L'Institut Pasteur engagé dans la lutte contre le chikungunya

Fin 2005 : une épidémie de chikungunya fait son apparition dans l’Océan Indien. Devant l’ampleur exceptionnelle de la propagation du virus, une douzaine d’équipes de l’Institut Pasteur à Paris s’engage et lance des recherches sur tous les aspects de l’infection. En 2010, quatre ans après cette flambée épidémique, le chikungunya fait à nouveau parler de lui sur l’Ile de la Réunion. Puis, fin 2013, il atteint la zone « Amérique » où des milliers de cas se déclarent brutalement aux Antilles (40 000 cas en Martinique). Actuellement en France, 18 départements rassemblent toutes les conditions propices à l’émergence du chikungunya : la présence du moustique vecteur dans la région, la température et l’humidité favorables à l’éclosion des œufs et de nombreux déplacements des populations entre la France et les Antilles (vacances, coupe du monde de football). Depuis le premier épisode épidémique, les chercheurs de l’Institut Pasteur ne cessent de poursuivre leurs investigations qui ont abouti à des avancées majeures dans la lutte contre le chikungunya.


Les travaux des chercheurs de l’Institut Pasteur ont depuis près de dix ans permis la génération d’outils pour le diagnostic viral, le séquençage et l’analyse moléculaire des souches virales isolées dans l’Océan Indien, la caractérisation moléculaire et biologique de ces souches, l’identification des déterminants de leur virulence, une meilleure compréhension de la pathogénie de l’infection virale chez l’homme, l’identification des cellules humaines cibles du virus et des gènes capables de contrôler l’infection, le développement d’un modèle murin de la maladie, le test en phase I d’un vaccin et des études de la compétence vectorielle du moustique Aedes albopictus, dit moustique tigre.


 

Le présent dossier dresse un tour d’horizon de ces axes de recherche.

 

Les équipes de l’Institut Pasteur mobilisées sur la recherche contre le chikungunya

Unité Epidémiologie et physiopathologie des virus oncogènes
dirigée par Antoine Gessain

Laboratoire Arbovirus et Insectes Vecteurs
dirigée par Anna-Bella Failloux

Unité Génomique virale et vaccination
dirigée par Frédéric Tangy

Pôle Génotypage des pathogènes
dirigé par Valérie Caro

Unité Interactions moléculaires Flavivirus-Hôtes
dirigée par Philippe Desprès

Unité Biologie des infections
dirigé par Marc Lecuit

Unité Populations virales et pathogénèse
dirigé par Marco Vignuzzi

Unité Virologie structurale
dirigée par Félix Rey

Unité Virus et immunité
dirigée par Olivier Schwartz

Unité Virus et interférence ARN
dirigé par Carla Saleh

Unité Modélisation mathématique des maladies infectieuses
dirigée par Simon Cauchemez

 

 

> Retour au sommaire

Mis à jour le 16/10/2014

Zoom sur...

Ebola TaskForce - Institut Pasteur

 

    Ebola task force

 

Contacts