accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Emile Césari (1876-1956)
fonds d'archives
 

Médecin vétérinaire et biologiste français né à Nice (Alpes-Maritimes, France), le 16/04/1876.
1887-1892 Etudes au collège municipal de Grasse (Alpes-Maritimes).
1892 Après avoir obtenu son baccalauréat, entre comme élève à l'Ecole vétérinaire d'Alfort dont il sort diplômé en 1899.
1896 Engagé volontaire au 19e régiment d'artillerie.
1900-1908 Entre comme vétérinaire sanitaire au Service vétérinaire sanitaire de Paris et du département de la Seine.
1904 Etudiant la tuberculose du veau de boucherie, il constate la présence de bacilles tuberculeux n'offrant aucune altération visible macroscopiquement au sein des ganglions lymphatiques. C'est un des premiers exemples signalés de tuberculose occulte.
1908-1922 Devient chef de laboratoire au Service vétérinaire sanitaire de Paris et du département de la Seine.
1908 Avec A. Coquot, il démontre expérimentalement que le passage des bacilles tuberculeux dans le lait de la vache se fait à la faveur de lésions du parenchyme de la glande mammaire, décelables à l'examen histologique.
1909 Rapporteur du congrès international vétérinaire de La Haye. Il sera à nouveau rapporteur des congrès de Londres, en 1914, et Zurich, en 1938.
1909-1924 Devient assistant de M. Nicolle à l'Institut Pasteur, Paris. Leurs travaux sur les toxines et les antitoxines, plus particulièrement ceux relatifs à la précipitation mutuelle des antigènes et des anticorps, vont leur permettre de mettre au point une méthode de mesure in vitro de l'activité des toxines diphtérique et tétanique d'une part, et d'autre part, de la puissance antitoxique des sérums antidiphtérique et antitétanique.
1914-1918 D'abord mobilisé au 20e escadron du train des équipages militaires, il est envoyé, de 1915 à 1916, en mission à Montévidéo (Uruguay) par le ministère de la Guerre, pour assurer le contrôle des viandes congelées et l'hygiène des conserves de viande destinées aux armées. Puis il est affecté au laboratoire des subsistances militaires jusqu'à sa démobilisation.
1920 Lauréat du prix Raynal de l'Académie de médecine.
1920-1932 Devient chef de laboratoire à l'Institut Pasteur.
1922-1930 Intéressé par la question des antigènes lipoïdiques et principalement par l'antigène de Frossman, il éclaircit les mécanismes des réactions utilisées dans le diagnostic sérologique de la syphilis, et met au point de nouvelles méthodes de diagnose biologique de la viande et des abats de cheval applicables à la répression des fraudes.
1922-1929 Est nommé chef de secteur, adjoint au directeur, au Service vétérinaire sanitaire de Paris et du département de la Seine.
1923 Soutient une thèse de doctorat vétérinaire devant la faculté de Paris. La même année, il est fait chevalier de la Légion d'Honneur (il sera fait officier en 1938).
1923-1931 A l'occasion d'un rapport sur la prophylaxie de l'infection mélitensique caprine et ovine qu'il doit remettre au Comité consultatif des épizooties, il est amené à étudier les rapports entre les agents microbiens de la fièvre ondulante de l'homme et de l'avortement épizootique des animaux. Se rangeant dans le camp des partisans de l'identité de Micrococcus melitensis et de Bacillus abortus , il est l'un des premiers à prévoir la possibilité d'une fièvre ondulante d'origine bovine.
1925 En collaboration avec le médecin vétérinaire Rozier, il dépiste les premiers cas de leischmaniose reconnus en France, dans la région méditerranéenne, sur des chiens malades.
1926 Rapporteur au VIIe congrès international de laiterie de Paris.
1926-1933 Est élu secrétaire général de l'Académie vétérinaire de France, fonction qu'il occupe à nouveau de 1938 à 1941.
1927 Devient membre de la Société de pathologie exotique (SPE).
1932 Est nommé chef de service à l'Institut Pasteur.
1933 Est élu président de la Société de médecine vétérinaire pratique.
1933-1940 A la demande de E. Roux et de A. Calmette, il prend la direction de l'annexe de la rue d'Alleray de l'Institut Pasteur (Paris) et devient chef du service de sérothérapie antivenimeuse. Il y entreprend, en collaboration avec son assistant, P. Boquet, une série de recherches sur les antigènes des venins de serpents et les anticorps des sérums antivenimeux.
1934-1935 Elu vice-président, puis président de l'Académie vétérinaire de France.
1937 Lauréat du Prix Montyon de l'Académie des sciences, Paris.
1940-1944 Après la défaite de la France, cesse toute activité à l'Institut Pasteur.
1944-1945 Peu après la Libération, est rappelé à l'Institut Pasteur par J. Tréfouël, pour être nommé conseiller auprès du directeur. Il exerce cette fonction quelques mois avant de se retirer à Grasse avec sa femme.
22/03/1956 Décès à Grasse.

Publications en collaboration avec : V. Alleaux, E. André, J. Bauche, P. Boquet, J. Bridré, J. Camus, L. Cauchemez, A. Coquot, L. Cotoni, E. Debains, H. Durand, P. Forgeot, V. Frasey, Gosset Gorovitz, A. Guillermond, A. Henry, C. Jouan, A. Julien, P.P. Lévy, M. Lévy-Bruhl, H. Martel, A. Netter, M. Nicolle, L. Panisset, A. Raphaël, J. Renault, Ch. Truche.

Références biblio. :
- Boquet (Paul), Emile Césari 1876-1956 , s.r. (archives de l'Institut Pasteur, CES.).
- Césari (Emile), Titres et travaux du docteur vétérinaire Césari , Paris, Vigot Frères, éd., 1941, 31 p.

Service des Archives de l'Institut Pasteur