Recherche

color class: 
green
FR
enable place filter: 
  • Recherche | 05.07.2013

    Nouveau coronavirus : trop peu transmissible à ce stade pour déclencher une épidémie mondiale

    Dans une étude publiée le 5 juillet sur le site du journal The Lancet, une équipe de l’Institut Pasteur indique que le coronavirus MERS-CoV, n'est pas, sous sa forme actuelle, en mesure de provoquer une épidémie mondiale. Pour autant, ce scénario n’est pas à exclure, la transmissibilité du virus pouvant augmenter à l’occasion de mutations du virus ou de grands rassemblements de population. En conséquence, les chercheurs rappellent qu’il est urgent d'identifier l'animal réservoir du virus pour enrayer la transmission vers l'homme, et de maintenir une surveillance mondiale des cas suspects pour diagnostiquer, traiter et isoler le plus tôt possible les nouveaux patients.

  • Recherche | 29.05.2013

    Emergence mondiale d’une salmonelle hautement résistante aux antibiotiques avec risque d’implantation dans les élevages de volailles européens

    Dans une étude publiée le 28 mai sur le site du journal The Lancet Infectious Diseases, des chercheurs de l’Institut Pasteur à Paris et de l’Institut Pasteur du Maroc attirent une nouvelle fois l’attention sur la propagation rapide à l’échelon mondial de Salmonella Kentucky (S. Kentucky), une bactérie résistante à plusieurs classes d’antibiotiques. Responsable d’infections alimentaires, S. Kentucky a connu une expansion spectaculaire sur le continent africain et au Moyen Orient en l’espace de quelques années seulement. Dans l’étude, les auteurs remarquent que la bactérie s’est récemment implantée en Inde et en Asie du sud est et a acquis de nouvelles résistances notamment aux antibiotiques de dernière intention. Les chercheurs pointent également un risque important d’implantation de cette souche multirésistante dans les élevages de volailles des pays industrialisés. La bactérie ayant déjà été détectée dans des élevages de dindes de plusieurs pays européens.

  • Recherche | 07.01.2013

    L’histoire évolutive et l’émergence de la tuberculose retracées

    Des scientifiques de l’Institut Pasteur à Paris, du CNRS, de l’Inserm, de l’Institut Pasteur de Lille, de l’Université Lille 2, en collaboration avec le CEA-Genoscope et le Sanger Institute, viennent de déterminer l’origine de l’émergence de la bactérie Mycobacterium tuberculosis, principal agent de la tuberculose. Les chercheurs apportent également des indices sur les raisons de son succès évolutif. Ils ont identifié plusieurs mécanismes génétiques ayant pu contribuer à la dissémination mondiale du pathogène, qui infecte actuellement jusqu’à 2 milliards d’individus. Ces travaux, publiés online le 6 janvier sur le site de Nature Genetics, ouvrent des perspectives pour identifier de nouvelles cibles pour lutter contre la tuberculose.

  • Recherche | 21.02.2013

    Comment le streptocoque devient un pathogène chez les nouveau-nés

    Une équipe de recherche Institut Pasteur-CNRS, en collaboration avec des scientifiques de l'Institut Cochin, de l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris, de l’Inserm, et de l'University of Massachusetts Medical School, a identifié un nouveau mécanisme contrôlant l'expression des principaux gènes de virulence de Streptococcus agalactiae. Cette bactérie commensale des voies digestives et génitales normalement asymptomatique chez l’adulte, représente la principale cause d’infections invasives chez les nouveau-nés en France. Ces travaux, publiés dans PLoS Pathogens le 21 février 2013, ouvrent de nouvelles pistes pour contrôler le passage de Streptococcus agalactiae d’un état sans danger pour la santé à un état virulent.

  • Recherche | 27.02.2013

    L’étonnante stratégie antivirale des insectes

    Alors qu’ils provoquent chez l’Homme des infections aiguës et des troubles parfois sévères, les virus restent, chez les insectes qui les transmettent, totalement silencieux : l’infection est asymptomatique et persiste durant toute la vie de l’animal. Des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS et de l'Inserm ont décrypté le curieux mécanisme immunitaire qui permet aux insectes de contrôler si efficacement la réplication du virus. Un dispositif dont tout le monde semble tirer avantage...

  • Recherche | 07.02.2013

    Leishmaniose cutanée : une crème antibiotique permet d'obtenir un taux de guérison élevé avec peu d'effets secondaires

    Un partenariat de recherche international entre la Tunisie, la France et les États-Unis a mis en évidence un taux de guérison élevé et remarquablement peu d'effets secondaires dans le traitement par une crème antibiotique de patients atteints de leishmaniose cutanée (LC). La LC est une maladie parasitaire qui provoque des plaies inesthétiques laissant des marques indélébiles. Elle affecte 1,5 millions de personnes dans le monde chaque année, notamment les personnes les plus défavorisées des pays en voie de développement, et touche en particulier les enfants. Les résultats de l'étude menée par l'Institut Pasteur de Tunis, l'Institut Pasteur à Paris et des chercheurs en médecine aux États-Unis ont été publiés aujourd'hui dans le New England Journal of Medicine.

  • Recherche | 14.03.2013

    Sida : 14 patients adultes contrôlent leur infection plus de 7 ans après l'arrêt de leur traitement

    Une nouvelle publication scientifique rapporte les cas de 14 patients adultes contrôlant leur infection VIH plus de sept ans après l’arrêt de leur traitement. Après la description début mars d’un bébé en état de « rémission fonctionnelle », la cohorte ANRS EP 47`VISCONTI´ confirme, sur un nombre plus grand de patients et sur une période plus étendue, le rôle déterminant d’une intervention thérapeutique précoce pour induire un contrôle de l’infection VIH. Ces résultats peuvent avoir d’importantes implications dans la recherche de stratégies qui visent à éradiquer l’infection ou tout au moins à induire un contrôle stable et durable de l’infection sans traitement.

  • Recherche | 18.03.2013

    Ulcères de Buruli : le mécanisme d’érosion de la peau révélé

    Des scientifiques de l’Institut Pasteur à Paris et du CNRS, en collaboration avec les Universités de Bâle et de Cambridge, ont identifié le mécanisme par lequel la bactérie Mycobacterium ulcerans provoque les ulcères de Buruli, ouvrant ainsi la voie vers de nouvelles approches thérapeutiques contre cette maladie cutanée invalidante, en émergence depuis plusieurs décennies. Ce travail est publié en ligne dans The Journal of Clinical Investigation.

  • Recherche | 11.04.2013

    Même à faible dose, les antibiotiques peuvent favoriser l’apparition de bactéries multi-résistante

    Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS ont démontré que l’utilisation d’antibiotiques à faible dose est susceptible d’augmenter l’apparition de résistances chez des bactéries pathogènes. Les scientifiques ont observé qu’une faible concentration d’antibiotique suffit à activer chez ces bactéries une réponse de stress. Appelée « SOS », cette réponse entraîne l’acquisition de gènes de résistance par deux voies distinctes. Ces travaux font l’objet d’une publication en ligne le 11 avril sur le site de Plos Genetics.

  • Recherche | 16.04.2013

    Les effets de l’alcool sur le système nerveux central observés à l’échelle atomique

    Pour la première fois, des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS et de l’Université du Texas ont pu observer les effets de l’éthanol (alcool présent dans les boissons alcoolisées) à l’échelle atomique sur des récepteurs du système nerveux central. Les scientifiques ont ainsi identifié cinq sites de liaison de l’éthanol dans un analogue bactérien des récepteurs nicotiniques, et déterminé comment la liaison de l’éthanol stimule l’activité du récepteur. Ces résultats sont directement extrapolables aux récepteurs humains du GABA (le plus important neurotransmetteur inhibiteur du cerveau humain), qui constituent la principale cible de l’éthanol dans le système nerveux central. Ces travaux sont publiés en ligne le 16 avril sur le site de la revue Nature Communications. Ils ouvrent la voie à la synthèse de composés antagonistes à l’éthanol qui permettraient de limiter l’effet de l’alcool sur le cerveau.

  • Pages