accueil  |   collecte  |   biographies  |   fonds  |   index généraux : auteurs   matières  |   icono.  |   liens 


Repères chronologiques
Jules Bordet (1870-1961)
english version    fonds d'archives    
 

Médecin et biologiste belge, né à Soignies (Belgique), le 13/06/1870. Son père est instituteur. Son frère aîné, Charles, est né en 1868.
1880-1886 Après avoir été l'élève de son père dans les classes primaires, entre à l'Athénée Royale de Bruxelles.
1886 Entre à l'Université Libre de Bruxelles pour y suivre, avec son frère Charles, des études de médecine. Deux de ses professeurs, P. Heger et L. Errera, lui donnent le goût de la recherche.
1892 Devient docteur en médecine.
1894 Grâce à une bourse de voyage du Gouvernement Belge, se rend à l'Institut Pasteur (Paris), dans le laboratoire de E. Metchnikoff, dont les recherches sont centrées sur la phagocytose. Il y reste jusqu'en 1901. Peu après son arrivée à Pasteur (1895-1896), J. Bordet parvenant à étudier le phénomène de R. Pfeiffer in vitro, élucide les mécanismes d'agglutination et de lyse bactérienne par les immunsérums, soulignant ainsi la part de l'immunité humorale dans les processus de défense antimicrobienne. Il démontre que la bactériolyse résulte de l'action conjointe de l'alexine (le complément), un facteur thermolabile dépourvu de spécificité, et d'une substance thermostable spécifique, qu'il nomme sensibilisatrice (anticorps) parce qu'elle sensibilise le microbe à l'action bactériolytique de l'alexine. Il montre aussi que l'agglutination précédant la lyse est due à l'anticorps, sans intervention du complément.
11/1895-01/1896 Suit le cours de microbiologie de l'Institut Pasteur.
1896 Obtient le grade de docteur spécial de l'Université de Bruxelles, sur présentation de ses travaux de l'année écoulée.
1897 Chargé par l'Institut Pasteur d'une mission d'étude de la peste bovine, au Transvaal (Afrique du Sud), il met au point, en collaboration avec J. Danysz et Theiler, une méthode efficace d'immunisation contre cette épizootie. Il y rencontre R. Koch qui se consacre au même sujet d'étude.
1898-1904 Découvre le mode d'action des sérums hémolytiques et établit l'identité de celui-ci avec le mode d'action des sérums bactériolytiques. Ces travaux lui permettent de mettre au point le séro-diagnostic des espèces animales et le diagnostic médico-légal des tâches de sang.
1899 Epouse Marthe Levoz, avec laquelle il aura trois enfants, Simone, Marguerite et Paul (P. Bordet).
1901-1940 A la demande du Conseil provincial du Brabant, devient le premier directeur de l'institut antirabique et bactériologique de cette province (devenu Institut Pasteur du Brabant, en 1903).
1901-1903 Ayant l'idée d'utiliser la réaction de fixation du complément comme révélateur d'une réaction immunologique, il montre avec O. Gengou que la méthode convient au diagnostic sérologique des infections les plus diverses. Il l'utilise lui-même pour le diagnostic de la fièvre typhoïde, de la peste, du charbon et du rouget du porc.
1901-1919 Analysant la réaction antigène-anticorps, Bordet énonce sa théorie de l'union en proportions variables (la quantité d'anticorps liée à une quantité déterminée d'antigène varie selon le rapport des réactifs en présence) en opposition à la théorie de P. Ehrlich qui prévoit des proportions fixes. Il reconnaît, avec Sleeswyk, la variabilité antigénique des espèces microbiennes en fonction du milieu de culture. Il analyse les phénomènes de conglutination des complexes antigène-anticorps par le sérum de boeuf et de coagglutination. Il mène des recherches sur la coagulation du sang : description du mécanisme de formation de la thrombine ; découverte de la propriété dite excito-productrice de cette dernière.
1906 Isole le bacille de la coqueluche Bordetella pertussis grâce à un milieu de culture mis au point en collaboration avec O. Gengou.
1907 Avec Fally, découvre l'agent de la diphtérie aviaire. Entre comme membre correspondant étranger à la Société de biologie.
1907-1935 Nommé titulaire de la chaire de bactériologie à la faculté de médecine de l'Université Libre de Bruxelles.
1909-1910 Fournit la première description morphologique de l'agent de la péripneumonie des bovidés.
1914-1920 Rédige et publie son Traité de l'immunité dans les maladies infectieuses, ouvrage réédité en 1938.
1919 Reçoit le prix Nobel pour ses travaux sur l'immunité.
1920-1941 Se consacre à l'étude des bactériophages, découverts quelques années plus tôt par F. d'Herelle, et de la lysogénie.
1921 Elu correspondant de l'Académie des sciences, Paris. Elu membre associé en 1923.
1930 Préside le 1er congrès international de microbiologie, à Paris.
1938 Reçoit la Grand Croix de la Légion d'honneur pour services rendus à la culture française.
1934-1940 A la suite du décès de A. Calmette et E. Roux, le conseil d'administration de l'Institut Pasteur lui demande d'assurer la présidence du Conseil scientifique de l'Institut Pasteur (G. Bertrand, A. Borrel, F. Mesnil, Ch. Nicolle, A. Yersin, en sont membres).
1940 En tant que directeur de l'Institut Pasteur du Brabant, se trouve mobilisé au sein du Laboratoire central du service de santé de l'Armée belge. Suit l'exode en France du laboratoire, jusqu'à l'armistice du 23 juin, puis revient à Bruxelles.
1942 Se voit interdire d'exercer toutes fonctions publiques par les autorités militaires allemandes.
1944 Menacé de mort par les milices Rexites et le Vlaams Nationaal Verbond, doit quitter son domicile et se cacher chez des parents, jusqu'à la fin de la guerre.
1946 La baisse progressive de sa vue le contraint à renoncer au travail de laboratoire. Il se consacre alors à la rédaction d'ouvrages sur la vie politique belge et fait paraître un traité consacré à l'astronomie.
1950 Manifestation d'hommage organisée conjointement par les Instituts Pasteur de Paris et du Brabant et l'Université Libre de Bruxelles, en présence de la Reine Elisabeth de Belgique. Sir A. Fleming y parle au nom des savants étrangers, L. Pasteur Vallery-Radot au nom de l'Institut Pasteur, et G. Ramon au nom de l'Académie des sciences.
06/04/1961 Décès à Bruxelles. Reçoit les honneurs nationaux.

Publications en collaboration avec : P. Bordet, Ciuca, L. Delange, O. Gengou, V. Fally, P. Gay, Jaumain, E. Renaux, Sleeswyk.

Références biblio. :
- Bordet (Paul), "Jules Bordet", Florilège des Sciences de Belgique, Académie Royale de Belgique, 1968, pp. 1035-1067.
- Craps (Lucien), La naissance de l'immunologie, Bâle, Sandoz Pharma s.a., 1993, 132 p.
- Govaerts (André), "Jules Bordet", Histoire des pasteuriens, Paris, Institut Pasteur, 1986, 6 p.

Service des Archives de l'Institut Pasteur