accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Louis Boëz (1888-1930)

 

Médecin et biologiste français, né à à Maroilles (Nord, France), le 08/02/1888.
Etudes à la faculté d'Etat de Lille.
1908 Externe des Hôpitaux.
1910 Est reçu major de sa promotion au concours de l'internat. Devient l'élève de A. Calmette, alors directeur de l'Institut Pasteur de Lille.
1912 Devient assistant à l'Institut Pasteur de Lille, charge qu'il cumule avec celle d'aide de clinique médicale.
1914-1918 Alors qu'il se prépare au concours d'agrégation, il est mobilisé. Sert sur le front d'Orient avant d'être attaché à des laboratoires de bactériologie d'armée.
1918-1925 Nommé successivement, chef des travaux, chargé de cours, puis professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg et sous-directeur de l'Institut d'hygiène. Au début de cette période, il fait paraître des observations sur les séquelles de l'intoxication par les gaz asphyxiants, ainsi qu'une série de notes sur les spirochétoses, les virus filtrables, les méthodes de séro-diagnostic de la syphilis. A partir de 1920, collabore, avec A. Borrel et de Coulon, à l'étude du bacille tuberculeux, ses milieux de culture, sa virulence, l'exaltation de sa virulence, les variations de toxicité de la tuberculine. Avec les mêmes chercheurs, il étudie l'action de différents métaux et du goudron sur les tumeurs cancéreuses de la souris, ainsi que l'hérédité cancéreuse chez ce même rongeur. Toujours à Strasbourg, il débute des travaux sur les microbes anaérobies. Il met notamment au point une technique d'hémoculture anaérobie en milieu solide, qui constitue un progrès important dans le diagnostic des septicémies et permet la numération des germes dans le sang des malades.
1925 Désigné par l'Institut Pasteur pour participer à une mission organisée par l'Institut Rockeffeller de New-York, pour prendre connaissance des recherches de P.K. Olitsky et F.I. Gates sur les nouveaux éléments microbiens découverts dans la grippe épidémique et le coryza aigu. Avec Olitsky, démontre l'affinité de B. Pneumosintes pour le tissu pulmonaire.
1927 Publie avec Olitsky, dans The Journal of Experimental Medecine, quatre notes sur les propriétés du virus de la fièvre aphteuse.
1927 Donne une série de conférences de bactériologie aux Universités de Montréal et de Québec, à l'invitation de l'Institut franco-canadien. S'est alors qu'éclate, à Montréal, une grave épidémie de fièvre typhoïde et que la vaccin vient rapidement à manquer. L. Boëz organise alors la production d'un entéro-vaccin (4 à 5000 doses quotidienne), dans un laboratoire de l'Hôpital Notre-Dame, qui, en quelques semaines, a raison de l'épidémie. L'Université de Montréal songe alors à créer un Institut bactériologique dont L. Boëz serait le directeur. Mais la direction de l'Institut Pasteur lui confie la charge d'une de ses filiales en Indochine.
1927-1930 Succède à F. Guérin à la direction de l'Institut Pasteur de Saigon. En marge de ses tâches administratives, il y poursuit ses recherches. Avec J. Guillerm et H. Marneffe, il envisage le traitement de la lèpre par ingestion de savon à base d'huile d'hydnocarpus. Conduit des recherches sur le nuoc-mam et met en évidence le rôle de la flore anaérobie dans sa fabrication. Etudie le pouvoir bactéricide du sang, dans le but d'améliorer le diagnostic de certaines septicémies. Il perfectionne, à cette occasion, sa technique d'hémoculture anaérobie en milieu solide.
1928 Traduit, annote et fait publier chez Gaston Doin l'ouvrage de H. Gideon Wells : Les aspects chimiques de l'immunité .
Nommé directeur-adjoint des Instituts Pasteur d'Outre-mer. N. Bernard en est le directeur.
1929 Reçoit de E. Roux (directeur de l'Institut Pasteur) un mandat pour siéger à la commission franco-chinoise chargée d'étudier les conditions pratiques de la création d'un Institut Pasteur à Shanghaï. Fait paraître aux éditions Spes un traité d'hygiène rurale.
24/03/1930 Décès à Dalat (Indochine), à la suite d'une septicémie due au bacille typhique, dont il avait exalté la virulence pour ses recherches sur le pouvoir bactéricide du sang. J. Mesnard lui succède à la tête de l'Institut Pasteur de Saigon.
1930 Parution posthume de son dernier article : Les théories physico-chimiques de l'immunité.

Publications en collaboration avec : A. Borrel, de Coulon, E. Duhot, Freysz, J. Guillerm, R. Keller, A. Kerlstadt, Lanzanby, L. Leclercq, H. Marneffe, P. K. Olitsky, Pautrier, L. Robin, J. Schreiber, Vaucher.

Références biblio. :
- Bernard (Noël), Louis Boëz (1888-1930, Archives des Instituts Pasteur d'Indochine , nÝ 11, 10 p., 04/1930.

Service des Archives de l'Institut Pasteur