En direct de nos laboratoires

 

filet

 

filet

 

Epidémie
 

Ebola : l’Institut Pasteur en première ligne

 

L’Institut Pasteur est sur le front d’une épidémie sans précédent due au virus Ebola en Afrique de l’Ouest. Démarrée en Guinée, l’épidémie a été confirmée par les experts pasteuriens le 21 mars 2014, et des chercheurs des Instituts Pasteur de Paris et Dakar ont été envoyés en renfort sur le terrain. Après une intensification de l’épidémie en juin, les experts de l’Institut Pasteur de Dakar ont enquêté sur les nouveaux cas déclarés à Conakry tandis que des chercheurs de l’unité de Biologie des infections virales émergentes de l’Institut Pasteur intervenaient sur le Laboratoire mobile européen (EMlab) à Gueckedou (Guinée).  Début juillet, 750 cas et 445 décès étaient recensés en Guinée mais aussi en Sierra Leone et au Liberia. Une réunion internationale d’urgence organisée par l’Organisation mondiale de la santé s’est tenue les 2 et 3 juillet derniers au Ghana pour renforcer la réponse internationale à la propagation de la maladie, avec les ministres de la santé de onze pays (Guinée, Liberia, Sierra Leone, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Mali, Sénégal et Ouganda) et des représentants d’organisations impliquées, dont des experts de l’Institut Pasteur. 

 

 

L’INSTITUT PASTEUR EN PREMIÈRE LIGNE POUR LUTTER CONTRE L’ÉPIDÉMIE - Institut Pasteur

 

Je fais un don - Institut Pasteur

 

filet

 

 

Surdité 

 

Une perte auditive en apparence légère peut masquer un déficit plus profond 

 

Malgré un examen audiométrique révélant une perte auditive légère, certaines personnes se plaignent d’une gêne profonde et d’importantes difficultés de compréhension de la parole dans les milieux bruités, qui les handicapent au quotidien. Des travaux menés* à l’Institut Pasteur sur la cochlée, organe sensoriel auditif situé dans l’oreille interne, ont permis de comprendre comment dans certains cas une perturbation considérable de la détection des sons aigus survient en présence de sons beaucoup plus graves (deux octaves) et d’intensité bien moindre. Au vu de leurs observations, les chercheurs pointent l’existence d’audiogrammes (tests mesurant les seuils auditifs de perception des sons de différentes fréquences) faussement optimistes chez certains individus, qui dissuadent à tort de les appareiller. « Pour améliorer le diagnostic, il serait donc judicieux de proposer de manière plus routinière aux personnes présentant une gêne auditive en présence de bruits de basse fréquence (sons graves) des tests auditifs complémentaires, permettant notamment d’analyser finement la réponse des cellules sensorielles auditives aux différentes fréquences», soulignent-ils. «Les prothèses auditives prescrites dans une telle situation devraient veiller à rétablir sélectivement la détection des hautes fréquences (sons aigus), tout en évitant l’interférence par les sons graves. »

 

* par le Dr Aziz El-Amraoui et par le Pr Christine Petit,  Professeure au Collège de France et directrice de l’unité de génétique et physiologie de l’audition (Institut Pasteur/Inserm Unité 1120/Collège de France/Université Pierre et Marie Curie), en étroite collaboration avec le Pr Paul Avan, responsable de l'équipe de biophysique neurosensorielle de l'UMR Inserm 1107 à l'Université d'Auvergne.

 

 

Surdité - Une perte auditive en apparence légère peut masquer un déficit plus profond - Institut Pasteur


Stéréocils de cellules sensorielles auditives

 

 

Je fais un don - Institut Pasteur
 

filet

Immunité du nouveau-né
 

Vacciner in utero ?

 

La mémoire immunitaire repose sur l’action de globules blancs particuliers (des lymphocytes T mémoire) qui gardent la trace des infections anciennes et peuvent réagir rapidement pour défendre l’organisme en cas de nouvelle exposition au même pathogène. Pendant la grossesse, le foetus se développe dans un environnement considéré comme stérile et on pensait jusqu’ici que ses lymphocytes T étaient « naïfs », sans mémoire. Mais des chercheurs de l’Institut Pasteur* viennent de mettre en évidence chez le nourrisson une petite population de lymphocytes T mémoire. Malgré l’absence d’agent pathogène dans son environnement, le foetus développe donc sa propre mémoire immunitaire, activée et fonctionnelle dès la naissance. Cette découverte laisse penser qu’il serait envisageable de vacciner le foetus in utero, en administrant des vaccins à la femme enceinte pour stimuler l’immunité de l’enfant à naître et augmenter ainsi sa protection contre divers pathogènes au cours des premiers mois de vie.


Etude menée par le groupe de Richard Lo-Man, au sein de l’unité  Régulation immunitaire et vaccinologie  (Institut Pasteur/Inserm), dirigée par Claude Leclerc, en collaboration avec l’Institut Pasteur de Shanghai et l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.

 

 Immunité du nouveau-né - VACCINER IN UTERO ? - Institut Pasteur

 

 

 

 

Je fais un don - Institut Pasteur
 

filet

 

 

Virus

 

Prédire les mutations à l’origine des épidémies

 

Une méthode capable de prédire les mutations des virus ayant le plus de probabilités d’émerger à court terme et présentant un fort potentiel épidémique vient d’être mise au point*.  Elaborée à partir de l’observation de la survenue des mutations du virus Chikungunya lors de l’épidémie de 2005-2006 dans l’Océan Indien, elle est applicable à d’autres virus. Les mutations dans leur code génétique - souvent des « erreurs de copie » lors de leur multiplication - confèrent  parfois aux virus un « avantage sélectif » : ils peuvent par exemple devenir plus aptes à se répandre, et donc à déclencher une épidémie. D’où l’intérêt de cette méthode prédictive afin d’améliorer la surveillance des épidémies, mais aussi la recherche vaccinale, en permettant un choix optimal des souches de virus à inclure dans la composition d’un vaccin.

 

* Etude menée par l’unité des Populations virales et Pathogenèse (Institut Pasteur/CNRS) dirigée par Marco Vignuzzi, en collaboration avec l’Institut Pasteur du Cambodge. 

 

 

Virus - Prédire les mutations à l’origine des épidémies - Institut Pasteur


Virus du Chikungunya (en orange) bourgeonnant à la surface
de cellules infectées de moustique Aedes albopictus.

 

 

 

Je fais un don - Institut Pasteur
 

filet

 

Mis à jour le 04/07/2014

Zoom sur...

Ebola TaskForce - Institut Pasteur

 

    EBOLA TASK FORCE