accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
André Honnorat (1868-1950)

 

_src. Homme politique français né à Paris, le 10/10/1868. Son père est négociant à Lyon puis à Paris, sa mère s'occupe de publicité et rédige des nouvelles publiées dans divers journaux.
Etudes secondaires à Lyon qu'il doit abandonner par suite des difficultés financières que connaît sa famille. Il est un temps journaliste à Paris, puis il entre dans l'administration où il est chef ou directeur de cabinet de plusieurs ministres.
1896 Fonde, avec J. Bertillon, E. Javal et Ch. Richet, l'Alliance national pour l'accroissement de la population qui mène campagne auprès des pouvoirs publics pour obtenir des mesures d'intérêt démographique et l'assimilation des immigrés.
1907-1950 Elu conseiller général du canton de Lauzet (Basses-Alpes).
1910-1921 Elu député des Basses-Alpes sur les listes de la Gauche radicale démocratique. Membre des commissions des Affaires étrangères et de l'Instruction publique.
22/01/1914 Dépose à la Chambre des députés un amendement à la loi sur le recrutement de l'armée, tendant à introduire l'obligation de ne renvoyer dans leurs foyers les militaires réformés pour tuberculose, qu'après avoir assuré leur éducation antituberculeuse, afin d'éviter la contagion de leurs proches.
15/04/1915 Fait voter par la Chambre une résolution ayant pour objet le traitement des tuberculeux réformés. Les crédits votés en octobre servent à installer des stations sanitaires, où pendant quelques mois sont assurés la cure et l'éducation des réformés avant leur retour dans leurs foyers.
15/04/1916 Fait voter par la Chambre des députés la loi que Léon Bourgeois a fait voter par le Sénat, instituant les dispensaires antituberculeux destinés aux militaires réformés comme à la population civile (loi Léon Bourgeois). Fonde le Comité national d'assistance aux anciens militaires tuberculeux, dont L. Bourgeois est le premier président. Afin d'économiser l'énergie du pays en guerre, initie l'heure d'été en France.
1917 Fondateur de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et du Musée de la Guerre.
1918 Fondateur de l'Association franco-danoise, de l'Association franco-norvégienne, du Comité de protection et d'éducation des orphelins de guerre et des fils de français résidant à l'étranger.
07/09/1919 Fait voter par la Chambre des députés une loi instituant les sanatoriums pour tuberculeux, dite loi Honnorat.
1919 Souhaitant mettre sur pied une institution dont le but essentiel est d'offrir aux étudiants un foyer commun de vie spirituelle et préparer par là un rapprochement entre les élites de tous les peuples, travaille à la création, à Paris, d'une cité internationale universitaire. Avec l'appui de la Suède, de la Norvège et celui de personnalités comme David Weill, Jean Branet, Paul Appel, E. Deutsch de la Meurthe, il obtient un lot de terrains de la Ville de Paris, où dès 1923, débute la construction du premier bâtiment.
1919-1920 Devient membre du cercle Autour du Monde (fondé par A. Kahn en 1906).
1920 Le Comité national d'assistance aux anciens militaires tuberculeux se transforme en Comité national de défense contre la tuberculose dont il devient le vice-président. Participe à Londres à la fondation de l'Union internationale contre la tuberculose et reste, jusqu'en 1937, le chef de la délégation française à ces congrès.
1920-1921 Nommé ministre de l'Instruction publique dans le ministère Millerand.
1921-1940 Elu sénateur des Basses-Alpes, il est membre des commissions des Affaires étrangères, de l'Education nationale et de la Santé publique.
1925-1948 Elu président de la Fondation nationale, chargée de représenter pour trente ans l'Université de Paris dans tous les actes relatifs à la Cité internationale universitaire.
1925 Participe à l'inauguration de la fondation Deutsch de la Meurthe, à la Cité universitaire de Paris, dont l'un des bâtiments porte le nom de Louis Pasteur. Crée la Fondation nationale pour l'étude des sciences et des civilisations étrangères.
1925-1950 Président du Comité national de défense contre la tuberculose.
1928 Voyage d'étude aux Etats-Unis sur l'invitation de D. Rockefeller.
1932-1934 Devient membre de l'assemblée de l'Institut Pasteur. Il est l'ami de plusieurs membres de cette Institution, dont E. Roux et A. Calmette.
1934 Participe à la création de la Fondation Roux qui doit fournir des bourses aux jeunes scientifiques souhaitant poursuivre leurs études à l'Institut Pasteur, et propose à E. Marchoux, secrétaire général de la fondation, d'accueillir ces boursiers à la Cité internationale universitaire.
1934-1950 Entre, avec A. Gosset, au conseil d'administration de l'Institut Pasteur, en remplacement de Quénu et E. Roux, décédés.
1940 Compte parmi les parlementaires qui refusent de voter les pleins pouvoirs à Philippe Pétain et se retire de la vie politique. Président du CNDT, il met au point une organisation spéciale chargée d'envoyer les tuberculeux de la zone occupée dans les sanatoriums de la zone libre.
1944 Choisi par le général de Gaulle à la Libération pour faire partie de l'Assemblée consultative provisoire.
1945 Elu par acclamations membre du conseil de l'université de Paris.
24/07/1950 Meurt à Paris, à la Cité internationale universitaire.

Références biblio. :
- Koenig, Notice sur la vie et les travaux de André Honnorat (1868-1950), Institut de France, Paris, Typ. de Firmin Didot et cie, 1952, 14 p.
- Lemoine (Bertrand), La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Editions Hervas, 1990, 120 p.
- Rist (Edouard), "Allocution de M. le Docteur Rist", Bulletin du Comité national de défense contre la tuberculose, Paris, 1951, p. 1-10.
- Hommage à André Honnorat 1868-1950, Paris, Cité Universitaire, 39 p.

Service des Archives de l'Institut Pasteur