accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Jacques Genevray (1891-1953)
fonds d'archives
 

Médecin, hygiéniste et biologiste français né à Dijon (Côte-d'or, France), en 1891. Son père, Albert Genevray est enseignant.
Etudes secondaires dans les collèges et lycées de Dijon, Cherbourg et Nevers.
1910-1911 Débute des études de médecine à l'Ecole de médecine de Rouen.
1912-1914 Elève boursier de l'école du service de santé de la Marine et des Colonies de Bordeaux.
1914-1918 Sert comme médecin auxiliaire, puis comme médecin aide major dans plusieurs régiments d'infanterie et d'artillerie.
1917 Soutient, à la faculté de médecine de Bordeaux, une thèse de doctorat en médecine : La faune de la tranchée.
1918 Affecté six mois à l'Hôpital de Lanessan, à Hanoi (Indochine).
08/1918-08/1921 Fait partie du corps expéditionnaire français en Sibérie. Participe, comme médecin chef de bataillon, au combat de Donkovskoïe et de Goumerovo et aux opérations de la région d'Oufa. Après le départ du bataillon sibérien, sert à l'Hôpital français de Vladivostok. Cité à l'ordre de l'Armée tchécoslovaque pour avoir assuré la relève des blessés lors des combats et décoré de la médaille d'or des épidémies pour les services rendus lors de la grande épidémie de typhus qui a frappé la Sibérie.
1921-1922 Stage de trois mois à l'Institut Pasteur (Paris), où il suit le grand cours de microbiologie. A la demande de A. Calmette et de E. Roux, son stage est prolongé dans le laboratoire de R. Legroux, afin de poursuivre des études sur les champignons pathogènes, la fixation du complément, la peste et la préparation des vaccins.
1922 Est fait chevalier de la Légion d'honneur. Promu officier en 1941 et commandeur en 1949.
1922-1926 Envoyé par R. Legroux à l'Institut Gaston-Bourret de Nouméa, où il se consacre à l'étude de la lèpre.
1923 Epouse, à Nouméa, Mlle Germaine Venard, avec laquelle il aura une fille, Jacqueline.
1927-1932 Nommé chef de laboratoire à l'Institut Pasteur de Hanoi.
1932 Devient membre correspondant de la Société de pathologie exotique (SPE).
1933-1936 Prend la direction de l'Institut Pasteur de Hanoi, en remplacement de J. Bablet.
1935 A la demande du gouvernement du protectorat du Tonkin, organise un service de surveillance et de distribution d'eau bactériologiquement pure à tous les principaux centres urbains de la région.
1936-1937 Assure la direction de l'Institut Pasteur de Saigon.
1937-1942 Reprend la direction de l'Institut Pasteur de Hanoi, en remplacement de M. Vaucel.
1940 A la suite du débarquement des troupes japonaises en Indochine, refuse de quitter son poste de l'Institut Pasteur de Hanoi dont l'évacuation est un temps envisagée par le Gouvernement du Tonkin. Il est suivi en cela par tous les chefs de service de l'Institut Pasteur.
1941-1942 A la demande des distilleries de Hanoi qui souhaitent remédier à la pénurie d'alcool, met au point une méthode de fabrication de la bière à partir du riz et une méthode de fabrication du whisky à partir du paddy.
1942 Est promu médecin général du Service de santé colonial.
1942-1947 A la demande de A. Yersin, devient mandataire de l'Institut Pasteur de Paris auprès du Gouvernement général de l'Indochine. Il est également chargé de cours de bactériologie à l'école de médecine de Hanoi.
1945 Sommé, par les autorités militaires japonaises qui occupent l'Institut Pasteur de Saigon, de procurer des vaccins anticholériques destinés aux troupes d'occupation, J. Genevray ne livre que des vaccins inefficaces, réservant les autres à la population de Saigon.
1948 La retraite venue, se retire en Bourgogne, où sa fille et son gendre possèdent des vignes. Il fabrique alors les levures nécessaires à la fermentation du vin et assure la présidence du conseil d'administration de l'Institut d'hygiène de Dijon.
1950 Mission pour le compte de l'OMS, à New-Delhi (Inde), où il prend part à des conférences sur le choléra.
Les principaux travaux de Jacques Genevray ont porté sur la plupart des affections exotiques : lèpre, filariose, spirochétose, paludisme, rage et plus particulièrement, sur l'étude du vibrion cholérique et de la mélioïdose.
28/10/1953 Décès à Dijon.

Publications en collaboration avec : Ch. Auffret, M. Autret, J. Bablet, J. Bruneau, J. Dodero, M. Farinaud, H. Gaschen, Hoang-Tichry, E. Houdemer, H. Jacotot, C. Lataste, R. Legroux, J. Mesnard, H. Morin, A. Seyberlich, C. Toumanoff.

Références biblio. :
- Jacques Genevray (1891-1953), Annales de l'Institut Pasteur , t. 86, nÝ 3, mars 1954.
- Relevés des notes du médecin général Genevray de 1932 à 1940 , 4 p. dact. (Archives Pasteur, GVR.)

Service des Archives de l'Institut Pasteur