Structure et Interactions de Protéines

Structure et biosynthèse des composants de la paroi cellulaire fongique et analyse structurale et fonctionnelle des hydrophobines du pathogène opportuniste Aspergillus fumigatus
(C. Simenel, A. Pillé, R. Dazzoni, M. Delepierre, J.I. Guijarro)

 

A. fumigatus est un pathogène opportuniste responsable de différentes pathologies dont les aspergilloses invasives, souvent très graves, chez des individus immunodéprimés. Ce champignon filamenteux est devenu le principal pathogène fongique aérien et représente un problème de santé publique en termes de mortalité, morbidité et de coût pour les hôpitaux. A. fumigatus se développe dans le sol et se dissémine dans l’air sous forme de conidies (spores) qui représentent la forme invasive du champignon. En collaboration avec l’équipe de Jean-Paul Latgé (Unité Aspergillus, Institut Pasteur), nous nous intéressons à la structure et à la biosynthèse des polisaccharides de la paroi cellulaire, aux polisaccharides secrétés qui composent la matrice extracellulaire, et à des protéines de la famille des hydrophobines qui forment une couche protectrice à la surface des spores ou interviennent dans la sporulation et la survie des spores, ainsi que au rôle que ces structures jouent dans le biologie du pathogène.

 

La compréhension des mécanismes physiopathologiques des champignons pathogènes nécessite de l’étude de ses polysaccharides qui sont étroitement associés à leur virulence et peuvent participer aux interactions hôte-pathogène. La RMN est un outil essentiel pour analyser la structure chimique des polisaccharides pariétaux, les réticulations inter-polymères, pour caractériser les mécanismes enzymatiques impliqués dans la biosynthèse de la paroi cellulaire et plus largement pour l’analyse de composés glucidiques.

 

Les hydrophobines sont des protéines amphipatiques produites par les champignons sous forme soluble. Ces protéines, aux caractéristiques physicochimiques remarquables, s’auto-associent aux interfaces hydrophile/hydrophobe ou eau/air pour former des monocouches amphipatiques de fibres amyloïdes avec une morphologie en bâtonnets. La paroi cellulaire des conidies est recouverte par une couche de bâtonnets formés par l’hydrophobine RodA. Cette couche hydrophobe permet la dispersion des spores dans l’air et masque la reconnaissance des antigènes et allergènes fongiques rendant les spores silencieuses vis à vis du système immunitaire. Nous étudions la forme soluble de l’hydrophobine RodA, la transition de la forme soluble à la forme polymérique et insoluble et sa structure au sein de la couche de bâtonnets, et les liens entre la structure et les caractéristiques immunologiques de la protéine. Nous travaillons aussi sur l’hydrophobine RodC qui est très importante pour la sporulation du champignon et indispensable pour la survie des spores.

 

projet-inaki-.jpg

Mis à jour le 28/04/2014

 

logopasteur.gif

 

logo-cnrs.jpg

Contact

RMN des Biomolécules
CNRS UMR 3528
Muriel Delepierre

 

Institut Pasteur
28, Rue du Docteur Roux
75724 Paris Cedex 15 FRANCE

Chef de l'Unité : Tel + 33 (0)1 45 68 88 71
Secretary : Tel + 33 (0)1 40 61 37 02
Fax + 33 (0)1 45 68 89 29

Agenda

Tout l'agenda