Coqueluche : surveiller pour mieux vacciner

Des chercheurs de l'Institut Pasteur à Paris en collaboration avec l'Institut Pasteur de Lille ont analysé les conséquences de la vaccination des enfants contre la coqueluche sur la bactérie responsable de cette maladie. Leurs observations soulignent l'importance de poursuivre une surveillance microbiologique afin d'adapter les stratégies vaccinales.

 

 

Communiqué de presse
Paris, le 8 juillet 2008

 

 

L’équipe de l’unité de Prévention et thérapie moléculaires des maladies humaines (Institut Pasteur/URA-CNRS 3012), dirigée par Nicole Guiso, en collaboration avec la plateforme de Santé publique de l’Institut Pasteur à Paris et une équipe de l’Institut Pasteur de Lille, vient de publier les résultats d’une étude sur les conséquences de la vaccination des enfants contre la coqueluche sur le génome de Bordetella pertussis, la bactérie responsable de cette maladie.

Cette vaste analyse génomique a été menée sur des isolats cliniques collectés sur quatre continents, dans une dizaine de régions ayant pratiqué une vaccination massive des enfants contre la maladie.

Les résultats montrent que les bactéries contre lesquelles le vaccin était dirigé ont été pratiquement éliminées après la vaccination généralisée des enfants. Cette observation confirme le succès des campagnes vaccinales engagées dans ces pays, et notamment en France, depuis les années 1960.

L’analyse des génomes bactériens montre que les cas de coqueluche actuels sont dus à des B. pertussis différentes des souches vaccinales. Les chercheurs ont donc souligné l’importance d’adapter les stratégies vaccinales, comme le recommandent les autorités de santé françaises, en utilisant de nouveaux vaccins pour les adolescents et les adultes, ciblant non plus des bactéries particulières, mais les facteurs de virulence des bactéries circulantes. En France, ce type de vaccin est utilisé depuis 1998.

Les scientifiques ont enfin observé que certaines séquences génétiques susceptibles d’être impliquées dans la virulence des bactéries étaient particulièrement instables. Celles-ci pourraient donc être éliminées progressivement du génome bactérien. Une couverture vaccinale élevée faisant appel à ces nouveaux vaccins ciblant la virulence pourrait ainsi accélérer le contrôle de la coqueluche. Une surveillance de la maladie chez l’enfant, l’adulte et le senior permettra de valider ce scénario.

Source

« Genomic Content of Bordetella pertussis Clinical Isolates Circulating in Areas of Intensive Children Vaccination », PloS One, 18 juin 2008.

Valérie Bouchez (1), Valérie Caro (1), Erwan Levillain (2), Ghislaine Guigon (3), Nicole Guiso (1).

(1) Institut Pasteur, Unité Prévention et Thérapie Moléculaires des Maladies Humaines, URA-CNRS 3012, Paris, France
(2) Institut Pasteur de Lille, Laboratoire d'Etudes Transcriptomiques et Génomiques Appliquées-Plateforme Biopuces Lille, UMR 8161-IFR 142, Lille, France
(3) Institut Pasteur, Plateforme Santé Publique, Paris, France

Contacts presse

Service de presse de l’Institut Pasteur à Paris
Marion Doucet ou Nadine Peyrolo
01 45 68 89 28 – marion.doucet@pasteur.fr

Service de presse de l’Institut Pasteur de Lille
Jeanne Agard
03 20 87 77 38 – service.communication@pasteur-lille.fr

Service de presse du CNRS
Muriel Ilous
01 44 96 43 09 – muriel.ilous@cnrs-dir.fr