accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Etienne Burnet (1873-1960)
english version    fonds d'archives
 

Médecin et bactériologiste français né le 11/10/1873 à Maurupt-le-Montoy (Champagne). Son père est inspecteur de l'Enseignement.
Passe sa jeunesse à Joigny, où son père l'initie à l'observation de la nature.
09/1888 Quitte le Collège de Joigny pour le Lycée de Sens, où il est admis en seconde.
1890 Obtient le premier prix d'histoire au Concours général.
09/1890 Entre dans la classe de philosophie du Lycée Henri IV, où il a pour professeur Henri Bergson.
07/1893 Est reçu premier au concours d'entrée de l'Ecole normale supérieure (ENS).
1894 Effectue son service militaire au 82e Régiment d'infanterie, à Paris.
11/1894 Après avoir passé à la Sorbonne une licence de lettres, entre à l'ENS. Il y cotoie un autre élève, Charles Péguy.
1896-1897 Donne des cours particuliers au fils d'une riche famille parisienne qui l'introduit dans la bourgeoisie cultivée. Et. Burnet fréquente alors les salons parisiens, où il rencontre le docteur. F. Widal.
07/1897 Reçu à l'agrégation de philosophie, il quitte l'ENS pour aller passer une année en Allemagne. Après avoir visité les principales villes de la Rhénanie, il arrive à Berlin et s'inscrit à l'université. Durant ce séjour, il fréquente André Tardieu, alors secrétaire à l'Ambassade de France à Berlin. C'est là qu'il décide de faire des études de médecine.
1898 De retour à Paris, et grâce à l'appui du directeur de l'ENS, il est nommé pensionnaire de la Fondation Thiers et consacre une année entière à la préparation du certificat préparatoire aux études de médecine PCN (physique chimie sciences naturelles).
1899 Rencontre G. Abt dans la cour de l'Ecole de médecine, au premier jour des travaux pratiques d'anatomie. Les deux étudiants décident de travailler ensemble.
1901 En collaboration avec François Simiand et Mario Roques, publie une brochure polémique où il prend position en faveur du capitaine Dreyfus.
1903 Sur le conseil de F. Widal, suit le cours de microbiologie de l'Institut Pasteur. Soutient sa thèse de doctorat en médecine sur L'Eosinophilie pleurale .
1904 Recommandé par Widal et F. Mesnil, entre comme préparateur au laboratoire de A. Borrel. Participe au cours de microbiologie en donnant des leçons théoriques et des démonstrations techniques.
05/1904 Consacre une notice nécrologique à E. Duclaux dans le journal L'Humanité , où il évoque le combat du chercheur lors de l'affaire Dreyfus.
1905 Publie son premier travail sur la classification et la morphologie du spirochète de la syphilis.
1905-1906 Nommé directeur du service de vaccination de la Ville de Paris.
1907-1919 Entre dans le laboratoire de E. Metchnikoff, à l'Institut Pasteur, et commence à travailler sur la syphilis.
1908 Publie un livre de vulgarisation : La lutte contre les microbes.
1911 Fait paraître : Microbes et toxines, l'ouvrage, préfacé par Metchnikoff, a un succès durable.
1911 Participe, avec A. Salimbeni et Yamanouchi, à la mission organisée par l'Institut Pasteur, en Russie, chez les Kalmouks et les Kirghizes. Dirigée par E. Metchnikoff, la mission mène des recherches sur la peste et la tuberculose.
1912 Se rend au Chili pour donner un cours de microbiologie, à l'Université de Santiago.
1914-1918 Mobilisé à Fontainebleau, à l'ambulance de la 7e division de cavalerie indépendante, il part à sa demande avec la première formation envoyée sur le front. En 1915, il sert au laboratoire de la 4e Armée, alors que sévit une violente épidémie de fièvre typhoïde. En 1916, à la demande de E. Roux, gagne Salonique, où il est attaché à la mission antipaludique, créée pour secourir l'Armée d'Orient et dirigée par d'Ed. Sergent. Victime du paludisme, en 1917, il est évacué sur la France, puis sert au Centre d'études d'Epernay, création de l'Institut Pasteur et du Service de santé des armées. Décoré de la Légion d'honneur à titre militaire et de la Croix de Guerre.
1918 Epouse une jeune ambulancière, Lydia, rencontrée à Salonique et amie de Mme O. Metchnikoff. En octobre, à la demande du Gouvernement français, participe comme membre de l'Institut Pasteur, à une mission de propagande intellectuelle aux Etats-Unis.
1919 Séjourne en mai, en compagnie de son épouse, dans la propriété d'Anatole France, près de Tours. Alors qu'il a repris son travail sur la tuberculose à l'Institut Pasteur, une hémoptisie, révélant une tuberculose, le contraint au repos. Il se rend alors en Tunisie, où l'accueille Ch. Nicolle.
1920-1928 Accepte le poste de directeur de l'hygiène de la ville de Tunis. Mène des recherches sur la fièvre de Malte, en améliore le diagnostic par la mise au point d'une réaction qui porte son nom.
1921 Est nommé sous-directeur de l'Institut Pasteur de Tunis.
1922 Se rend aux Etats-Unis, pour représenter le gouvernement français et l'Institut Pasteur aux cérémonies du Centenaire de Louis Pasteur, organisées par la ville de Philadelphie.
1923 Publie Loin des Icônes , roman sur la vie des Russes blancs émigrés en Tunisie.
10-12/1923 Participe à une mission de la SDN en Pologne et en URSS, pour la coopération scientifique et sanitaire. Publie à son retour le roman : La porte du sauveur, vision de Moscou .
1924 Donne une conférence en l'honneur du 80e anniversaire de son ami Anatole France, où il évoque ses souvenirs des trois années de fréquentation assidue du salon de Mme Caillavet, avenue Hoche à Paris.
1926 Elu membre correspondant de l'Académie nationale de médecine. Devient membre de la Société de biologie et de la Société de pathologie exotique (SPE).
1928-1936 A la suite d'une mésentente avec Ch. Nicolle et sur les conseils de A. Calmette, quitte Tunis et gagne Genève, où il intègre l'Organisation d'Hygiène de la Société des Nations, dirigée par L. Rajchman.
1929-1931 Secrétaire de la commission de la lèpre du Comité d'hygiène de la SDN, il participe à une enquête sur cette maladie en Europe, en Amérique du Sud et en Extrême-Orient. Représente la SDN aux conférences de la lèpre de Bangkok et de Manille.
1931 Plusieurs pays d'Europe, représentés à Genève, demande au Comité d'hygiène de la SDN un rapport sur la prophylaxie de la tuberculose. Et. Burnet se voit chargé de cette enquête approfondie dans une dizaine de pays européens. Son rapport : Les principes généraux de la prophylaxie de la tuberculose , est adopté d'emblée par le Comité d'hygiène.
1933 Publie dans la Bibliothèque de phtisiologie : Prophylaxie de la tuberculose. Application en Europe. Mène une enquête sur l'organisation et la réforme des études médicales, en Angleterre, en URSS et en Italie.
1933-1934 A la demande du Comité d'hygiène de la SDN, participe à l'organisation du Centre international d'étude de la lèpre, à Rio de Janeiro.
1936-1943 Succède à Ch. Nicolle à la tête de l'Institut Pasteur de Tunis où, dès son arrivée, il doit faire face à des dissensions importantes au sein du personnel scientifique.
1938 Participe au Congrès international de la lèpre, au Caire.
02/1938 Alors qu'il se rend en voiture au lazaret de Rabta, près de Tunis, pour suivre le traitement de trois jeunes lépreux, il sort de la route pour éviter des enfants, et perd l'usage d'une main.
1939 Lydia Burnet fait paraître : Etienne Burnet, un humaniste français de ce temps .
1943 L'arrivée des troupes allemandes en Tunisie, en 1942, précipite une série de conflits au sein de l'Institut Pasteur qui aboutissent à sa mise à la retraite. Il se retire alors dans sa villa de Tunis pour se consacrer à l'écriture.
1953 Publie un grand essai Don Quichotte, Cervantès et le XVIe siècle . Prend partie pour l'indépendance de la Tunisie.
1956 Faute d'avoir cotisé pour sa retraite, les années passant, le couple Burnet connaît la précarité. Le Président Bourguiba, alerté, décide alors de leur octroyer une pension.
11/1957 Fait paraître dans le Le Petit Matin un article demandant le recours en grâce de Djamila Bouhired, jeune militante du FLN algérien, condamnée à mort par un tribunnal militaire d'Alger.
20/12/1960 Décès à Tunis.
1961 A la demande du Gouvernement tunisien, Et. Burnet est inhumé dans le jardin de l'Institut Pasteur de Tunis.

Publications en collaboration avec : P. Abrami, Ch. Anderson, J. Bance, Boidin, E. Bonan, A. Borrel, G. Brun, Calamida, E. Conseil, P. Durand, J. L. de Lagoanère, E. Legroux, F. Masselot, E. Metchnikoff, Ch. Mantoux, Ch Nicolle, D. Olmer, P. Ravaut, Sacquépée, L. Tarassévitch, G. Tibierge, C. Vincent, R. J. Weinssenbach, F. Widal.

Références bibliographiques :
- Burnet (Etienne), Titres et Travaux scientifiques, du docteur Etienne Burnet , 1933, Barnéoud, Laval.
- Huet (Maurice) : La personnalité complexe d'Etienne Burnet (1873-1960), successeur de Charles Nicolle à l'Institut Pasteur de Tunis, Bulletin de l'Association des anciens élèves de l'Institut Pasteur , vol 51, nÝ 198, pp. 17-17, 03/2009.
- Levaditi (Constantin), Etienne Burnet, 1873-1960, Annales de l'Institut Pasteur , t. 100, 04/1961, pp 401-405.

Service des Archives de l'Institut Pasteur