Transmission de la tuberculose : pourquoi les souches d’origine animale ne se disséminent pas dans la population humaine ?

Coupe de Mycobacterium bovis ou bacille de Calmette et Guérin (BCG) © Institut Pasteur/Antoinette Ryter

 

22 juillet 2014

 

Les équipes de Christophe Guilhot à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale (CNRS/Université Toulouse III Paul Sabatier) et de Roland Brosch à l’Institut Pasteur, en collaboration avec l’équipe de Carlos Martin de l’université de Saragosse, se sont intéressées aux mécanismes expliquant pourquoi les bacilles de la tuberculose d’origine animale ne se disséminent pas dans la population humaine. Publiés le 21 juillet dans les PNAS, ces travaux offrent des perspectives nouvelles pour comprendre les fonctions et mécanismes intervenant dans la transmission chez l’Homme et à terme proposer des solutions thérapeutiques pour bloquer la propagation de cet agent infectieux.

 

Avec plus d’un million de morts chaque année à travers le monde, la tuberculose demeure l’une des plus dangereuses maladies infectieuses. Chez l’Homme, cette maladie est provoquée par le bacille de Koch (BK) qui se propage très efficacement par voie aérienne. Cette maladie affecte également de nombreux autres mammifères mais les bacilles tuberculeux d’origine animale, malgré leur patrimoine génétique très proche de celui du bacille humain, sont très rarement impliqués dans des chaînes de transmission chez l’Homme. En comparant les génomes de nombreux bacilles les chercheurs ont identifié trois mutations, présentes dans toutes les souches d’origine animale mais absentes des souches du BK. Lorsqu’elles sont transférées expérimentalement dans des bacilles tuberculeux humains, ces mutations atténuent fortement la virulence du BK dans différents modèles cellulaires et animaux. Leur présence explique que la tuberculose  d’origine animale ait peu d’impact sur l’épidémiologie de la maladie dans la population humaine.

 

Illustration : © Institut Pasteur/Antoinette Ryter
Coupe de Mycobacterium bovis ou bacille de Calmette et Guérin (BCG)

 


Source

Evolutionary history of tuberculosis shaped by conserved mutations in the PhoPR virulence regulator ; J. Gonzalo-Asensio, W. Malaga, A Pawlik, C. Astarie-Dequeker, C. Passemar, F. Moreau, F. Laval, M. Daffé, C. Martin, R. Brosch & C. Guilhot ; PNAS ; 21 juillet 2014.

Mis à jour le 22/07/2014