Chercheurs émérites

Depuis la création de l'Institut Pasteur, de nombreux chercheurs se sont distingués par leurs travaux et leurs découvertes scientifiques. Découvrez le parcours et l'œuvre scientifique de ces chercheurs émérites pour lesquels l'Institut Pasteur exprime toute sa reconnaissance.

 

 

  • Philip Avner
    Philip AVNER
  • Henri BUC
    Henri BUC
  • Georges COHEN
    Georges COHEN
  • Michel GOLDBERG
    Michel GOLDBERG
  • Bernard David - Chercheur émérite
    Bernard DAVID
  • François GROS
    François GROS
  • François ROUGEON
    François ROUGEON
  • Maxime SCHWARTZ
    Maxime SCHWARTZ
  • Agnès ULLMANN
    Agnès ULLMANN
  • Moshe YANIV
    Moshe YANIV
Philip Avner

Philip AVNER

Chercheur émérite


Philip Avner effectue ses études de premier cycle en sciences végétales à l'Université de Newcastle-Upon-Tyne au Royaume-Uni avant d'entreprendre une maîtrise en enzymologie moléculaire à l'Université de Warwick où il obtiendra un doctorat en génétique des levures et biochimie mitochondriale. 

Soutenu successivement par une bourse post-doctorale de la Royal Society pour travailler avec le professeur Piotr Slonimski sur la levure mitochondriale à Gif-sur-Yvette en France puis par une bourse EMBO pour travailler avec François Jacob sur les tératocarcinomes de la souris et le développement des cellules souches, il participe aux travaux pionniers sur les lignées cellulaires de carcinome embryonnaire humain Tera 1 et 2. 

Recruté au CNRS en 1980, il dirige l’Unité de Génétique Moléculaire Murine à l'Institut Pasteur de 1990 à Septembre 2012. Pendant toute cette période, ses intérêts de recherche se concentrent autour de la génétique de la souris et la régulation épigénétique. Son principal intérêt de recherche dans le domaine de l'épigénétique est le processus d'inactivation du chromosome X et son groupe est à l'avant-garde de la recherche sur le rôle des différentes composantes du centre d’inactivation de l'X dans l’initiation de l’inactivation. Les études sur la génétique de la souris dans son laboratoire incluent des travaux pionniers sur la génétique du chromosome X de la souris et l'analyse chez ce modèle des caractères sous contrôle multifactoriel et polygénique dont le diabète de type I. 

Philip Avner a publié plus de 180 articles, il est élu membre EMBO en 2005 et reçoit en 2011 le prix Louis D de l'Institut de France pour ses travaux de recherche visant à notre compréhension de l'épigénétique. A la tête du Département de Biologie du Développement entre 2006 et 2012, il a dirigé les efforts ayant abouti au financement du programme du Laboratoire d’Excellence (LabEx) du Ministère sur le thème des cellules souches. Il a été largement impliqué dans l'administration de la science française et européenne et a été coordonnateur adjoint du projet Épigénome de l'UE entre 2004 et 2010. 

Il est actuellement Directeur de la Outstation de l’EMBL (European Molecular Biology Laboratory) spécialisé en “Mouse Biology” à Rome. Il est aussi chercheur émérite du CNRS dans l’URA2578 depuis Septembre 2012.



Principales publications

1.    Amar, L.C., Arnaud, D., Cambrou, J., Guénet, J.L. and Avner, P.R. (1985) Mapping of the mouse X chromosome using random genomic probes and an interspecific mouse cross. EMBO J., 4, 3695¬3700.

2.    Dautigny, A., Mattei, M.G., Morello, D., Alliel, P.M., Pham-Dinh, D., Amar, L., Arnaud, D., Simon, D., Mattei, J.F., Guénet, J.L., Jollès, P. and Avner, P. (1986) The structural gene coding for myelin-associated proteolipid protein is mutated in jimpy mice. Nature, 321, 867-869.

3.    Avner, P., Amar, L.C., Arnaud, D., Hanauer, A. and Cambrou, J. (1987) Detailed ordering of markers localising to the Xq26-Xqter region of the human X chromosome by the use of an interspecific Mus spretus mouse cross. Proc. Natl. Acad. Sci. USA, 84, 1629-1633.

4.    Avner, P., Arnaud, D., Amar, L.C., Cambrou, J.C., Winking, H. and Russell, L.B. (1987) Characterisation of a panel of somatic cell hybrids for the regional mapping of the mouse X chromosome. Proc.Natl. Acad. Sci USA, 84, 5330-5334.

5.    Borsani, B., Tonlorenzi, R., Simmler, M.-C., Dandolo, L., Arnaud, D., Capra, V., Grompe, M., Pizzuti, A., Muzni, D., Lawrence, C., Willard, H.F., Avner, P. and Ballabio, A. (1991) Characterization of a murine gene expressed from the inactive X chromosome. Nature, 351, 325-329.

6.    de Gouyon, B., Melanitou, E., Richard, M.F., Requarth, M., Hahn, I.H., Guenet, J.L., Demenais, F., Julier, C., Lathrop, G.M., Boitard, C. and Avner, P. (1993) Genetic analysis of Diabetes and insulitis in an inter-specific cross of the NOD (non-obese diabetic) mouse with Mus spretus. Proc. Natl. Acad. Sci. USA, 90, 1877-1881.

7.    Simmler, M.C., Cattanach, B.M., Rasberry, C., Rougeulle, C. and Avner, P. (1993) Mapping the murine Xce locus with (CA)n repeats. Mamm. Genome, 4, 523-530.

8.    Courtier, B., Heard, E. and Avner, P. (1995) Xce haplotypes show modified methylation in a region of the active X chromosome lying 3' to Xist. Proc. Natl. Acad. Sci. USA, 92, 3531-3535.

9.    Clerc, P. and Avner, P. (1998) Role of the region 3’ to Xist exon 6 in the counting process of X chromosome inactivation. Nat. Genet., 19: 249-253.

10.    Heard, E., Mongelard, F., Arnaud, D. and Avner, P. (1999) Xist YAC transgenes function as X-inactivation centre only in multicopy arrays and not as single copies. Mol. Cell. Biol. 19: 3156-3166.

11.    Avner, P., Bruls, T. , Poras, I. , Eley, L., Gas, S., Ruiz, P., Wiles, M.V., Sousa -Nunes, R., Kettleborough, R., Rana, A., Morrisette, J., Bentley, L., Goldsworthy, M., Haynes, A., Herbert, E., Southam, L., Lehrach, H., Weissenbach, J., Manenti, G., Rodriguez-Tome, P. , Beddington, R., Dunwoodie, S., and Cox, R. (2001) A radiation hybrid transcript map of the mouse genome. Nat. Genet., 29 : 194-200.

12.    Chureau, C., Prissette, M., Bourdet, A., Barbe, V., Cattolico, L., Jones, L., Eggen, A., Avner, P. and Duret, L. (2002) Comparative sequence analysis of the X-inactivation centre region in mouse, human and bovine. Genome Res., 12 : 894-908.

13.    Kunath, T., Arnaud, D., Uy, G.D., Okamoto, I., Chureau, C., Yamanaka, Y., Heard, E., Gardner, R.L., Avner, P. and Rossant, J. (2005) Imprinted X-inactivation in extraembryonic endoderm cell lines from the mouse blastocysts. Development, 132, 1649-1661.

14.    Navarro, P., Pichard, S., Ciaudo, C., Avner, P and Rougeulle, C. (2005) Tsix transcription across the Xist gene alters chromatin conformation without affecting Xist transcription: implications for X-chromosome inactivation. Genes and Dev, 19, 1474-1484.

15.    Okamoto, I., Arnaud, D., Otte, A., Avner, P. and Heard, E. (2005) Evidence for de novo imprinted X-chromosome inactivation independent of meiotic inactivation in mice. Nature, 438, 369-373.

16.    Ciaudo C, Bourdet A, Cohen-Tannoudji M, Dietz H, Rougeulle C and Avner P. (2006). Nuclear mRNA degradation pathway(s) are implicated in Xist regulation and X-chromosome inactivation. PLoS Genet. 2, e94, 874-882.

17.    Duret L, Chureau C, Samain S, Weissenbach J, Avner P. (2006) The Xist RNA gene evolved in eutherians by pseudogenization of a protein-coding gene. Science 312, 1653-1655.

18.    Navarro P, Page D, Avner P and Rougeulle C. (2006) Tsix-mediated epigenetic switch of a CTCF-flanked region of the Xist promoter determines the Xist transcription program. Genes & Development 20, 2787-2792.

19.    Navarro P, Chambers I, Karwacki-Neisius V, Chureau C, Morey C, Rougeulle C, Avner P (2008) Molecular coupling of Xist regulation and pluripotency. Science 321, 1693-1695.

20.    Navarro P, Oldfield A, Legoupi J, Festuccia N, Dubois A, Attia M, Schoorlemmer J, Rougeulle C, Chambers I and Avner P (2010) Molecular coupling of Tsix regulation and pluripotency. Nature 468, 457-460.

 

 

 

Henri BUC

Henri BUC

Chercheur émérite

Henri Buc, ingénieur ESPCI, entra au CNRS en 1957. Il soutint sa thèse  en 1965 sur une étude théorique et expérimentale portant sur la statistique de chaînes polymériques en solution aqueuse. Sur le conseil de Jacques Monod, il effectua sa reconversion en Biologie Moléculaire chez le Professeur Paul Doty à l'université de Harvard, ou il étudia le mécanisme de la transformation bactérienne. Depuis lors il fit toute sa carrière scientifique à l'institut Pasteur, d'abord dans le service de Jacques Monod, où il étudia le mécanisme des transitions conformationnelles chez diverses protéines allostériques. Il poursuivit ces recherches dans sa propre unité, puis devint un expert des mécanismes de transcription chez les procaryotes et de leur contrôle par diverses protéines régulatrices. Il appliqua à ce domaine les méthodes de cinétique rapide qu'il avait développées antérieurement chez le Professeur Eigen, en s'attachant en particulier à tenir compte de la structure réelle des complexes nucléoprotéiques du chromosome bactérien, in situ. Dans le même esprit, il caractérisa avec son équipe diverses étapes de la transcription réverse chez HIV1, susceptibles de devenir la cible d'agents antiviraux performants.

Ces travaux lui valurent d'être nommé professeur de classe exceptionnelle au CNRS et à l'Institut Pasteur. Il reçut le Prix A. Lacassagne de l'Académie des Sciences en 1973, le Prix Thérèse Lebrasseur de la Fondation de France en 1988 et la médaille Louis Rapkine en 1992.

Depuis sa retraite, en octobre 2000, Henri Buc a édité et écrit plusieurs chapitres du livre "RNA polymerases as Molecular Motors "(1). Il a  participé aux études sur la localisation tridimensionnelle et sur la dynamique des chromosomes de la levure,  en collaboration avec le groupe Imagerie et Modélisation de l'Institut Pasteur (2,3). Il collabore aux travaux menés sur le contrôle exercé par les domaines  PDZ sur les activités catalytiques portés par un autre domaine de la même protéine. Ce contrôle apparait décisif dans le devenir d'organismes infectés par diverses souches du virus de la rage. (Collaboration avec les unités de Neuro-Immunologie Virale et de Résonance Magnétique Nucléaire de l'Institut,  références 4, 5, et 6)

Par ailleurs, Henri Buc a exercé de nombreuses responsabilités pour promouvoir les interfaces entre Biologie, Chimie et Physique tant au CNRS qu'à l'Institut Pasteur. Il a été président du comité scientifique du Laboratoire Européen de Biologie Moléculaire de 1980 à 1984 et membre du Conseil d'administration de l'Institut Pasteur de 1997 à 2003. Depuis sa mise à la retraite, il se consacre essentiellement à l'histoire de la Biologie Moléculaire, notamment à l'Institut Pasteur (7, 8,9), et à la mise en valeur des Archives Scientifiques détenues par notre Institut.


Principales références bibliographiques récentes:

1) RNA polymerases as molecular motors, livre édité par Henri Buc et Terence Strick, pour la "Royal Society of Chemistry ", RSC Biomolecular Science (2009)

2) G.G CABAL et al,  Co-regulated genes reveal diverging spatial commitments in sub-diffraction analysis of activated nuclei. Nature , 441 , 770  (2006).

3) A.B. BERGER et al, High resolution statistical gene mapping reveals in vivo gene territorial organization in interphase  yeast nuclei.Nature Methods,5, 1031, (2008)

4) C.PREHAUD et al, Attenuation of Rabies virulence takeover by the cytoplasmic domain of its envelope protein. Science Signalling, 3, 105: ra5 (2010)

5a) N.BABAULT et al, Peptides targeting the PDZ domain of PTPN4 are efficient inducers of glioblastoma cell death. Structure, 19, 518. (2011)

5b) F.Terrien et al, Interference with the PTEN-MAST2 interaction by a viral protein leads to cellular relocalization of PTEN. Science Signalling 5,(237):ra58 (2012)

6) F.CORDIER et al, Ordered phosphorylation events in two independent cascades of the PTEN C-tail revealed by NMR. J Am Chem Soc., 134, 50: 20533  (2012)

7) H. BUC, Early Encounters between Molecular Biology and Evolution,Preprint310,Max Planck Institute for the History of Science. (2005) 165-177. In History and Epistemology of Molecular Biology and Beyond: Problems and Perspectives.

8) H.BUC, Interactions between Jacques Monod and Jeffries Wyman (or the  burdens of co-authorship) Rend. Fis. Acc. Lincei (2006) 9, 17, 31-49. In Allosteric Proteins , 40 years with Monod-Wyman-Changeux

9) H. BUC, Les derniers écrits de Jacques Monod , Biologie moléculaire et évolution,Bull. Hist. Epistém. Sci. Vie (2010) 17, 2, 155-173.

10) H.BUC, The design of an enzyme; a chronology on the controversy.J.Mol.Biol. (2013) 425, 1407-1409.

 

Georges COHEN

Georges COHEN

Chercheur émérite

Né le 25 mars 1920 à Constantinople (Turquie)
1921 : Arrive à Paris 
1930 : Naturalisé Français 
1925-1937 : Etudes primaires et secondaires aux Lycées Jules Ferry (Chaptal) et Condorcet (Paris) et au Lycée Léonin (Athènes,Grèce)
1937-1941 : Etudes supérieures aux Facultés des Sciences de Paris et Montpellier (Chimie Générale, Physiologie Générale, Chimie Biologique) 
1941 : Licence ès Sciences
1939-1940 : Stage de recherche au Laboratoire de Physiologie Générale de la Sorbonne (Pr.Alexandre Monnier)
Service Miltaire à Angoulême. Prisonnier et évadé. Passage en zone non occupée.
1941-1942 : Stages de recherche à l'Institut de Chimie de Montpellier et au Laboratoire de Chimie Biologique de la Faculté de Médecine  de Marseille (Pr.JeanRoche)
1942 : Marié à Nice avec Louisette Valence
1942-1944 : Clandestinité 
1943-1946 : Laboratoire de Chimie Biologique de l'Institut Pasteur (Pr.Michel Macheboeuf)
1945 : Docteur de l'Université de Paris
1946-1954 : Laboratoire des Anaérobies de l'Annexe de Garches (Prs. André-Romain Prévot et Marcel Raynaud)
1954-1957 : Laboratoire de Physiologie Microbienne de l'Institut Pasteur de Paris (Prs. André Lwoff et Jacques Monod)
1957-1958 : Stages de Recherche au Department of Terrestrial Magnetism du Carnegie Institute of Washington, D.C et du Department of Microbiology de l'Université de Wisconsin, Madison 
1959-1960 : Laboratoire de Biochimie Microbienne de l'Institut Pasteur de Paris (Pr. Jacques Monod)
1960-1969 : Directeur du Laboratoire d'Enzymologie du CNRS, Gid-sur Yvette 
1969-1970 : Chef de l'Unité de Physiologie Microbienne de l'Insttitut Pasteur de Paris (successioon d'André Lwoff)
1979-1989 : Chef de l'Unité de Biochimie Cellulaire de l'Institut Pasteur de Paris (successsion de Jacques Monod 
Septembre 1989 : Retraite
2000-  : Consultant auprès de l'Institut de Génomique du Commissariat à l'Energie Atomique (Génoscope,Evry)

 

Oeuvre Scientifique



1. Biochimie des bactéries anaérobies
2. Elucidation de la voie de biosynthèse de la thréonine
3. Répression de la biosynthèse des acides aminés
4. Découverte des perméases bactériennes
5. Incorporation d'analogues structuraux d'amino acides dans les protéines bactériennes
6. Découverte des répresseurs de la biosynthèse du tryptophane et de la méthionine
7. Régulation des voies de biosynthèsez par rétro-inhibition et régulation de la transcription.Enzymes isofonctionnels et multifonctionnels, études cinétiques et structurales
8. Etabissement de la structure primaire d'enzymes biosynthétiques
9. Etude détaillée des enzymes de la biosynthèse de la méthionine et de leur mode de répression.Etudes physico-chimiques sur le répresseur Met
10. Evolution des voies biosynthétiques
11. Isolement du gène de la transferrine himaine.Etude de la régulation de son  expression
12. Etude de la structure primaire d'un arénavirus
13. Annotation de génomes bactériens.Collaboration avec les équipes de biochimie du Génoscope

 

Principales publications



1957. Bacterial permeases,en collaboration  avec Jacques Monod.;Bacteriological Reviews,21,168-194.
1957. Biosynthesis by E.coli of altered proteins containing selenium instead of sulfur,en collaboration avec D.B.Cowie,Biochim.Biophys.Acta,26,252-261.
1969. The aspartokinases and homoserine dehydrogenases of Escherichia coli.In Current Topics of Cellular Regulation,B.L.Horecker and E.R.Stadtman,eds.pp.183-231,Academic Press,NewYork.
1980. The aspartokinases-.homoserine dehydrogenases of Escherichia coli.In Multifunctional Proteins,en collaboration avec A.Dautry-Varsat;H.Bisswanger 1 E.Schminke-Ott,eds.,J.Wiley & Sons,NewYork,PP.49-121.
2005. Looking Back,Annual Review of Microbiology, 59,1-17.
2005. A Lifetime with microbes,in History of Biochemistry.Personal Recollections.IX.Comprehensive Biochemistry,44,133-164(G.Semenza and A.J.Turner,eds).

 

Fonctions Administratives



Président de la Société de Biochimie et de Biologie Moléculaire
Président du Conseil Scientifique de l'Institut Pasteur
Membre du Conseil d'Administration de l'Institut Pasteur
Organisateur de l'Exposition du Centenaire de l'Institut Pasteur (1987)
Secrétaire Exécutif de l'International Cell Research Organization (UNESCO)(1989-2001))
International Advisory Board de l'Instituto de Ciencias Biomedicas de l'Université de Santiago (Chili)
Editeur des Annales de l'Institut Pasteur/Actualités (1989-2003)

 

Fonctions d'Enseignement



Grand Cours de l'Institut Pasteur
Université de Paris (1961-1968)
Weizmann Institute, Israel (1962)
University of California,Berkeley (1964)
Universidad de los Andes,Merida (Venezuela)(1978)
Universidad de Buenos Aires (1990,1994,1995) (Argentine)
Institut de Génomique,Génoscope,Evry (2000)

 

Sociétés Savantes et Académies



Membre d'Honneur de la Société de Biochimie et Biologie Moléculaire (2012)
Membre Correspondant de l'Académie des Sciences (1983)
Membre Correspondant de l'Académie d'Athènes
Foreign Member, American Society of Biochemistry and Molecular Biology (1974)
Membre fondateur de l'EMBO (1964)
Foreign Associate,American Academy of Microbiology
Foreign Associate , American Academy of Arts and Sciences 

 

Distinctions



Officier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre National du Mérite
Commandeur des Palmes Académiques
Fogarty Scholar in Residence, National Intitutes of Health,Bethesda (1977,1878,1979)
Docteur Honoris Causa de l'Université de Buenos Aires
Docteur Honoris Causa de l'Ecole Polytechnique d'Athènes (Grèce)

 

Ouvrages



Le Métabolisme CellulaIre et sa Régulation (Hermann,1967)
Traduction allemande (Wieweg)
Traduction américaine (Holt,Rinehart and Wilson,1969)
Traduction japonaise
Traduction espagnole

Microrganismes et Biologie Moléculaire (Hermnn,1976)
Traduction italienne (Arnoldo Mondadori, 1977)
Traduction chinoise (1980)

Bosyntheses (Hermann,1996)

Microbial Biochemistry (Springer,2004)
Microbial Biochemistry, 2nd edition (Springer,2011)
Microbial Bioichemistry,3rd edition, in preparation (Springer 2014)

 

Michel GOLDBERG

Michel GOLDBERG

Chercheur émérite

Né en 1938, Michel Goldberg est diplômé de l’Ecole Polytechnique (promotion 1959). Entré à l’Institut Pasteur en 1962 comme Attaché de Recherches à la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique, il y prépare sa thèse sous la direction de Jacques Monod. Dans ce cadre, il fait un stage de deux ans (1964-1966) au Département de Biochimie de l’Université Stanford (Palo Alto – Californie) sous la direction de Robert Baldwin. Sa thèse de Doctorat d’Etat, obtenue en 1967 à la Faculté des Sciences de Paris, porte sur la structure quaternaire et le mécanisme d’action d’un enzyme bi-fonctionnel complexe, la Tryptophane Synthase d’E. coli. Il est nommé Chargé de Recherches au CNRS en 1967, puis Professeur à l’Université Paris, fonction qu’il occupera jusqu’à 1998. Il poursuit cependant ses recherches à l’Institut Pasteur où il est nommé Chef de Laboratoire en 1972, puis Professeur en 1985.

Il a exercé les fonctions de Directeur Scientifique de l’Institut Pasteur de 1976 à 1979, et a été à divers titres membre de nombreuses instances de cet institut : Président du Conseil Scientifique, membre et secrétaire du bureau du Conseil d’Administration, membre de la commission de classement, …

Il a été chef de l’Unité de Biochimie Cellulaire, puis de l’Unité de Repliement et Modélisation des Protéines de l’Institut Pasteur, fondateur et Directeur du Service Commun INSERM-PASTEUR de cytométrie en flux, directeur d’une URA du CNRS.

Les travaux de son laboratoire ont porté principalement sur l’étude de la structure de diverses protéines en solution, sur la plasticité de ces structures et sur les mécanismes moléculaires impliqués dans l’acquisition de leur conformation native par les chaînes polypeptidiques néo-synthétisées ou artificiellement dépliées. Dans ce cadre, il a été pionnier dans :

- l’identification de « globules » (rebaptisés depuis « domaines ») en tant qu’éléments à structuration autonome dans le repliement de chaînes peptidiques de haut poids moléculaire,
- l’étude de la modulation de la structure tertiaire d’une chaîne peptidique sous l’effet des interactions quaternaires,
- la compréhension du rôle de l’agrégation comme cause de l’avortement du repliement, et dans la démonstration de la spécificité des interactions responsables cette agrégation.
- l’identification et la caractérisation d’intermédiaires précoces du repliement in vitro.

Ces recherches fondamentales sur le repliement des protéines servent encore de base à des protocoles industriels de solubilisation et de réactivation de protéines recombinantes produites sous forme de « corps d’inclusion ». Elles sont aussi considérées comme fondatrices dans les études relatives aux protéines chaperons et aux maladies dites « du repliement » (maladies amyloïdes).

Michel Goldberg et son équipe ont par ailleurs réalisé les premiers tris automatiques de chromosomes de souris (par cytométrie en flux), isolé ainsi les chromosomes X, Y et 21 de souris ce qui a conduit à la construction des premières bibliothèques de gènes « chromosome spécifiques » pour la souris.

Pendant ses années d’activité à l’Institut Pasteur, Michel Goldberg a contribué à y introduire les méthodes et les techniques de la biologie structurale. Expert en ultracentrifugation analytique, centrifugation zonale, spectrofluorescence, cinétiques rapides, il a avec ses collaborateurs mis au point une méthode de mesure de la masse moléculaire des protéines dénaturées en guanidine, des méthodes de mesure par ELISA de l’affinité réelle en solution et des cinétiques d’association-dissociation de complexes macromoléculaires, et une méthode simple et pratique d’enregistrement des spectres infrarouge des protéines en solution à l’aide d’un ATR (accessoire à réflexion totale) permettant l’analyse de leur structure secondaire.

Par ailleurs, dans l’exercice de ses fonctions de Directeur Scientifique puis de Président du Conseil Scientifique, il a été à l’origine de la création du premier service central d’informatique scientifique à l’Institut Pasteur, de l’introduction de la cristallographie des rayons X, du raccordement de l’Institut Pasteur à Bitnet (le précurseur d’internet) et de l’implantation de la RMN.

Outre son rôle d’enseignant à l’Université, il a participé à plusieurs cours Pasteur, et a été le créateur et le Directeur du Cours Pasteur de Biochimie des Protéines.

Enfin, il a depuis 1988 œuvré au sein du Conseil Pasteur-Weizmann, d’abord comme coordinateur scientifique chargé par la Direction de l’Institut Pasteur de structurer la collaboration entre les deux instituts, puis comme Président du Conseil Scientifique de Pasteur-Weizmann, puis comme Président de son Conseil d’Administration, enfin comme Président honoraire et conseiller du Président, fonction au titre de laquelle il est présent aujourd’hui sur le campus.

 

Plus de détails sur ses activités, ainsi que la liste de ses publications, peuvent être trouvés à l’adresse suivante : http://louxorsarl.free.fr/indexfr.html

 

Bernard David - Chercheur émérite

Bernard DAVID

Chercheur émérite

Deux périodes ont jalonné la vie pasteurienne de Bernard David, Docteur en Médecine (thèse sur la préhistoire de la génétique) et biologiste. La première qui s'étend de 1967 à 1972 correspond à une intense activité d'enseignement au Grand Cours de Microbiologie-Bactériologie, la seconde inaugurée en 1972 dans le service des Allergènes du Dr Guibert pour y développer un laboratoire de recherche fondamentale en allergie. Engagé en septembre 1967, comme collaborateur scientifique  au Grand Cours de l’Institut Pasteur de Microbiologie générale dont la biologie moléculaire en était l’ossature et de Microbiologie systématique (Bactériologie, Virologie) en tant que moniteur-enseignant, puis assistant, faisant fonction de chef de travaux jusqu'en 1972, Bernard David a participé à cet enseignement annuellement à temps plein du l° Septembre jusqu’à fin Avri1 de 1967 à 1972. Il assura personnellement un certain nombre d'expérimentations en Microbiologie générale (mutants auxotrophes, syntrophie, bactéries lysogènes, transduction restreinte du gène bactérien galactose). En Bactériologie systématique, il contribua à l’établissement du programme des travaux pratiques sur les principales souches bactériennes, à 1'enseignement théorique, aux préparations et aux corrections des examens de fin d'année.

Dès 1972, devant intégrer un service de recherche, Bernard David a demandé à la Direction de lui permettre de s’orienter vers l’immunologie pour étudier les mécanismes fondamentaux de l’hypersensibilité immédiate (allergie), discipline non encore instaurée à l’Institut Pasteur. Mr J. Monod et à Mr E. Wollman ont répondu favorablement en lui proposant d’effectuer sa reconversion aux Etats –Unis. Durant un an, il travailla d’abord à New York au N.Y.U. Medical center, dans le laboratoire du Prof. Heidelberger sur les polysaccharides et avec 1e Dr Michel Lamm sur les IgA sécrétoires, puis à Bethesda au N.I.H. dans le Service du Prof Wolff en immunologie cellulaire avec A. Rosenthal et W.Paul.
Revenu des USA, Bernard David a été chargé par la Direction d’élaborer un programme de recherche, de mettre au point les techniques adéquates, de recruter 1 ou 2 chercheurs avant l’exécution des travaux scientifiques qui débuteront en1976. L’unité d'Immuno-Allergie fut créée en 1977 et Bernard David fut nommé chef de laboratoire, responsable scientifique de cette unité à laquelle sera rattachée en 1978 un laboratoire d'Explorations immuno-allergiques ou "Allergotest" afin d’établir une sérothèque en allergie qui jouera un rôle primordial en recherche et en activité de service.
Avant d’entreprendre des travaux fondamentaux, une étude approfondie sur l’effet réel de la désensibilisation chez des sujets polliniques (pollen de dactyle), une Action Thématique Programmée (ATP 78-84) de l’INSERM fut accordée au laboratoire. Cet essai réalisé en double aveugle a révélé son efficacité. Ce fut la première démonstration réalisée en France (1978-1980).
Bernard David a établi un programme de recherches en partant du mécanisme complexe de l’hypersensibilité immédiate reposant sur trois critères essentiels : 1) les antigènes protéiques responsables de la sensibilisation, dénommées allergènes, 2) les anticorps IgE et leurs cellules cibles (basophiles, mastocytes) 3) et la coopération des cellules impliquées dans la réponse immunitaire.
Il a participé à l’enseignement de l’allergologie depuis 1977 à l’université Paris VI, dans les CHU des diverses Académies en province, à l’Institut Pasteur dans les cours d’Immuno-Hématologie et Immunopathologie Médicale (1975-1990) et d’Immunologie générale (1981-1995). Chevalier de l’Ordre National du Mérite et Professeur honoraire, il continue à œuvrer dans le cadre de congrès (coordinateur scientifique des Journées Parisiennes d’Allergie au Palais des Congrès, 1993-2005, du Congrès National d’Asthme et d’Allergie qui s’est tenu à l’Institut Pasteur 2006-2009 et d’un congrès  annuel à Valence) et d’enseignement universitaire Paris VI).

Œuvre scientifique 
Ses études ont été menées dans le cadre de l’allergie moléculaire et cellulaire, et les travaux de son laboratoire ont porté sur :
1- Les allergènes fréquents et/ou sévères : acariens (asthme), pollen (rhinite), cheval (asthme). Identification, isolement et caractéristiques biochimiques de certaines protéines majeures référencées Der f 1 (acarien D.farinae), (réf. 2) Dac g 1 (pollen de dactyle), (réf. 3) Equ c 1 (cheval E caballus ) et clonage d’Equ c 1 (réf.4).                                                                                         
2- La réactivité et la sensibilité des basophiles humains in vitro stimulés par des protéines allergéniques majeures purifiées (Der f1, Dac g1, Equ c1) (Réf. 1).
3- Les mastocytes habituellement considérés comme cellules de l’inflammation se sont révélés immunologiquement compétents. Bernard David et son équipe ont démontré pour la première fois la capacité du mastocyte à présenter l’antigène au lymphocyte T et à exercer une activité  stimulante mitogène sur les lymphocytes B et T par l’intermédiaire des exosomes secrétés par cette cellule. (ref.6 et 7).

Bernard David a dirigé son unité jusqu’en 2001. Il y a émis plusieurs  concepts nouveaux : 

1) sur l’allergie (terme créé en 1905) qui à l’origine n’est pas une pathologie, mais un état immunitaire de protection (antibactérien, antiparasitaire connu depuis longtemps et anti tumoral). Récemment, cette idée a été confirmée dans la revue Nature (2012) et lors d’un Congrès du Collegium Internationale Allergologicum à Malte (2006).
2) sur l’allergène qui n’est qu’une protéine banale de l’environnement qui se comporte comme un antigène chez tous les individus, mais qui devient allergène chez les sujets génétiquement prédisposés à réagir différemment. Il n’existe pas d’allergènes dans la nature ; c’est l’organisme humain qui transforme une molécule non toxique, inoffensive pour la plupart des individus en… allergène. 
Dans la mission qui lui a été confiée par la Direction de l’Institut Pasteur (Jacques Monod, Elie Wollman) et qui s’est concrétisée par la création de l’Unité d’Immuno-Allergie en 1977 dans laquelle il a dirigé les recherches, Bernard David  a été pionnier dans le développement d’une recherche fondamentale moléculaire et cellulaire dans le domaine de l’allergie qui n’existait pas en France. 


Formation et carrière    

Etudes et Diplômes :
- Baccalauréat Philo. 1953 (Ancien élève du-Lycée Louis Le Grand).  
- Diplôme de Psychologie. Sorbonne. 1956.
- Diplôme de Microbiologie, Institut Pasteur 1964 - 1965.
- Diplôme d'Immunologie, Institut Pasteur 1965. 
- Doctorat d'Etat en médecine 1971.

Fonctions et Grades :    
- 1967 - 1972 : chargé d'Enseignement à l'Institut Pasteur (microbiologie).    
- 1967 Assistant. 
- 1971 Chargé de Recherche.    
- 1972 - 1973 : Stage post doctoral aux U. S. A.     
New-York Université (NYU) : département de pathologie.      
N.I.H. (Bethesda) : département des maladies-allergiques.    
- 1977 - Chef de laboratoire, responsable de l'Unité d'Immuno-Allergie à l'Institut Pasteur.    
- 1983 – Professeur à l'Institut Pasteur.

Activité scientifique et administrative à l'Institut Pasteur :
- Membre élu au Comité d'Entreprise de l'Institut Pasteur (1974-1978).
- Membre des jurys de qualification depuis 1975.
- Membre de la Commission de Classement 1980 à 2000 (Président1991-1993).
- Membre et secrétaire du Conseil Scientifique de l'Institut Pasteur (1986-1992).
- Membre du Collège des Conseillers Scientifiques du Directeur de l'Institut Pasteur (1993-98).  

Sociétés savantes    
Membre de la Société Française d'Immunologie.    
Membre élu de l'AAAAI (American Academy of Allergy Asthma & Immunology 1984).    
Membre élu du C.I.A. (Collegium Internationale Allergologicum 1988).    
Président de la Société Française d'Allergie SFAIC 1989-1994.

Publications sélectionnées
1) 1982 ln vitro histamine release from human basophils triggered by a purified allergen from Der. farinae. Bimodal aspect of the dose response curve. A. Weyer, J.P. Dandeu, F. Marchand, B. David. Ann. Immunol (Inst. Pasteur), 1330, 87-94.
2) 1982 Antigens and allergens in D. farinae mite. II. Purification of Ag 11, (Der f 1) a major allergen in D. farinae. J.P. Dandeu, J. Le Mao, J. Rabillon, M. Lux, B. David, Immunology, 46, 679-687.
3) 1988 Study of the epitope structure of purified Dac g 1 and Lol p 1 , the major allergens of Dactylis glomerata and Lolium perenne pollens, using monoclonal antibodies. W. Mourad, S. Mecheri, G. Peltre, B. David, J. Hebert J. Immunol. 141, 3486-3491.
4) 1996 cDNA Cloning and Sequencing Reveal the Major Horse Allergen Equ c l to Be a Glycoprotein Member of the Lipocalin Superfamily. Gregoire C.,Rosinski-Chupin I. Rabillon J., Alzari P.M., David B., Dandeu J. P  J. Biol. Chem. 271, n° 51, p.32951-32959.
5) 2000 Crystal Structure of the Allergen Equ C 1. A Dimeric Lipocalin With Restricted IgE-Reactive Epitopes Marie-Bernard Lascombe, Christophe Grégoire, Pascal Poncet, Gisele A. Tavares, Isabelle Rosinski-Chupin, Jacques Rabillon, Hany Goubran-Botros, Jean-Claude Mazié, Bernard David and Pedro M. Alzari J. Biol. Chem., Vol. 275, Issue 28, 21572-21577   
6) 1993 Antigen-dependent stimulation by bone marrow-derived mast cells of MHC class II restricted T cell Hybridoma. Frandji P., Oskeritzian C., Cacaraci F., Lapeyre J., Peronet R., David B., Guillet J.G., Mecheri S.  J. Immunol.151, 63-18-6328.
7) 2001 Mast Cell-Dependent B and T Lymphocyte Activation Is Mediated by the Secretion of Immunologically Active Exosomes. D Skokos, S Le Panse, I Villa, J C Rousselle, R Peronet, B David, A Namane and S Mécheri, J. Immunol.166: 868-876. 

OUVRAGES
1989 - Improved immunodection methods in allergy diagnosis. David B., Peltre G., Dandeu J.P., Rabillon J., Desvaux  X. In Progress in Allergy and Clinical Immunology. Ed. Pichler. W.J., Stadler B.M., et col., Hogrefe and Huber Publishers.
1992 - New trends in immunotherapy. David B. and Peltre G in Advances in allergol and clin immunol Ed. Godard P., Bousquet J., Michel F.B., The Parthenon Publishing group  
2003 - Mieux comprendre les maladies allergiques. Editeur scientifique : Bernard David. Ann.Inst.Pasteur – Actualités 18, 240 p (1vol).
2003 - Allergènes: structures, fonctions in D.Vervloet et A. Magnan. (Ed.). Traité d’Allergologie, Flammarion.

 

François GROS

François GROS

Chercheur émérite

Born April 24, 1925, in Paris
Nationality : french
Married : 3 children
Personal Address : 102, rue de la Tour, 75116 Paris

 

Dr. Es Sciences (Ph. D.)
Honorary Permanent Secretary of the French Academy of Sciences
Honorary Director of the Pasteur Institute
Honorary Professor at the Collège de France (Cellular Biochemistry)
Honorary Professor at the Pasteur Institute

 

Research and Teaching Positions held

1945-1946 : « Stagiaire de Recherche » C.N.R.S.
1947-1955 : « Attaché de Recherche » C.N.R.S.
1953-1955 : Fellow of the Rockfeller Foundation / Research at the University of Illinois / Research at the Rockfeller Institute
1955 -1957 : C.N.R.S. – « Chargé de Recherche »
1957 -1962 : C.N.R.S. – « Maître de Recherche »
1962 -1968 : C.N.R.S. – « Directeur de Recherche »
1968-1972 : University of Paris, Faculty of Sciences / Professor of Molecular Biology
1973-1996 : Collège de France : Professor of Cellular Biochemistry

 

Publications

Author or co-author of more than 400 publications, dealing successively with the following topics :
- The control of gene expression in bacterial and phage operons
- The control of myogenesis : studies on somatic cell differentiation
- The nerve cell system : studies on the structure, functions and differentiation of nerve cells using the methods and technologies of molecular biology.

 

Monographs

Remarques sur les caractéristiques des ARN messagers et sur le code génétique » in « Bulletin de la Société de Chimie Biologique » (with M. Grunberg-Manago) n°12 (1964)
- « Biosynthèse des acides nucléiques- Réplication et transcription » ed. Hermann – Collection Méthodes (with Grunberg-Manago) (1974)
- « Initiation à la Biochimie » ed. « Hermann » (with J-P. Aubert, J-M. Dubert & J. Tavlitsky) (1974)

 

Books published

Sciences de la Vie et Société » ed. « Documentation Française » (with F. Jacob & P. Royer) (1979)
- « Les secrets du Gène », ed. « Odile Jacob-Seuil » (1986)
- « La civilisation du Gène » ed. Hachette (collection « Questions de Science ») (1989) (many translations : English, Spanish, Greek, Portuguese, Japanese, Italian…)
- « L’ingénierie du Vivant » ed. Odile Jacob (1990)
- « Regard sur la Biologie Contemporaine » eds. Gallimard-UNESCO, 1993
- Many books dealing with « Bioethics and Society »
- Mémoire scientifique : un demi siècle de biologie, ed. Odile Jacob, 2003
- Les Mondes Nouveaux de la Biologie, ed. Odile Jacob, 2012

 

Miscelleneous organizations

Member of :

- EMBO (European Molecular Biology Organization)
- CODEST (D .G. XII of the Commission of the European Communities) (1986-1989)
- Council of the International Foundation for the Survival and Development of Humanity
- I.C.S.U. (Pilot Committee of the International Council of Scientific Unions)
- I.F.C.P.A.R. (Indo-French Centre for the Promotion of Advanced Research)
- Member of the « Wise Men Committee » for the Human Frontier Science Program (HFSP) (Former President : Prof. Okamoto)
- Former Co-chairman (with Prof. Sugimura) of the French Japanese Advanced Program on Cancer Research
- European Neuroscience Association
- European Muscle Association
- AFIRST (Vice-President of the French-Israeli Association for Science and Technology)
- A.F.M. (President of the scientific committee of the « Association Française contre les Myopathies »)
- Counsellor to the European Commissioner, Antonio Ruberti (EEC, Brussels)
- Vice-Chairman of the Central Coordinating Committee (CCC) of the French Japanese scientific exchange program.

 

Other Positions held

1976-1981 : General Director of the Institute Pasteur
1981-1985 : Counsellor to the Prime Minister (Science and Technology)
1991-2001 : Permanent Secretary of the French Academy of Sciences
1993-1995 : Special Advisor to the Commissioner of Sciences and Technology ‘EEC)

 

Awards

1956 : Bethsabée de Rothschild Prize
1959 : Mayer Prize from the Society of Biological Chemistry
1964 : Golden Medal of the Pontifical Academy of Sciences
1966 : FASEB Lecturer
1968 : Prize of the Lacassagne Foundation (League for Cancer Research)
1969 : Charles Leopold Mayer Prize (awarded by the French Academy of Sciences)
1985 : Dr. Honoris Causa of the Weizmann Institute
1988 : Fogarty Lecturer
1989 : Alexander Von Humbold Award
1991 : Golden Medal of the Academic Society « Art-Sciences-Lettres »
1998 : Jawaharlal Nehru Birth Centenary Medal

 

Honors

1967 : Chevalier de l’Ordre National du Mérite
1976 : Chevalier de la Légion d’Honneur
1978 : Officier de l’Ordre National du Mérite
1978 : Commandeur de l’Ordre Grand Ducal de la Couronne de Chêne
1980 : Commandeur de l’Ordre Royal de l’Etoile Polaire
1981 : Chevalier du Mérite Agricole
1986 : Officier de la Légion d’Honneur
1989 : Commandeur de l’Ordre National du Mérite
1991 : Commandeur de la Légion d’Honneur
1997 : Commandeur de l’Ordre du Soleil Levant
2012 : Grand Officier de l’Ordre du Mérite
2013 : Grand Officier de la Légion d’Honneur

 

Societies

Member or Foreign associate member of :
- the American Academy of Arts and Sciences (1977)
- the American Society of Biological Chemists (1977)
- the Royal Academy of Belgium (1983)
- the Academy of Sciences in Athènes(1984)
- the Academia Europea (1989)
- the Indian National Science Academy (1991)
- the National Academy of Sciences of Venezuela (1997)
- the Russian Academy of Sciences (1999)
- the Italian Academy of the « 40 » (2001)
- the Academy of Medical Sciences in UK (2006)

 

François ROUGEON

François ROUGEON

Chercheur émérite

Section biologie moléculaire et cellulaire, génomique (élu Correspondant en 1987)
Chevalier de la Légion d’Honneur

 

Formation et Carrière :

Né le 6 Août 1942 à Paris. Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, François Rougeon est recruté comme stagiaire de recherche au CNRS en 1968. A l’issue de sa thèse de Doctorat es Sciences préparée dans le laboratoire du Professeur François CHAPEVILLE, à l’Institut Jacques Monod,il effectue un séjour post-doctoral de deux ans à l’Université de Genève. En 1977, il rejoint l’Institut Pasteur à Paris, où il anime une équipe de recherche, dans le cadre de l’Unité de Génie Génétique qui venait d’être créée par Jacques Monod. En 1981, il rejoint le Département d’Immunologie de l'Institut Pasteur, au sein duquel il dirigera l’Unité de Génétique et Biochimie du Développement jusqu’en 2008.

De 1988 à 1999, il a exercé les fonctions de Directeur de la Recherche et de l'Enseignement à l'Institut Pasteur.

Depuis le 1er Septembre 2008, il poursuit son activité scientifique, dans le cadre de l’Eméritat au sein de l’URA 2581 du CNRS.

François Rougeon est Membre de l'EMBO (European Molecular Biology Organization) et Correspondant de l’Académie des Sciences.

Il a reçu le Prix Jaffé de l'Académie des Sciences en 1986.

 

Œuvre scientifique :

L’œuvre scientifique de François Rougeon a été principalement consacrée à l’étude des mécanismes d’expression génétique chez les organismes eucaryotes. Comprendre comment les mécanismes qui contribuent à l’évolution et à la stabilité du génome ont été réintégrés au niveau somatique pour engendrer au cours de la différenciation des lymphocytes B la diversité quasi illimitée des anticorps a été sa préoccupation essentielle.

Ses principaux travaux ont été les suivants : (1) Elaboration de la première méthode de clonage dans des vecteurs plasmidiques des séquences d’ADN double-brin synthétisés à partir d’ARN messagers ; (2) Etude du rôle de la conversion génique dans l’évolution des familles multigéniques ; (3) Etude de la régulation temporelle et cellulaire du réarrangement des gènes codant pour les récepteurs du système immunitaire ; (4) Structure et expression de la terminale déoxynucléotidyl transférase, responsable de l’introduction aléatoire de nucléotides au cours du réarrangement des récepteurs des systèmes immunitaires ; (5) Le rôle de l’alternance d’hôte dans l’évolution des arbovirus.

Sur le plan des applications biomédicales : (6) clonage moléculaire de la rénine sous-maxillaire de souris et application à la rénine humaine ; (7) découverte de la sialorphine, un pentapeptide inhibiteur de l’activité enképhalinase. La sialorphine est le premier régulateur naturel de l’activité enképhalinase identifié à ce jour.

 

Principales publications :

1975 - Insertion of a rabbit beta-globin gene sequence into an E. coli  plasmid. Rougeon, F., Kourilsky, P. and Mach, B. Nucleic Acids Res. 2, 2365-2378 (PMID N° 802513).
1983 - Gene conversion and polymorphism : generation of mouse immunoglobulin gamma 2a chain alleles by differential gene conversion by gamma 2b chain gene. Ollo, R. and Rougeon, F. Cell 32, 515-523 (PMID N° 6297797).
1992 - Three lymphoid specific factors account for all junctional diversity characteristic of somatic assembly of T-cell receptor and immunoglobulin genes. Kallenbach, S., Doyen, N., Fanton d'Andon, M. and Rougeon, F. Proc. Natl. Acad. Sci. USA 89, 2799-2803 (PMID N° 1557386).
2003 - Sialorphin, a natural inhibitor of rat membrane-bound neutral endopeptidase that displays analgesic activity. Rougeot, C., Messaoudi, M., Hermitte, V., Rigault, A.G., Blisnick, T., Dugave, C., Desor, D. and Rougeon, F. Proc. Natl. Acad. Sci. USA 100, 8549-8554 (PMID N° 12835417).

 

 

Maxime SCHWARTZ

Maxime SCHWARTZ

Chercheur émérite

Maxime Schwartz, né en 1940, est directeur de recherche émérite au CNRS et professeur émérite à l'Institut Pasteur.

Correspondant de l'Académie des sciences depuis 1987.

 

Formation et carrière

1959-1961 : Élève de l’École polytechnique
1967 : Docteur ès science
1971-1986 : Maître de recherche au CNRS
1986-2007 : Directeur de recherche au CNRS
1973 : Chef de laboratoire à l'Institut Pasteur 
1984-2007 : Professeur à l'Institut Pasteur
1975-1995 : Chef de l'unité de génétique moléculaire de l'Institut Pasteur
2007- : Chargé de mission auprès de la direction de l’Institut Pasteur

 

Autres fonctions

1985-1987 : Sous-directeur de l’Institut Pasteur
1988-1999 : Directeur général de l’Institut Pasteur
2001-2006 : Directeur de la programmation des laboratoires à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA)
Membre de la Société française de microbiologie

 

Œuvre scientifique

Maxime Schwartz a consacré ses travaux à la biologie moléculaire des bactéries.

1. Caractérisation du “système maltose” c'est-à-dire de l'ensemble des enzymes et des gènes impliqués dans le métabolisme des oligo et polysaccharides de la série du maltose, chez le colibacille et les bactéries apparentées.
2. Régulation de la biosynthèse des protéines chez les bactéries. Les gènes du “système maltose” ont constitué l'un des tout premiers exemples de gènes soumis à une régulation dite “positive”, faisant intervenir un activateur de la transcription, par opposition à la régulation “négative”, impliquant un répresseur, telle que mise en évidence par F. Jacob et J. Monod dans le cas de l'opéron lactose du colibacille.
3. Structure et fonctions des membranes bactériennes. Etude, en particulier, des cinq protéines intervenant dans le transport des oligosaccharides de la série du maltose à travers l'enveloppe du colibacille. L'une de ces protéines se trouve jouer par ailleurs le rôle de récepteur pour un bactériophage.
4. Biogénèse des protéines membranaires - Étude de la mise en place des protéines ci-dessus mentionnées dans les différentes couches de l'enveloppe bactérienne : membrane cytoplasmique, espace périplasmique, membrane externe.
5. Sécrétion des protéines par les bactéries à gram négatif.

 

Distinctions et Prix

Médaille d’or S.A. Waksman de l’Académie des sciences (1977)
Prix Richard Lounsbery de l’Académie des sciences et de la National Academy of Sciences (1984)
Chevalier des palmes académiques
Officier de l’Ordre du mérite
Officier de la légion d'honneur

 

Publications les plus représentatives

L. Randall-Hazelbauer, M. Schwartz
Isolation of the bacteriophage Lambda receptor from Escherichia coli
J. Bacteriol., 116, pp 1436-1446 (1973)

S.D. Emr, M. Schwartz, T.J. Sihavy
Mutations altering the cellular localization of the receptor, an Escherichia coli outer membrane protein
Proc. Natl. Acad. Sci. USA, 75, pp 5802-5806 (1978)

F. Moreno, A.V. Fowler, M. Hall, T.J. Silhavy, I. Zabin, M. Schwartz
A signal sequence is not sufficient to lead -galactosidase out of the cytoplasm
Nature, 286, pp 356-359 (1980)

O. Raibaud, M. Schwartz
Positive control of transcription initiation in bacteria
Annual Review of Genetics, 18 pp 173-206 (1984)

A. P. Pugsley, C. Chapon, M. Schwartz
Extracellular pullulanase of Klebsiella pneumoniae is a lipoprotein
J. Bacteriol., 166, pp 1083-1086 (1986)

 

Principaux ouvrages

M. Schwartz
Comment les vaches sont devenues folles
Ed. Odile Jacob (2001)

M. Schwartz, F. Rodhain
Des microbes ou des hommes - Qui va l’emporter ?
Ed. Odile Jacob (2008)

M.Schwartz, J. Castex.
La découverte du virus du sida: la vérité sur "l'affaire Gallo / Montagnier"
Ed. Odile Jacob (2009)

Annick Perrot et Maxime Schwartz
Pasteur et ses lieutenants. Roux, Yersin et les autres.
Odile Jacob (2013)

 

 

Agnès ULLMANN

Agnès ULLMANN

Chercheur émérite

Agnès Ullmann a obtenu son doctorat (Doctor rerum naturalium) à l'Université de Budapest en 1958, où elle a été maître de conférences. C'est là qu'elle montre que l’ATP-ase des globules rouges est liée à la membrane et découvre (avec T. Erdos) que la streptomycine agit en inhibant la synthèse protéique. Elle a commencé à travailler dans le laboratoire de Jacques Monod à l'Institut Pasteur en 1958. Elle a participé à des études conduisant à la définition du promoteur Lactose d'Escherichia coli (avec F. Jacob et J. Monod),  a élucidé les propriétés allostérique de la phosphorylase b de muscle (avec J. Monod et P. R. Vagelos) et a élucidé le mécanisme de la complémentation intracistronique de la β-galactosidase. En 1968, elle a commencé à étudier le rôle de l'AMPc chez les bactéries et a montré que l'AMPc relève la répression catabolique. Ses dernières recherches, alors qu'elle dirigeait l’unité de Biochimie des Régulations Cellulaires (de 1979 à 1996), concernaient les relations entre fonction et structure, ainsi que la régulation de la toxine adenylcyclase de Boredetella pertussis (agent de la coqueluche). Ces travaux, avec son équipe et celle de C. Leclerc, ont conduit à l'utilisation d’adenylcyclases recombinantes pour induire une immunité cellulaire et générer une activité protectrice antivirale et antitumorale.

Elle a été affiliée à la fois au CNRS (1962-1996) et à l'Institut Pasteur (1978-1996). Outre la direction d’une unité de recherche, elle a été Directeur Scientifique du Développement à l'Institut Pasteur (1982 -1995). Au moment de sa retraite, elle était Directeur de Recherche au CNRS et professeur à l'Institut Pasteur. Elle est actuellement chercheur émérite, travaillant toujours à Pasteur.

Elle a été responsable et a participé à de nombreux enseignements (Institut Pasteur, Paris 6, en Grèce, au Brésil et en Inde).

Elle est auteur de 180 publications scientifiques, éditeur ou coéditeur de 6 livres et 5 brevets.

Elle est Chevalier de l‘Ordre National du Mérite, Chevalier de la Légion d’Honneur, récipiendaire de la médaille d’or Louis Pasteur (Académie Française), médaille d’or Robert Koch (Allemagne) et est Doctor Honoris Causa de l’Université « Sapienza » de Rome. Elle est membre de l’EMBO, de l’Académie des Sciences Hongroise, et de l'Académie Européenne de Microbiologie (EAM).

 

Moshe YANIV

Moshe YANIV

Chercheur émérite

Œuvre scientifique

Recherche sur les mécanismes de synthèse des protéines. Étude de la séquence primaire et de la structure 3D des tRNA. Mise en évidence de mécanismes de reconnaissance spécifique protéine - RNA (1964-1972).

Caractérisation des virus oncogènes à DNA, la séquence de leur génome, la structure de chromosomes viraux, la régulation de leur transcription et de leur réplication et le rôle des protéines virales dans la transformation cellulaire. Démonstration de la ségrégation des histones parentales entre les deux molécules filles de l’ADN viral et de l’association préférentielle des histones nouvellement synthétisées avec les intermédiaires de réplication, un mécanisme d’héritage épigénétique. Identification des « enhancers » viraux et la base de leur spécificité cellulaire.
Découverte avec Gérard Orth de la multiplicité des génomes de virus de papillome humain, le clonage et le séquençage du premier génome d'un virus de ce groupe et la caractérisation des protéines codées par ces génomes.(1972-1990).

Identification des séquences régulatrice de la transcription des gènes hépatiques (avec Mary Weiss). Mise au point de la technique de « gel shift » pour l’identification des facteurs de transcription de gènes spécifiques dans des cellules de mammifères. Identification et clonage de facteurs de transcription responsables de l'expression des gènes hépatiques (HNF1 alpha et HNF1beta). Démonstration par l'inactivation de gènes chez la souris que ces gènes sont essentiels pour la différenciation et l'organogénèse normale non seulement du foie mais aussi du rein et du pancréas. Des mutations de ces gènes sont responsable du diabète familial de type II chez les hommes (MODY 3 et MODY 5). Les mutations MODY 5 sont aussi associés a une polycystose rénale.
Production de modèles de souris pour l'étude du diabète de type II et de polycystose rénale.

Identification et isolement du facteur de transcription AP1 composé de deux proto-oncogènes jun et fos. Démonstration de son rôle essentiel dans la transcription de virus à DNA, dans la réponse mitogénique de la cellule aux facteurs de croissance et dans la transformation cellulaire par la voie ras. Démonstration de leurs rôles dans le control de la mort cellulaire programmée (apoptose).

Découverte de machineries de remodelage de la chromatine chez les mammifères et analyse de leurs rôles dans l'activation transcriptionnelle au cours du développement, la transformation cellulaire et le maintien de l'intégrité du génome. Construction de modèles de souris qui reproduisent le développement du cancer chez l’homme par la perturbation des mécanismes de control épigénétique (remodelage de la chromatine).

 

Carrière :

1961
Maîtrise de sciences (chimie), université hébraïque de Jérusalem

1969
Docteur ès sciences, Université de Paris  avec Prof. François Gros

1969-1972
Stage postdoctoral à l’Université de Stanford  avec Prof. Paul Berg

1965-2004
Attaché, chargé, maître de recherche, et directeur de recherche au CNRS

1975-2005
Chef d'unité à l'Institut Pasteur

1984-2005
Professeur à l'Institut Pasteur

2006-
Professeur honoraire à l'Institut Pasteur et Directeur de Recherche émérite, CNRS

Chef d’unité des Virus Oncogènes (1975-2001) et de l’unité d’Expression Génétique et Maladies (2002-2006) à l’Institut Pasteur.

Chef de Département de Biologie Moléculaire (1986-1988) et des Biotechnologies (1992-1994)

1977,1979 :   Visiting Professor,  Stanford University Medical School

2001,2003 : Vallee Foundation Visiting Professor, Harvard Medical School

2009,2011,2012, 2013 :  Visiting Professor, Weizmann Institute of Sciences

 

Distinctions et Prix

Membre, Organisation Européenne de Biologie Moléculaire (EMBO, 1978)

Membre, Academia Europaea (1992)

Membre, Académie des Sciences (1995)

Membre d'honneur étranger, American Academy of Arts and Sciences (2000)

Membre, European Academy of Cancer Sciences (2011)


Prix Rosen de cancérologie, FRM (1983)
Prix Charles Léopold Mayer, Académie des Sciences (1995)
Prix Mitjavile, Académie de Medicine (2006)

Prix Nature « for mentoring in science » (2011)

Chevalier de la Légion d'honneur

 

Sociétés Savantes :

Membre de l’Human Genome Organization (HUGO)
Membre de l’American Society of Microbiology
Membre de l’American Society for Developmental Biology
Membre de l’American Association for Cancer Research
Membre de l’European Association for Cancer Research. Executive Board member (2010- )

 

Comité Editorial :

1991- à présente : Journal of Molecular Biology, Associate Editor
1996 : EMBO Journal , Editor in Chief
2004- à présente, Genes to Cells, Editor
2006- à présente, Epigentics, Editorial Board

 

Administration de la Recherche :

Membre des commissions scientifiques de l’Institut Pasteur, CNRS, INSERM, ANRS, ARC, Ligue contre le Cancer, Fondation de France.
A l’internationale : membre des commissions ou des conseils scientifiques  de Wellcome Trust, Cancer UK, LRI, AICR, DFG, Leibnitz Institute, EMBO, EU,  HFSP, Friedrich Miesher Institute, Fonds Nationale Suisse, CBG-Netherlands, Genome Canada, General Motors Cancer Research Foundation, RIKEN Institute etc.

 

Publications majeurs parmi plus de 300 publications :

1. M. YANIV, A. FAVRE and B.G. BARRELL. Evidence for interaction between two non-adjacent nucleotide residues in tRNAval from E. coli. Nature, 1969, 223, 1331-1333.

2. J. NINIO, A. FAVRE and M. YANIV. Molecular model for transfer RNA. Nature, 1969, 223, 1333-1335.

3. M. YANIV and B.G. BARRELL. Sequence relationship of three valine acceptors tRNAs from E.coli. Nature New Biol., 1971, 233, 113-114.

4. W.R. FOLK and M. YANIV. Coding properties and nucleotide sequences of E.coli glutamine tRNA's. Nature New. Biol., 1972, 237, 165-166.

5. M. YANIV, W.R. FOLK, P. BERG and L. SOLL. A single mutational modification of a tryptophan specific tRNA permits aminoacylation by glutamine and translation of UAG. J. Mol. Biol., 1974, 86, 245-260.

6. C. CREMISI, P.F. PIGNATTI, O. CROISSANT and M. YANIV. Chromatin like structures in Polyoma virus and SV40 lytic cycle. J. Virol., 1976, 17, 204-211.

7. C. CREMISI, A. CHESTIER and M. YANIV. Preferential association of newly synthesized histones with replicating SV40 DNA. Cell, 1977, 12, 947-951.

8. S. SARAGOSTI, G. MOYNE and M. YANIV. Absence of nucleosomes in a fraction of SV40 chromatin between the origin of replication and the region coding for the late leader RNA. Cell, 1980, 20, 35-73.

9. M. KATINKA, M. YANIV, M. VASSEUR and D. BLANGY. Expression of polyoma early functions in mouse embryonal carcinoma cells depends on sequence rearrangements in the beginning of the late region. Cell, 1980, 20, 393-399.

10. M. KATINKA, M. VASSEUR, N. MONTREAU, M. YANIV and D. BLANGY. Polyoma DNA sequences involved in control of viral gene expression in murine embryonal carcinoma cells. Nature, 1981, 290, 720-722.

11. P. HERBOMEL, S. SARAGOSTI, D. BLANGY and M. YANIV. Fine structure of the origin-proximal DNase I-hypersensitive region in wild type and EC mutant polyoma. Cell, 1981, 25, 651-658.

12. O.DANOS, M. KATINKA and M. YANIV. Human papillomavirus Ia complete DNA sequence : a novel type of genome organization among papovaviridae. EMBO J., 1982, 1, 231-236.

13. P. HERBOMEL, B. BOURACHOT and M. YANIV. Two distinct enhancers with different cell specificities coexist in the regulatory region of polyoma. Cell, 1984, 39, 653-662.

14. J. PIETTE, M.-H. KRYSZKE and M. YANIV. Specific interaction of cellular factors with the B enhancer of polyoma virus. EMBO J., 1985, 4, 2675-2695.

15. J. PIETTE and M.YANIV. Two different factors bind to the ß-domain of the polyoma virus enhancer, one of which also interacts with the SV40 and c-fos enhancers. EMBO J., 1987, 6, 1331-1337.

16. M.H. KRYSZKE, J. PIETTE and M. YANIV. Induction of a factor that binds to the polyoma virus A enhancer on differentiation of embryonal carcinoma cells. Nature, 1987, 328, 254-256.

17. S. CEREGHINI, M. RAYMONDJEAN, A. GARCIA-CARRANCA, P. HERBOMEL and M. YANIV. Factors involved in control of tissue specific expression of albumin gene. Cell, 1987, 50, 627-638.

18. S. CEREGHINI, M. BLUMENFELD and M. YANIV. A liver-specific factor essential for albumin transcription differs between differentiated and dedifferentiated rat hepatoma cells. Genes and Development, 1988, 2, 957-974.

19. R.P. RYSECK, S.I. HIRAI, M. YANIV and R. BRAVO. Transcriptional activation of c-jun during the G0/G1 transition in mouse fibroblasts. Nature, 1988, 334, 535-537.

20. F. THIERRY, N. DOSTATNI, F. ARNOS and M. YANIV. Cooperative activation of transcription by BPV-1 E2 can occur over a large distance. Mol. Cell. Biol., 1990, 10, 4431-4437.

21. V. DOUCAS, G. SPYROU and M. YANIV. Unregulated expression of c-Jun or c-Fos proteins but not Jun D inhibits estrogen receptor activity in human breast cancer derived cells. EMBO J., 1991, 10, 2237-2245.

22. N. DOSTATNI, P. F. LAMBERT, R. SOUSA, J. HAM, P. M. HOWLEY and M. YANIV. The functional BPV-1 E2 transsactivation protein can act as a repressor by preventing formation of the initiation complex. Genes and Development, 1991, 5, 1657-1671.

23. C. MUCHARDT and M. YANIV. A human homologue of S. cerevisiae SNF2/SW12 and drosophila brm genes co-operates with nuclear hormone receptors in transcriptional activation. EMBO J., 1993, 12, 4279-4290.

24. C. M. PFARR, F. MECHTA, G. SPYROU, D. LALLEMAND, S. CARILLO and M. YANIV. Jun-D is a negative regulator of fibroblast growth. Cell, 1994, 76, 747-760.

25. M. PONTOGLIO, J. BARRA, M. HADCHOUEL, A. DOYEN, C. KRESS, J. POGGI BACH, C. BABINET and M. YANIV. Hepatocyte Nuclear Factor 1 (HNF1) inactivation results in hepatic dysfunction, phenylketonuria and renal Fanconi syndrome. Cell, 1996, 84, 575-585.

26. E. BOSSY-WETZEL, L. BAKIRI and M. YANIV. C-Jun overexpression triggers rapid apoptosis in mouse fibroblasts. EMBO J., 1997, 16, 1695-1709.

27. C. MUCHARDT, B. BOURACHOT, J.-C. REYES and M. YANIV. Ras transformation is associated with decreased expression of a member of the brm/SNF2 ATPase of the SNF/SWI complex. EMBO J., 1998, 17, 223-231.

28. J.C. REYES, J. BARRA, C. MUCHARDT, A. CAMUS, C. BABINET and M. YANIV. Altered control of cellular proliferation in the absence of mammalian Brahma (SNF2a). EMBO J., 1998, 17, 6979-6991.

29. L. BAKIRI, D. LALLEMAND, E. BOSSY-WETZEL and M. YANIV. Cell cycle dependent variations in c-Jun and JunB phosphorylation ; a role in the control of cyclin D1 expression. EMBO J., 2000, 19, 2056-2068.

30. J.B. WEITZMAN, L. FIETTE, K. MATSUO and M. YANIV. JunD protects cells from p53-dependent senescence and apoptosis. Mol. Cell 2000, 6, 1109-1119.

31. A. KLOCHENDLER-YEIVIN, L. FIETTE, J. BARRA, C. MUCHARDT, C. BABINET and M. YANIV. Essential role for SNF5/INI1, a subunit of the SWI/SNF complexes in embryonic development and tumour suppression. EMBO Reports, 2000, 1, 500-506.

32. D. GERALD, E. BERRA, Y. M. FRAPART, D. CHAN, A.J. GIACCIA, D. MANSUY, J. POUYSSEGUR, M. YANIV and F. MECHTA-GRIGORIOU. JunD reduces tumor angiogenesis by protecting cells from oxidative stress. Cell, 2004, 118, 781-794.

33. E. FISCHER, E. LEGUE, A. DOYEN, F. NATO, J.-F. NICOLAS, V. TORRES, M. YANIV and M. PONTOGLIO. Defective planar cell polarization in polycystic kidney disease. Nature Genetics, 2006, 38, 21-23.

34. E. BATSCHE, M. YANIV and C. MUCHARDT. The human SWI/SNF subunit Brm is a regulator of alternative splicing. Nature Structural & Molecular Biology, 2006, 13, 22-29.

35. A. KLOCHENDLER-YEIVIN, E. PICARSKY and M. YANIV. Increased DNA damage sensitivity and apoptosis in cells lacking the Snf5/Ini1 subunit of the SWI/SNF chromatin remodeling complex. Mol. Cell. Biol., 2006, 26, 2661-2674.

36. M. YANIV. The 50th anniversary of the publication of the operon theory in the Journal of Molecular Biology: past, present and future. J.Mol. Biol. 2011, 409, 1-6.

 

Mis à jour le 27/12/2013

Agenda

Tout l'agenda