L'Institut Pasteur de Bangui confirme des cas d’infections au virus monkeypox en République Centrafricaine

L'Institut Pasteur de Bangui a confirmé un foyer de virus monkeypox, à Bangassou à environ 800 km de Bangui la capitale de la République centrafricaine.

 

 

labo_ip_bangui.jpeg

 

C’est une équipe de Médecins Sans Frontières Belgique présente dans cette région frontalière avec la République Démocratique du Congo qui a prélevé des échantillons sur deux enfants de la même fratrie présentant des éruptions cutanées (maculopapuleuses) après avoir consommé de la viande de thryonomys, un rongeur localement connu sous le nom de sibissi. L’un des enfants, âgé de 9 ans est décédé. Le tableau clinique n’étant pas en faveur de la rougeole fortement endémique en République Centrafricaine, les échantillons ont été envoyés à l’Institut Pasteur de Bangui pour analyse.

 

Le laboratoire des Arbovirus, des Fièvres Hémorragiques virales et des virus Emergents et Zoonoses dirigé par le Dr Emmanuel Nakouné a reçu les échantillons le 25 décembre dernier et immédiatement procédé à des analyses moléculaires qui se sont avérées positives pour le virus monkeypox.

 

Une équipe du Ministère de la Santé avec l’appui de l’Institut Pasteur de Bangui s’est rendu mardi 29 décembre dans la région pour une investigation épidémiologique autour des cas. Depuis plusieurs années des micro-foyers de monkeyspox ont été régulièrement détectés par l’Institut Pasteur de Bangui (1) dans le cadre d’un programme de surveillance soutenu par l’Institut Pasteur.

 

Transmis par des animaux sauvages (rongeurs ou primates), le virus monkeypox peut provoquer chez l’homme une orthopoxvirose simienne, maladie dont les symptômes sont similaires à ceux de la variole et communément appelée variole du singe. Cette maladie peut être en particulier mortelle chez les enfants.

 

La République Centrafricaine vit depuis 2013 un conflit armé favorisant l’émergence de maladies infectieuses. L’Institut Pasteur de Bangui apporte depuis plus de 50 ans un appui essentiel à la surveillance des maladies microbiologiques et émergentes dans cette région d’Afrique centrale.

 

(1) Berthet N, Nakouné E et al. ; Maculopapular lesions in the Central African Republic.

Lancet. 2011 Oct 8;378(9799):1354. doi: 10.1016/S0140-6736(11)61142-2.

Mis à jour le 30/12/2015