy. Devient membre titulaire de la Société de biologie.
1928 Avec Fernand Holweck, il entreprend des travaux sur l'interprétation mathématique statistique des courbes qui relient la dose de radiation et l'effet observé sur des populations homogènes d'organismes monocellulaires. Travaille principalement sur des levures et sur Polytoma uvella , observe pour la première fois le phénomène de mort différée , et contribue aux progrès accomplis par la radiobiologie à partir de l'interprétation quantique des interactions élémentaires de l'énergie de radiation et de la matière organique vivante.
1930 Avec R. Vinzent, il réalise une expérience qui représente le premier cas de co-cancérogénèse. Montre que l'on provoque des cancers avec une très faible dose de radiation agissant sur des foyers infectieux, alors que ces doses sont sans effet sur des tissus non enflammés.
1932 Démontre qu'une hormone ostrogène, la folliculine, peut provoquer l'apparition de cancers de la mamelle chez la souris. Il ouvre ainsi la voie à l'hormonothérapie.
1937-1954 Succède à Regaud comme chef de service à l'Institut Pasteur et comme directeur de l'Institut du Radium.
1939 Sa renommée scientifique et ses qualités de thérapeute l'amène à soigner des gens célèbres. A la demande de la princesse Marie Bonaparte, se rend à Londres au chevet de S. Freud atteint d'un cancer de la machoire.
1939-1940 Avec Eug. Wollman, reprend des études analogues à celles entreprises avec Holweck, cette fois sur des bactériophages.
1940 Devient membre du Comité consultatif d'hygiène de France.
1941 Est nommé professeur au Collège de France à la chaire de radiobiologie expérimentale nouvellement créée.
1942-1943 Avec R. Latarjet, il étudie la production de cancers par les actions conjuguées de radiations X et UV d'hydrocarbures polycyliques sur la peau de la souris. Ces expériences démontrent le rôle indispensable joué par les follicules pilo-sébacés dans la production des épithéliomas cutanés.
1942-1957 Forme une équipe comprenant des physiciens rompus aux calculs de la mécanique ondulatoire (M. et Mme Daudel, M. et Mme Pullman), des chimistes organiciens dirigés par N.P. Buu-Hoï, et des biologistes (G. Rudali et F. Zajdela), afin de poursuivre des travaux sur l'activité cancérigène des hydrocarbures polycycliques. Ces travaux sont à l'origine de la cancérologie inframoléculaire.
1946 Se rend en Iran, accompagné de R. Legroux et Pasteur Vallery-Radot, pour signer, au nom de l'Institut Pasteur, le nouveau contrat de l'Institut Pasteur d'Iran, préparé par M. Baltazard avec le Gouvernement iranien.
1948 Elu membre l'Académie de médecine.
1949 Elu membre de l'Académie des sciences.
1950 Préside, au nom du Bureau international contre le cancer, le premier congrès international du cancer qui se tient à Paris.
1953 Devient, avec J. Tréfouël, membre de la commission consultative sur les recherches biologiques du CEA.
1954-1971 Après sa retraite, il poursuit, dans un laboratoire de l'Institut du radium, aménagé pour lui par l'Institut Pasteur, des travaux sur le cancer du foie du rat, en collaboration avec Mme L. Corre-Hurst.
1957 Concient des risques que peuvent faire courir à l'humanité l'utilisation des armes nucléaires, participe à la première réunion du mouvement Pugwash.
1957 Elu président du Centre Antoine Béclère des relations internationales en radiologie médicale.
1959 Elu président de la Ligue nationale française contre le cancer, il crée des bourses de recherche destinées aux jeunes scientifiques souhaitant faire des recherchesen cancérologie.
1964 Nommé membre de la commission Pathologie cellulaire et tissulaire, cancérologie et radiopathologie de l'INSERM.
1965-1971 Le laboratoire de l'Institut du radium étant devenu trop petit, fait installer, grâce à des crédits de l'INSERM, un centre de recherche sur la cancérogénèse chimique et hormonale à l'Institut Lannelongue de Vanves.
1966 Elu président de l'Association des médecins rationalistes, dont A. Lwoff est membre du comité d'honneur. L'association milite notamment pour l'assouplissement des lois relatives à l'avortement médical.
1968 Fait partie des dix-sept premiers signataires de l'Appel aux intellectuels contre la guerre au Vietnam.
16/12/1971 Voyant sa santé décliner, il achève toutes les tâches qu'il avait entreprises et met fin à ses jours.

Publications en collaboration avec : Baclesse, P. Beraud, E. Briau, Buu-Hoi, R. Caussé, H. Cesbron, A. Chamorro, C. Commandeur, L. Corre-Hurst, O. Costerousse, S. Cotelle, J. Courmont, H. Coutard, R. Cremieu, V. Dantchakoff, S. Danysz, N. Dat-Xuong, R. Daudel, L. Desclin, J. Dubois, A. Fehr, R. Ferroux, G. Fournier, F. Joliot-Curie, P. Giroud, G. Gricouroff, N. Hoan, H. Holovée, F. Holweck, M. Hubert-Habard, Jacquignon, J. Jolly, M. Lagoutte, R. Latarjet, J. Lattes, J. Lavedan, C.-P. Leblond, J. Lecocq, J. Loiseleur, B. Lyonnet, O. Monod, S. Nicolau, Th. Nogier, W. Nyka, A. Paulin, J. Pierquin, A. Policard, A. Raynaud, J. Reverdy, Cl. Regaud, G. Richard, J.-L. Roux-Berger, Rubens-Duval, Ch. Roubier, M. Rouyer, G. Rudali, N. Samssonow, P. Savy, M. Servigne, M. Schoen, J.-A. Thomas, E. Villela, R. Vinzent, P.-E. Weil, El. Wollman, Eug. Wollman, F. Zajdela.

Références biblio. :
- Latarjet (Raymond), Antoine Lacassagne (1884-1971), Annales de l'Institut Pasteur , vol. 122, nÝ 6, 1972.
- Martin (Carole), Inventaire du fonds d'archives. Dossiers scientifiques et lames histologiques Antoine Lacassagne , introduction, p. 1-8.

Service des Archives de l'Institut Pasteur