accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Cours de microbiologie de l'Institut Pasteur
fonds d'archives
 

15/03/1889 Ouverture du premier cours de microbie-technique de l'Institut Pasteur. E. Roux dispense toutes les leçons aux 15 élèves et quatre auditeurs libres de cette première session. A. Yersin l'assiste comme préparateur pour les travaux pratiques. Ce dernier rassemble, pour les travaux pratiques du cours, ainsi que pour les laboratoires de microbiologie, un ensemble de microorganismes, début de la Collection bactérienne de l'Institut Pasteur. Le cours payant est ouvert aux étudiants français et étrangers. Il comprend trois sessions annuelles de cinq semaines.
1890 W. Haffkine remplace A. Yersin comme préparateur. En plus du cours, l'Institut Pasteur organise des cycles de conférences sur des sujets d'actualité : E. Duclaux donne une conférence sur les sulfobactéries, Pessard, médecin du Val-de-Grâce, donne une conférence sur les propriétés colorantes du bacille pyocianique, E. Metchnikoff donne plusieurs conférences dont l'une sur la phagocytose.
1893 E. Metchnikoff devient professeur du cours aux côtés de E. Roux. Ch. Nicolle et L. Martin sont nommés préparateurs.
1894 A. Borrel est nommé préparateur du cours qui compte désormais 45 leçons présentées sur une durée de huit semaines. Après les premiers exposés consacrés aux techniques bactériennes et à l'expérimentation sur les animaux, de multiples sujets sont abordés : bactériologie des germes pathogènes aérobies et anaérobies et de leur toxine, virologie (rage...), mycologie (teignes...), protozoologie (paludisme... ), notions de virulence et d'immunité, pratique des vaccinations.
1895 M. Mérieux, puis V. Morax sont nommés préparateurs du cours qui compte 26 élèves. Le nombre d'auditeurs libres varie entre 30 et 100 selon les leçons. Il se compose de nombreux médecins étrangers venus se former à la sérothérapie de la diphtérie.
1896 Création d'un poste de chef de laboratoire au sein du cours, confié à A. Borrel. J. Binot devient son préparateur.
1899 Cinq conférences sont données sur la peste dans le cadre du cours.
1900 A. Borrel est nommé professeur du cours, aux côtés de E. Metchnikoff et E. Roux. Elmassian est nommé préparateur.
1900-1901 Le nombre des élèves du cours s'élève à environ 80. Ils sont répartis entre deux laboratoires. L'un confié à A. Borrel avec A. Salimbeni comme préparateur. L'un confié à J. Binot. avec Ed. Sergent comme préparateur. Le cours ne compte plus qu'une seule session de huit semaines tant le programme s'est étendu. Il porte familièrement le nom de Cours de Monsieur Roux, du nom de son créateur, qui en reste le directeur. Une dizaine de chercheurs de l'Institut Pasteur participent désormais régulièrement au cours.
1901-1902 E. Pinoy remplace J. Binot comme préparateur du laboratoire de A. Borrel.
1903-1905 Des discussions entre A. Calmette et F. Mesnil, pour l'Institut Pasteur, et Kermorgant, pour le ministère des Colonies, aboutissent à l'accueil régulier de médecins du corps de santé des Troupes coloniales parmi les élèves du cours.
1904 Et. Burnet est nommé préparateur.
1906 R. Legroux est nommé préparateur.
1907 L. Nègre est nommé préparateur.
1910 A la suite du décès de J. Binot, M. Nicolle est nommé chef de laboratoire du cours.
1911 J. Magrou et P. Masson sont nommés préparateurs.
11/1913-03/1914 Le cours compte 98 leçons exposées par 24 conférenciers. Les rubriques traitées sont les mêmes que celles du cours de 1894, mais plusieurs domaines se sont considérablement développés : les virus avec en plus de la rage, la variole, la poliomyélite, la fièvre jaune, et la péripneumonie des bovidés ; les protozoaires avec en plus du paludisme, les trypanosomiases, les leishmanioses et la piroplasmose ; les mycoses ; l'immunologie.
08/1914 Les cours cessent pour cause de guerre. Son personnel est mobilisé sur place et dans les locaux de l'enseignement, où l'on s'empresse d'organiser la fabrication de grosses quantités de vaccin antityphoïdique et de mettre sur pied la préparation de tout le matériel destiné aux laboratoires du Service de santé des Armées françaises et alliées.
De 1889 à 1914, 41 séries de leçons, accompagnées de travaux pratiques, ont été suivies par 2365 médecins français et étrangers. Presque tous les professeurs ou agrégés des facultés de médecine de Paris et de province sont venus suivre le cours, ainsi que la plupart des internes et médecins des hôpitaux de Paris. Les directeurs des grandes institutions de santé publique, les pharmaciens des hôpitaux, les vétérinaires sanitaires, comptent aussi parmi les élèves.
1922 Sous l'impulsion de A. Calmette, le cours est rétabli. La direction en est confiée à R. Legroux, secondé par J. Dumas. Il est unique en France d'où son appellation de Grand Cours. Jusqu'en 1939, R. Legroux s'attache à incorporer dans les leçons les nouvelles acquisitions de la microbiologie, tout en maintenant inchangé le plan de l'enseignement.
1940 Du fait de la guerre, les cours sont remplacés par des démonstrations consacrées à l'infection des plaies de guerre et à leur traitement par les sulfamides . Les années suivantes les sessions sont restreintes.
1946-1957 Le Grand Cours reprend sous la direction de J. Dumas.
1950 L'immunologie est séparée administrativement de la microbiologie proprement dite. Il prend la forme d'un certificat de sérologie donné par R. Laporte.
1957 P. Thibault succède à J. Dumas à la direction du cours de microbiologie. S'il reste le cours principal, plusieurs enseignements, conçus de manière indépendante, voient le jour : l'immunologie, issue de l'ancien certificat de sérologie, dirigée par M. Faure ; la microbiologie du sol, dirigée par J. Pochon et P. Tardieux ; la mycologie médicale, dirigée par D. Segretain ; la physiologie et génétique bactériennes, dirigée par J. Monod ; enfin, la virologie, dirigée par P. Lépine. Cet enseignement est lui-même divisé en deux parties : un premier cours consacré aux techniques de cultures cellulaires ; un second cours, organisé sous l'égide de l'OMS, consacré aux méthodes de laboratoire appliquées au diagnostic des maladies à virus.
1960-1974 M. Raynaud et A.-M. Staub sont nommés co-directeurs du cours d'immunologie de l'Institut Pasteur.
1970 Création d'un cours d'épidémiologie par M. Baltazard.
1972 Le cours d'immunologie se scinde deux parties indépendantes : immunologie générale et immunologie approfondie.
Années 70 Le Grand Cours éclate et cède la place à des cours indépendants confiés à des spécialistes : bactériologie générale, bactériologie systématique, virologie générale, virologie systématique.
1982 L'enseignement s'installe dans le bâtiment Yersin, qui lui est entièrement consacré.
De nouveaux cours apparaissent alors régulièrement, en fonction des besoins de la recherche et de la santé publique : cours d'épidémiologie des maladies transmissibles, cours sur les cultures cellulaires appliquées à la virologie, cours de génie génétique, cours de cytofluorimétrie...

2006 Le Centre d'enseignement quitte le bâtiment Yersin, pour s'installer dans l'aile Louis Martin de l'ancien Hôpital de l'Institut Pasteur.
Références biblio. :
- Faure (Marguerite), Histoire des cours de l'Institut Pasteur, Histoire des Pasteuriens , brochure de l'Institut Pasteur, 14 p., 1988 (Archives Institut Pasteur, Bio.07).
- Raynaud (Marcel), L'Institut Pasteur centre d'enseignement supérieur, Les Institut Pasteur, Revue de l'Enseignement Supérieur , 1964, pp. 63-77.
- L'enseignement, L'Institut Pasteur, L'Opinion économique et financière , pp. 75-77, 1960.

Service des Archives de l'Institut Pasteur