Une image pour faire avancer la recherche

Difficile à deviner pour les non initiés ! Il s’agit d’un champignon microscopique nommé Aspergillus fumigatus, et en particulier de ses « têtes » porteuses de spores. Nommée par ses auteurs Feu d’artifice de têtes aspergillaires, cette image a reçu le 1er Prix en microscopie optique du concours Images Imagopole 2013 de l’Institut Pasteur.

 

 

Une image pour faire avancer la recherche  - Institut Pasteur

Elle a été prise dans le cadre d’études sur ce champignon responsable de graves infections respiratoires, souvent mortelles. Nos chercheurs espèrent développer des solutions thérapeutiques contre l’aspergillose mais ils ont aussi récemment découvert qu’Aspergillus pourrait bien être utile… contre les maladies inflammatoires (voir ci-dessous Le bon côté d’Aspergillus).

 

Décryptage : A l’Imagopôle de l’Institut Pasteur, une culture d’Aspergillus a été observée en trois dimensions grâce à un microscope confocal (coût : 250 000 euros), avec un logiciel d’analyse d’images qui indique la distance  des éléments par la couleur: en rouge, les plus proches de l’observateur, en bleu, les plus proches de la boîte de culture, et en vert, celles à distance intermédiaire.

 

 

 

 

 

 

Le commentaire

« Une telle image nous sert à comprendre le cycle biologique du champignon pathogène Aspergillus fumigatus  », explique son auteure, Anne Beauvais (unité des Aspergillus, Institut Pasteur).

« Nous espérons ainsi trouver des solutions pour les patients atteints d’aspergillose chronique, une maladie dont la fréquence est en augmentation : elle touche 5% des asthmatiques, 10% des malades de la mucoviscidose et 20% des cas de bronchopneumonie obstructive, aggravant considérablement leur déficience respiratoire. »

Pour en savoir plus sur l’aspergillose, lire notre fiche maladie.

 

 

Le saviez-vous ? - Institut Pasteur


Le saviez-vous ?

 

 

Une image pour faire avancer la recherche - Institut PasteurLe champignon Aspergillus est ainsi nommé car la forme de ses têtes rappelle celle du goupillon utilisé par le curé pour bénir les fidèles (pour les « asperger » d’eau bénite) : l’aspergeoir (du latin aspergillum).

 

 

 

 

 

 


 

Le bon côté d’Aspergillus

 

Plusieurs maladies inflammatoires pourraient à l’avenir être traitées par une molécule de la paroi d’Aspergillus fumigatus, comme le suggèrent les derniers travaux de l’unité des Aspergillus, dirigée par Jean-Paul Latgé. Dotée de puissantes propriétés anti-inflammatoires, cette molécule guérit par exemple l’inflammation du côlon dans un modèle expérimental de colite. Elle pourrait aussi être active contre certaines maladies auto-immunes comme la goutte ou la polyarthrite rhumatoïde. 

 

 


Je fais un don

Mis à jour le 03/12/2014

Zoom sur...

Ebola TaskForce - Institut Pasteur

 

    EBOLA TASK FORCE