Ulcères de Buruli : le mécanisme d’érosion de la peau révélé

Des scientifiques de l’Institut Pasteur à Paris et du CNRS, en collaboration avec les Universités de Bâle et de Cambridge, ont identifié le mécanisme par lequel la bactérie Mycobacterium ulcerans provoque les ulcères de Buruli, ouvrant ainsi la voie vers de nouvelles approches thérapeutiques contre cette maladie cutanée invalidante, en émergence depuis plusieurs décennies. Ce travail est publié en ligne dans The Journal of Clinical Investigation.

 

Communiqué de presse
Paris, le 18 mars 2013

 

L’ulcère de Buruli est une maladie cutanée des régions tropicales due à l’infection par Mycobacterium ulcerans. Les bactéries, vraisemblablement inoculées par un insecte piqueur, prolifèrent localement pour provoquer l’érosion de la peau et la formation de plaies ouvertes chroniques couvrant parfois des membres entiers. L’ulcère de Buruli tue rarement mais son incidence croit de manière préoccupante en Afrique de l’Ouest depuis les années 1980, où il frappe des populations rurales défavorisées, leur imposant son fardeau de morbidité et d’ostracisme. 

On savait que la destruction des tissus cutanés était due à une molécule lipidique originale, appelée mycolactone, qui est abondamment produite par les bacilles. Les équipes de Caroline Demangel à l’Institut Pasteur à Paris et de Marie-France Carlier, au CNRS de Gif-sur-Yvette ont permis d’identifier son mécanisme d’action et ses cibles à l’échelle moléculaire. 

En collaboration avec d’autres groupes de l’Institut Pasteur et des Universités de Bâle et de Cambridge, elles ont démontré que la mycolactone diffusait dans les cellules épithéliales pour déréguler la synthèse du squelette cellulaire, dit « cytosquelette » formé par des filaments d’actine. Or, cette charpente très dynamique est essentielle pour maintenir la jonction des cellules de l’épiderme entre elles, ainsi que leur migration coordonnée en cas de blessure. En activant de manière incontrôlée la synthèse de ce cytosquelette, la mycolactone compromet donc à la fois la cohésion des tissus cutanés et leur potentiel de cicatrisation. 

Les traitements actuels contre l’ulcère de Buruli, basés sur une lourde antibiothérapie parfois couplée à une chirurgie d’excision des lésions, sont inadaptés aux conditions de terrain. Bloquer l’action ulcérative de la mycolactone permettrait certainement de les alléger, voire de les éviter. L’identification des cibles moléculaires de la mycolactone, les protéines de la famille Wiskott-Aldrich, permet d’aborder la recherche d’inhibiteurs fonctionnels de cette toxine, qui constitueront peut-être les outils thérapeutiques de demain.

Ce travail a reçu le soutien financier de l’Agence Nationale de la Recherche, l’Association Raoul Follereau, la Communauté Européenne, La Ligue contre le Cancer et la région Ile de France qui a accordé à Romain Veyron-Churlet une allocation de recherche post-doctorale.

 

--
Illustration - © Laurent Marsollier / Institut Pasteur
Légende - Mycobacterium ulcerans, agent étiologique de l'ulcère de Buruli, en microscopie électronique à balayage

 

Sources

Mycolactone activation of Wiskott-Aldrich syndrome proteins underpins Buruli ulcer formation, The Journal of Clinical Investigation, March 15, 2013. 

Laure Guenin-Macé (1#), Romain Veyron-Churlet (1#), Maria-Isabel Thoulouze (2), Guillaume Romet-Lemonne (3), Hui Hong (4), Peter F. Leadlay (4), Anne Danckaert (5), Marie-Thérèse Ruf (6,7), Serge Mostowy (8), Chiara Zurzolo (9), Philippe Bousso (10), Fabrice Chrétien (11,12,13), Marie-France Carlier (3), and Caroline Demangel (1) 

(1) Institut Pasteur, Unité d’Immunobiologie de l’Infection, Paris, France
(2) Institut Pasteur, Unité de Biologie Cellulaire des Lymphocytes, Paris, France
(3) CNRS UPR 3089, Cytoskeleton Dynamics and Motility, Gif-sur-Yvette, France
(4) University of Cambridge, Department of Biochemistry, Cambridge, UK
(5) Institut Pasteur, Imagopole, Paris, France
(6) Molecular Immunology, Swiss Tropical and Public Health Institute, Basel, Switzerland
(7) University of Basel, Basel, Switzerland
(8) Institut Pasteur, Unité des Interactions Bactéries-Cellules, Paris, France
(9) Institut Pasteur, Unité de Trafic membranaire et Pathogenèse, Paris, France
(10) Institut Pasteur, Unité des Dynamiques des Réponses Immunes, Paris, France
(11) Institut Pasteur, Unité d'Histopathologie Humaine et modèles animaux, Paris, France
(12) Faculté de Médecine, Université Versailles Saint Quentin en Yvelines, France
(13) Service d’Anatomie Pathologique, AP-HP, Hôpital R. Poincaré, France

# Ces auteurs ont contribué de manière équivalente à ce travail.

Contact  presse

Service de presse de l'Institut Pasteur

Nadine Peyrolo / + 33 (0)1 45 68 81 46

Jérémy Lescène / +33 (0)1 45 68 81 01

presse@pasteur.fr

 

En savoir plus

Nous suivre

fb_icon_325x325.png twitter-icone02.jpeg logo-google-plus.jpg You Tube - Institut Pasteur

Contacts

 

 

 

Centre médical

CENTRE MEDICAL

209-211 rue de Vaugirard

75015 Paris

01 45 68 80 88

Flux RSS