Actualités

Trier les actualités

  • Opération Roulons solidaire - AG2R - Institut Pateur

    Partenariats | 09.07.2014

    Coup d’envoi de l’opération Roulons Solidaires

    Le groupe de protection sociale et patrimoniale AG2R LA MONDIALE renouvelle cette année l’opération Roulons Solidaires au profit des recherches menées à l’Institut Pasteur.

  • Puit du village Banizoumbou, Niger, Evaluer l’efficacité des campagnes contre le paludisme, © Institut Pasteur

    Recherche | 01.07.2014

    Evaluer l’efficacité des campagnes contre le paludisme

    Déclaré objectif du Millénaire pour le développement par l'organisation mondiale de la santé, la lutte contre le paludisme bénéficie d'importants financements de par le monde. Pour autant, les agences de santé publique, manageurs de programmes manquent de moyens d'évaluer l'efficacité de ces programmes à réduire ou éliminer la transmission du palu dans un pays.

  • Microscopie électronique d'un globule rouge parasité par Plasmodium

    Recherche | 29.06.2014

    Paludisme : l’astuce du parasite pour échapper au système immunitaire

    Le Plasmodium, parasite responsable du paludisme, infecte les globules rouges. Il y produit des protéines qui se fixent à la surface de la cellule hôte. Ces protéines, dites d’adhésion, empêchent alors les globules rouges de circuler correctement dans les capillaires sanguins, déclenchant ainsi les symptômes rencontrés dans les cas de paludisme sévère.  Le parasite possède 60 gènes codant pour 60 protéines d’adhésion différentes, mais une seule apparait à la fois à la surface du globule rouge. Il peut ainsi présenter tour à tour les différentes protéines d’adhésion, prenant de vitesse le système immunitaire de l’hôte, censé apprendre à reconnaître, puis détruire les cellules infectées.

  • Recherche | 29.06.2014

    Ebola : l’Institut Pasteur en première ligne pour lutter contre l’épidémie.

     

    Une équipe internationale de scientifiques issus des Instituts Pasteur de Paris et Dakar sont sur le front de l’épidémie en Guinée.

     

    L’Institut Pasteur avait confirmé l’épidémie d’Ebola le 21 mars 2014. La maladie n’ayant cessé de se propager, des scientifiques des Instituts Pasteur de Paris et Dakar ainsi que du matériel avaient été envoyés en renfort en Guinée.

    Les experts de l’Institut Pasteur de Dakar enquêtent sur les nouveaux cas déclarés à Conakry tandis que des chercheurs de l’unité de Biologie des infections virales émergentes (UBIVE) soutiennent le EMLab (European Mobile Lab) à Gueckedou (Guinée). 

    L’Institut Pasteur participera à la réunion internationale d’urgence organisée au Ghana par l’Organisation Mondiale de la Santé les 2 et 3 juillet prochains pour renforcer la réponse internationale à la propagation de la maladie.

    Des ministres de la santé de onze pays différents participeront à cette réunion internationale (Guinée, Liberia, Sierra Leone, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Mali, Sénégal et Ouganda), ainsi que des représentants des différentes organisations impliquées dans la réponse à cette épidémie d’Ebola, parmi lesquelles Médecins Sans Frontières, l’Institut Pasteur et l’Union Européenne.

     

  • L’Institut Pasteur d’Algérie diagnostique le premier cas de coronavirus MERS

    International | 26.06.2014

    L’Institut Pasteur d’Algérie diagnostique le premier cas de coronavirus MERS

    Depuis le 10 juin dernier, la Direction Générale de la Prévention du Ministère de la Santé en Algérie et l’Institut Pasteur d’Algérie reste en alerte suite au décès d’un homme contaminé lors d’un pèlerinage en Arabie Saoudite par un nouveau sous-type de coronavirus MERS (MERS-Cov). Le diagnostic de ce premier cas dépisté en Algérie a été posé par le Dr Derrar et son équipe de l’Institut Pasteur d’Algérie.
    Un second cas d’infection à MERS-Cov, moins virulent, a été confirmé par l’Institut Pasteur d’Algérie mais aucune autre atteinte du coronavirus n’a, depuis, été confirmée par le laboratoire de référence de l’Institut Pasteur d’Algérie.
     

  • International | 26.06.2014

    Deuxième vague de fièvre Ebola en Afrique : l'Institut Pasteur de Dakar en première ligne en Guinée

    Depuis le 21 mars dernier, date de la déclaration de l'épidémie d’Ebola en Guinée, les Instituts Pasteur de la Région Afrique et plus particulièrement l’Institut Pasteur de Dakar en collaborations avec des partenaires doivent faire face, ces dernières semaines, à une « deuxième vague" d'épidémie meurtrière.
    Le point de la situation en Guinée au 15 juin montre que 3 nouveaux foyers (districts de Kouroussa, Télimelé et Boffa) se sont ajoutés aux 2 anciens. A ce jour, le nombre de cas enregistré est de 376 dont 241 morts. Si l’épicentre de l’épidémie se situe dans la zone forestière autour de la ville de Guéckédou (dans le sud de la Guinée) elle s’étend à présent à la Sierra Leone (district de Kailahun) au Liberia (district de Lofa).

    Dès le début de l’épidémie, l’OMS a confié à l’Institut Pasteur de Dakar la surveillance épidémiologique de la capitale Conakry et des districts de la Guinée. Depuis presque 3 mois, l’équipe composée de 4 experts sous la direction du Dr Amadou Sall, Chef du Centre Collaborateur OMS sur les fièvres hémorragiques à l'Institut Pasteur de Dakar, intervient sur le terrain pour dépister de nouveaux cas, confirmer le diagnostic et suivre l’évolution de la maladie. Ce processus de surveillance est consolidé auprès de la population par la communication pour la prévention, la prise en charge des cas et des funérailles, l’éducation sanitaire et l’apport d’un soutien psychologique et social.
    L’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire a assuré la surveillance de l'épidémie en Côte d'Ivoire en développant le diagnostic dans la zone frontalière avec la Guinée.

    Ebola est une maladie virale. A ce jour 5 types de virus Ebola ont été identifiés. Le virus qui sévit actuellement en Guinée est proche du virus Ebola responsable de l’épidémie au Zaïre en 1976.
    Le réservoir identifié de la maladie est la chauve-souris (roussette d’Egypte) qui infecte les singes, les bovins et les hommes. A ce stade, la transmission se fait d'homme à homme.
    L’incubation varie de 2 à 21 jrs et présente 23 à 88% de mortalité dès 7 à 10 jours après les symptômes. Le virus est présent dans le sang (7-10 jrs), le sperme (>3 mois), sécrétions, fluides (larmes, sueur). La période infectieuse correspond au stade de maladie déclarée. A ce jour, il n’existe aucun traitement spécifique ni de vaccin disponible. La prévention se fait par une surveillance efficace et la gestion des épidémies.

  • Réunion régionale Afrique du Réseau International des Instituts Pasteur

    International | 26.06.2014

    Réunion régionale Afrique du Réseau International des Instituts Pasteur

    La réunion régionale du Réseau International des Instituts Pasteur (RIIP) en Afrique a été organisée par l’Institut Pasteur de Dakar (Sénégal) les 18 et 19 suivie d'une Journée scientifique des instituts d'Afrique le 20 juin 2014.

    Cette réunion régionale des Instituts Pasteur de la région Afrique et la Journée scientifique furent l’occasion d’aborder les nouvelles stratégies de recherche dans les Instituts Pasteur du réseau, de la bioinformatique, la biostatistique en passant par le Center for Global Health et les ressources biomédicales. Les grands défis posés par les Maladies infectieuses sur ce continent comme la rage, le paludisme et les hépatites, ont été développés en ateliers. Enfin les questions de la surveillance aux antirétroviraux, la résistance aux anti-paludiques ont été discutés par les experts de la région Afrique.

  • Couverture du rapport annuel 2013 de l'Institut Pasteur

    Institutionnel | 24.06.2014

    Le rapport annuel 2013 de l'Institut Pasteur est publié.

    Le rapport annuel 2013 de l'Institut Pasteur est publié.
    Présentant l'ensemble des activités de l'Institut Pasteur, il rassemble les découvertes et avancées scientifiques, ainsi que les moments forts de l'année écoulée.

     

  • Découverte d’un mécanisme inédit de développement de la pré-éclampsie © Institut Pasteur

    Recherche | 23.06.2014

    Découverte d’un mécanisme inédit de développement de la pré-éclampsie

    La pré-éclampsie touche plus de 8 millions de femmes enceintes dans le monde. Aucun traitement efficace n’existe actuellement pour cette maladie qui peut provoquer la prématurité ou la mort de la mère et du foetus.

  • Communiqué de presse | 19.06.2014

    Des blessures cutanées peuvent-elles être indolores ?

    Lorsque l'organisme présente des lésions cutanées, les terminaisons nerveuses envoient un message au cerveau qui génère la sensation de douleur. Des chercheurs ont étudié les lésions de patients atteints d'ulcère de buruli, une maladie tropicale. Ils révèlent que, malgré l'étendue et la gravité des blessures, celles-ci sont moins douloureuses que d'autres qui paraissent plus bénignes. Ils ont découvert un mécanisme analgésique qui limite la transmission du message douloureux au cerveau. La connaissance de ce mécanisme pourrait être utile pour le développement de nouvelles molécules antidouleur.

En savoir plus

Musée Pasteur

musee-institut-pasteur.jpg

 

Le musée Pasteur est situé à l'Institut Pasteur, au 25 rue du Docteur Roux, 75015 Paris
 

Le musée Pasteur