Évaluer l’efficacité des campagnes contre le paludisme

paludisme_test480.jpg


1er juillet 2014
 

Déclaré objectif du Millénaire pour le développement par l'organisation mondiale de la santé, la lutte contre le paludisme bénéficie d'importants financements de par le monde. Pour autant, les agences de santé publique, manageurs de programmes manquent de moyens d'évaluer l'efficacité de ces programmes à réduire ou éliminer la transmission du palu dans un pays. Lorsque par exemple, un pays reçoit un nombre élevé de cas importés de l’étranger, chacun de ces cas peut générer de petites chaînes de transmission locale faisant grossir le nombre de personnes infectées localement et donnant l’impression, peut-être à tort, que les mesures de contrôle ne sont pas efficaces. A termes, cela peut décourager les financeurs d’investir dans ces projets.

 

A l’Institut Pasteur, l’équipe de Simon Cauchemez, en collaboration avec l’Imperial College (Londres, Royaume-Uni) a, dans une récente publication, proposé une méthode simple d'évaluation de ces programmes d'élimination. Elle repose sur une analyse de la proportion de cas importés parmi les cas détectés dans le pays. Si la plupart des cas sont importés, cela signifie que les chaînes de transmission locale restent de petite taille et que l’épidémie s’arrêterait donc si les importations cessaient. A l’inverse, si la plupart des cas ont été infectés localement, l’épidémie pourrait se maintenir même sans importations. La méthode repose sur des modèles mathématiques et statistiques sophistiqués pour déterminer le seuil au-delà duquel on peut conclure que l’épidémie locale est sous contrôle. Cette méthode a été utilisée pour évaluer une campagne d’élimination menée au Swaziland (Afrique australe). Simple et intuitive, elle pourrait également être appliquée à l'étude d'autres épidémies.

 

Illustration : © Institut Pasteur
Puit du village Banizoumbou, Niger

 


Source

Measuring the path toward malaria elimination, Churcher TS & al., Science. 2014 June 13;344(6189):1230-2. doi: 10.1126/science.1251449.

Mis à jour le 01/07/2014