Louis Pasteur et la vaccination contre la rage

Au XIXème siècle, de nombreux cas de rage sévissent en Europe. A Londres par exemple, 29 morts par " hydrophobie " étaient dénombrés dans les premières semaines de 1877 et le Rabies Order donnait le droit aux autorités locales de museler, contrôler, saisir, enfermer et disposer des chiens errants pour combattre la " rage des rues ". Louis Pasteur commence à travailler sur la rage en 1880. Son objectif est alors de trouver des moyens de prévenir les maladies, suivant la voie ouverte par ses travaux sur le choléra des poules.

 

Il réussit d'abord à stabiliser le virus de la rage par passages multiples d'une espèce à l'autre, et présente dès 1884 les résultats réussis d'une expérimentation de vaccination préventive de chiens contre la rage. Le principe d'une vaccination avant exposition contre la rage chez l'animal est acquis. Pasteur cherche alors à améliorer sa méthode et met au point un moyen d'atténuation de la virulence, qui consiste à exposer des moelles épinières rabiques de lapin à l'air. Leur utilisation pour la vaccination préventive des chiens s'avère efficace. Louis Pasteur a alors l'idée d'utiliser cette vaccination pour créer l'immunité après morsure, et de passer à l'homme.

 

Un succès chez l'homme

Le pas est franchi en 1885 et Louis Pasteur obtient son premier succès chez l'homme avec la vaccination d'un enfant de 9 ans, Joseph Meister, qui lui est présenté dans son laboratoire de l'Ecole normale, rue d'Ulm à Paris. Le jeune garçon qui arrive d'Alsace présente des morsures profondes et multiples. Il reçoit treize injections de broyat de moelle de lapin (une par jour) et survit. Trois mois plus tard, Louis Pasteur réitère l'expérience sur un jeune berger, Jean-Baptiste Jupille, sévèrement mordu par un chien enragé. Le 26 octobre 1885, Pasteur expose les résultats prometteurs de son traitement contre la rage chez l'homme à l'Académie des sciences. Dès lors, des patients mordus par des animaux enragés affluent vers le laboratoire de Louis Pasteur. Le 1er mars 1886, Pasteur présente dans une communication à l'Académie des sciences les résultats de l'inoculation de 350 personnes. Un seul échec est à déplorer, dû au fait que le traitement avait été appliqué beaucoup trop tard, alors que le virus avait probablement atteint le système nerveux. Quelques mois plus tard, Pasteur rapporte les résultats de 726 inoculations…

 

Dans la séance mémorable du 1er mars 1886, Pasteur conclut : " La prophylaxie de la rage après morsure est fondée. Il y a lieu de créer un établissement vaccinal contre la rage ". Il lance immédiatement une souscription internationale. Grâce à la répercussion mondiale de ses succès contre la rage, les dons affluèrent. C'est ainsi que put être créé en 1887 un institut dédié non seulement au traitement contre la rage, mais à l'étude de la science pasteurienne. L'Institut Pasteur était inauguré en novembre 1888…

 

 

> Retour au sommaire

Mis à jour le 31/07/2013

Contacts

  • Marion Doucet
    Responsable du service Relations Presse
    33 (0) 1 45 68 89 28