accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Félix d'Herelle (1873-1949)
english version    fonds d'archives    
 

Biologiste canadien d'origine française, né de père inconnu, sous le nom de sa mère "Hearens", à Paris, le 25/04/1873. Sa mère est rentière. Son frère cadet, Daniel, est né en 1875.
1887-1892 Etude à l'Ecole Monge (Lycée Condorcet), puis au Lycée Louis-le-Grand, à Paris. Après avoir accumulé des retards dans ses études et obtenu de mauvais résultats scolaires, il quitte l'école, vers 1890, sans avoir terminé ses études secondaires.
1893 S'engage comme volontaire dans l'Armée, en même temps que son frère Daniel.
1994-1897 Déserte l'armée pour des motifs inconnus et réside probablement en Belgique. Voyage en Turquie et en Grèce.
1893 Mariage avec Marie Caire, avec laquelle il aura deux filles.
1897-1901 Se rend au Canada où il installe une distillerie qui fabrique du whisky à partir du sirop d'érable. Participe, en 1899, à une mission géologique à la recherche d'or dans le Labrador. Avec son frère Daniel, crée et dirige une chocolaterie jusqu'en 1901, date à laquelle l'entreprise fait faillite, entrainant la ruine des frères d'Herelle.
1901-1906 Etudie la microbiologie de manière autodidacte, puis travaille comme bacteriologiste sur la fièvre jaune, à l'Hôpital général du Guatémala.
1907-1911 Etudie la fermentation du sisal au Mexique où il travaille comme bactériologiste du gouvernement. Isole l'agent infectieux de l'entérite des sauterelles.
1911-1921 Assistant de recherche dans les laboratoires de l'Institut Pasteur, où il travaille avec A. Salimbeni, C. Delezenne, E. Pozerski et G. Eliava. Participe à de nombreuses missions pour l'Institut Pasteur, en Argentine, Algérie, Turquie, Tunisie et Mexique.
1915 Mentionne pour la première fois les plages de lyse par des phages sur des cultures microbiennes. (rapports similaires sur le même phénomène par W.F. Twort.)
1917 Publie ses résultats, indiquant le caractère filtrable et tranférable de l'agent causal de la plage de lyse, qui est également décrit comme un organisme vivant et corpusculaire. Il le nomme bactériophage.
1919-1920 Décrit des plages de lyse similaires observées en étudiant le typhus aviaire, la diarrhée infantile et la dysenterie humaine (Indochine).
1921 Publie Le bactériophage : Son rôle dans l'immunité, livre donnant les observations et les techniques utilisées au cours de l'étude des bactériophages, et postulant la multiplication intracellulaire des virus.
1921-1924 Quitte l'Institut Pasteur pour devenir conservateur à l'Institut de médecine tropicale de Leiden (Hollande).
1925-1926 Chef du département de bactériologie au Conseil sanitaire et quarantenaire d'Egypte (financé par la SDN), à Alexandrie.
1926 Lewis Sinclair (écrivain américain, prix nobel de littérature, en 1930), publie son roman Arrowsmith qui met en scène un médecin idéaliste, inspiré de la vie de F. d'Herelle. Entre comme membre correspondant étranger à la Société de biologie.
1927 Collabore au Service médical indien pour la prophylaxie du choléra par le traitement par bactériophages.
1928-1934 Professeur de bactériologie invité à l'université de Yale (Etats-Unis). Participe à des congrès à Montréal, Paris, Baltimore, Rome, Marseille et Ann Arbor.
1934-1936 Se rend en Russie, à Tiflis, Kiev et Kharkov, où il organise, à l'invitation du gouvernement soviétique, les recherches sur le bactériophage.
1936 Quitte la Russie, où son ami G. Eliava est fusillé pour des raisons politiques. De retour à Paris, il crée, rue Olivier de Serres, le Laboratoire de production de bactériophages pour traitement thérapeutique, dont il devient le directeur scientifique.
1937-1940 Collaboration scientifique avec l'Institut Pasteur et l'Institut du Radium, sur les propriétés des bactériophages. Les nouveaux résultats vont dans le sens du caractère viral du bactériophage (et non du caractère enzymatique de la lyse, tel que proposé par J. Bordet ).
1938 Edition de son livre Le Phénomène de la guérison des maladies infectieuses.
1940-1945 Mis, avec sa famille, en résidence forcée à Vichy par les autorités françaises pour cause de nationalité canadienne. Il y rédige son autobiographie (non éditée) : Les pérégrinations d'un microbiologiste.
1947 Commémoration, à l'Institut Pasteur, du trentième anniversaire de la première publication de F. d'Herelle sur la découverte du bactériophage, avec une conférence Le bactériophage dans la Nature.
1948 Reçoit le prix Petit-d'Ormoy de l'Académie des sciences.
1949 Mort à Paris et enterré dans le village de sa maison de campagne à Saint-Mards-en-Othe (Aube).

Publications en collaboration avec : G. Eliava, L. Géry, P. Hauduroy, M. Lahire, G. Le Louet, R. Malone, E. Peyre, E. Pozerski, R. Beecroft, H. Seidelin, V. Sertic, M. Rakieten.

Références biblio. :
- Dublanchet (Alain), "La vraie vie de Félix d'Herelle avant la découverte du bactériophage", Association des anciens élèves de l'Institut Pasteur, n° 175, 2003, pp. 80-82

Service des Archives de l'Institut Pasteur